Le footballeur uruguayen poursuivait le site d’information en ligne en diffamation après la publication d’un article décrivant des pratiques d’optimisation fiscale qu’il nie.

 

Moins de six mois après leur publication, les « Malta Files » ont donné lieu à un premier procès en France. Cette vaste enquête, publiée en mai par treize médias européens – dont Mediapart en France – dans le cadre de l’European Investigative Collaborations (EIC), révélait de nombreuses pratiques d’optimisation et d’évasion fiscales, de blanchiment et de corruption sur l’île de Malte.

Mais, mardi 7 novembre, dans l’une des salles du tribunal de grande instance de Nanterre, aucun riche évadé fiscal ne figurait parmi les prévenus. La quatorzième chambre correctionnelle jugeait un journaliste du site d’information en ligne Mediapart et son directeur, Edwy Plenel, pour diffamation, à la suite d’une plainte de l’attaquant uruguayen du Paris-Saint-Germain Edinson Cavani.

Publicité
Pour comprendre l’affaire, il faut revenir au 22 mai. Ce jour-là, Mediapart publie un article intitulé « PSG : les millions maltais de la star Edinson Cavani ». L’auteur du texte, Yann Philippin, explique que l’actuel meilleur buteur de la Ligue 1 a créé, en 2014, deux sociétés maltaises, Edicavaniofficial et Rocha Holdings, afin de percevoir ses revenus de sponsoring. Et ceux-ci sont importants, avec des sommes à six chiffres ; la période correspond au changement d’équipementier du footballeur, qui quitte Adidas pour Nike, en novembre 2014.

Dès 2015, la structure Edicavaniofficial perçoit ainsi 1,59 million d’euros. M. Philippin,...

Lire la suite sur Le Monde
Inscrivez-vous aux newsletters du Monde.fr

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour :