Le leader de La France insoumise s’est insurgé contre la constitution d’une liste commune entre La Corse insoumise et le PCF pour les élections territoriales des 3 et 10 décembre.

Le feu couve entre Jean-Luc Mélenchon et les « insoumis » Corse. Le dirigeant de La France insoumise (LFI) n’accepte pas que le PCF et La Corse insoumise aient constitué ensemble une liste, L’Avvene, a Corsica in cumunu (« L’Avenir, la Corse en commun »), pour les élections territoriales des 3 et 10 décembre. Dans un texte publié sur son blog le 7 novembre, le député des Bouches-du-Rhône fulmine contre ce qu’il appelle « une misérable usurpation de notre sigle ».

« Cette pauvre tambouille, poursuit-il, tourne le dos à toutes les grandes questions qui se posent en Corse à partir du vote des législatives », qui ont vu les électeurs corses porter à l’Assemblée nationale trois députés nationalistes sur quatre. L’alliance formée par les autonomistes de Femu a Corsica et les indépendantistes de Corsica Libera dirige déjà la collectivité territoriale et l’Assemblée de Corse depuis les élections de décembre 2015.

« Divorce déjà consommé »

Publicité
M. Mélenchon n’hésite pas à prédire, d’une part, que « les électeurs corses sanctionneront cette façon de tenter de les duper » et, d’autre part, que la direction du PCF, qui soutient cette initiative – le secrétaire national du parti, Pierre Laurent, participait jeudi 9 novembre au meeting de lancement de la campagne de la liste conduite par Jacques Casamarta à Bastia –, « aggrave par une nouvelle provocation le divorce déjà consommé entre nous »....
Lire la suite sur Le Monde
Inscrivez-vous aux newsletters du Monde.fr

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour :