Vidéos A la une
A l'occasion de sa visite à Washington où il est arrivé ce jeudi, François Hollande s'est entretenu avec des journalistes dans l'avion. Le président de la République a notamment évoqué l'abandon de la révision constitutionnelle ainsi que la course pour 2017. "Il fallait aboutir ce qui n'avait pas de chance d'aboutir, ouvrir une nouvelle page", a confié le président, refusant d'évoquer un échec personnel. Une décision prise sans arrière-pensée, selon lui. Le chef de l'Etat a assuré ne pas avoir voulu diviser la droite, "elle n'a pas besoin de moi", ni récupérer ses électeurs "ils ne voteraient pas pour moi". Par ailleurs, il serait déjà dans les starting blocks pour la présidentielle de 2017, se disant prêt à rendre des coups mais pas avant qu'ils n'aient été donnés".
Vidéos A la une
"Je regrette que cette révision constitutionnelle telle qu'elle avait été annoncée soit arrêtée", a réagi mercredi Nicolas Sarkozy après l'annonce du chef de l'Etat. Le patron du parti Les Républicains a rejeté la faute sur François Hollande qui s'est "emmêlé dans les combinaisons d'appareils de la gauche multiple".
Publicité