En mai dernier, au château de Versailles, Emmanuel Macron avait accusé RT et Sputnik, deux médias russes, de s’être comportés durant la..

Publicité
En mai dernier, au château de Versailles, Emmanuel Macron avait accusé RT et Sputnik, deux médias russes, de s’être comportés durant la campagne présidentielle « comme des organes d’influence […] et de propagande mensongère ». S’il ne les a pas cités nommément ce mercredi lors de ses vœux à la presse, le président les avait sans doute dans un coin de la tête lorsqu’il a annoncé qu’un « texte de loi » allait être déposé « prochainement » pour lutter contre les « fake news » sur Internet en « période électorale ».« Nous allons faire évoluer notre dispositif juridique pour protéger la vie démocratique de ces fausses nouvelles », a déclaré le chef de l’Etat, en indiquant que « le contenu de ce texte sera détaillé dans les semaines qui viennent ». Le chef de l’Etat en a toutefois dévoilé les contours en fustigeant « cette propagande articulée avec des milliers de comptes sur les réseaux sociaux » qui « en un instant répandent partout dans le monde, dans toutes les langues, des bobards inventés pour salir un responsable politique, une personnalité, une figure publique, un journaliste ».Les pouvoirs du CSA « accrus »« Les plateformes se verront imposer des obligations de transparence accrue sur tous les contenus sponsorisés afin de rendre publique l’identité des annonceurs et de ceux qui les contrôlent, mais aussi de limiter les montants consacrés à ces contenus », a-t-il précisé. « En cas de... > Lire la suite sur Le Parisien
Recevoir la newsletter quotidienne du Parisien

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité