La présidente du parlement de Catalogne, inculpée pour «rébellion», «sédition» et «malversations» après le vote par cette assemblée..

Publicité
La présidente du parlement de Catalogne, inculpée pour «rébellion», «sédition» et «malversations» après le vote par cette assemblée d’une déclaration d’indépendance unilatérale le 27 octobre dernier, est sortie de prison ce vendredi, après son audition par un juge du tribunal suprême et son placement en détention. Carme Forcadell a versé une caution de 150 000 euros pour pouvoir quitter la prison d’Alcala-Meco, près de Madrid, où elle a passé la nuit. La somme a été réunie grâce à une caisse de solidarité de l’Assemblée nationale catalane (ANC), la puissante association séparatiste dont Forcadell a été la présidente. D’après la Cour suprême, Carme Forcadell sera placée sous contrôle judiciaire, sans passeport, ce qui veut dire qu’elle ne pourra pas quitter le territoire espagnol et devra se présenter une fois par semaine devant un juge.Les autres membres du bureau du Parlement, convoqués au même moment par le Tribunal suprême, ont, eux, sept jours pour réunir une caution de 25 000 euros chacun, mais ils n’ont pas dormi en prison. Ils ont eux aussi reçu interdiction de quitter le royaume espagnol. «Nous rentrons à la maison avec la conscience tranquille d’avoir agi pour garantir la liberté d’expression du Parlement, siège de la souveraineté nationale», a-t-elle écrit à 15 heures, heure française, dans un message posté sur Twitter. Tornem a casa. Amb la consciència tranquil·la d'haver actuat...
Lire la suite sur Le Parisien
Recevoir la newsletter quotidienne du Parisien

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour :