Angela Merkel espère être réélue chancelière d’ici à la fin de l’année, mais cette échéance pourrait être difficile à tenir.

Depuis la naissance de la République fédérale d’Allemagne, en 1949, il s’est écoulé en moyenne quarante jours entre les élections législatives et la constitution d’un nouveau gouvernement.

Cette année, la formation de la prochaine coalition d’Angela Merkel, issue des élections du 24 septembre, devrait cependant prendre au moins deux fois plus de temps, et ce pour deux raisons : d’abord, le début tardif des pourparlers entre les conservateurs (CDU-CSU), les libéraux-démocrates (FDP) et les Verts, qui n’ont commencé que le 18 octobre, soit trois semaines après le scrutin ; ensuite, les nombreux désaccords opposant ces partis, qui n’ont jamais gouverné ensemble au niveau fédéral.

En quoi consistent les pourparlers ?

En Allemagne, la constitution d’un gouvernement suit traditionnellement plusieurs étapes. La première est celle des « discussions exploratoires » (Sondierungsgespräche), expression qui désigne les pourparlers engagés, après les législatives, entre les partis susceptibles de s’allier pour former une majorité au Bundestag et bâtir un gouvernement. Généralement, il revient au parti arrivé en tête du scrutin de prendre l’initiative, même si, en théorie, rien n’empêche les autres d’en faire autant.

Publicité
Cette année, ces « discussions exploratoires » ont commencé plus tard que d’habitude. Après leur victoire aux législatives du 24 septembre, les conservateurs de la CDU-CSU ont en effet souhaité...
Lire la suite sur Le Monde
Inscrivez-vous aux newsletters du Monde.fr

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Publicité
Publicité