Les têtes au football sont-elles dangereuses ? Alors que plusieurs études scientifiques ont sérieusement posé la question ces derniers mois, un autre spécialiste est venu se mêler au débat ce mercredi : Alan Shearer, vedette du championnat d’Angleterre et de sa sélection nationale dans les années 90.

Publicité
Les têtes au football sont-elles dangereuses ? Alors que plusieurs études scientifiques ont sérieusement posé la question ces derniers mois, un autre spécialiste est venu se mêler au débat ce mercredi : Alan Shearer, vedette du championnat d’Angleterre et de sa sélection nationale dans les années 90.Au Daily Mirror, le joueur aux 260 buts en 18 saisons de Premier League confie même craindre pour sa santé, après avoir pratiqué une batterie d'examens. «Les résultats des examens sont plutôt angoissants. J'ai une mémoire effroyable, je ne sais pas si c'est parce que je n'écoute pas, mais j'ai vraiment une mémoire très faible», y explique l'ancien attaquant, aujourd’hui âgé de 47 ans. Une enquête de la fédération ouverte«Quand vous devenez joueur de foot professionnel, vous vous attendez, plus tard dans votre vie, à avoir les problèmes de dos, genou ou cheville que je rencontre. Mais jamais je n'ai pensé que le football pouvait être lié à des maladies du cerveau», ajoute-t-il. «Pour chaque but que j'ai marqué de la tête, j'en ai réalisé mille à l'entraînement. Cela me met donc en danger s'il y a un lien» entre têtes et problèmes au cerveau, estime-t-il. «C'est un sport dur, c'est un sport brillant, mais il faut être certain que ce n'est pas un jeu qui tue», a-t-il dit. «C'est pour ça que des recherches doivent être faites», plaide l’ancien joueur, arguant que les «autorités» du football avait été «réticentes à...
Lire la suite sur Le Parisien
Recevoir la newsletter quotidienne du Parisien

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour :