Passé 50 ans, trouver un travail peut se révéler plus compliqué. Si l’on ajoute à cela la volonté d’Emmanuel Macron d’instituer un nouveau régime de chômage universel à partir de 2018 en vue de réaliser des économies, la situation se corse d’autant plus. D’où l’intérêt de bien comprendre quels sont vos droits pour pouvoir anticiper le montant et la durée de vos indemnités.

Age et durée maximum d’indemnisation

Démission, rupture conventionnelle, licenciement… Quelle que soit votre situation, si vous n’avez pas atteint l’âge légal de départ à la retraite ou que vous l’avez atteint sans avoir validé le nombre de trimestres requis, sachez qu’il est possible de bénéficier d’une retraite à taux plein sous certaines conditions. Seulement voilà, réforme de l’assurance chômage oblige, les conditions en question à l’approche de la retraite ont été modifiées. Et pas forcément en votre faveur.

Résultat : l’âge minimal à partir duquel vous pouvez percevoir une indemnisation pour une durée maximale a été repoussé. Depuis le 1er novembre 2017, il convient d’avoir non plus 50 ans mais bien 55 ans pour pouvoir être indemnisé durant 3 ans. Sans compter que le chef de l’Etat aspire à repousser de nouveau cet âge minimal pour le faire passer à 59 ans. L’objectif étant, là encore, de réaliser des économies.

Pour ce qui est de la durée de versement de vos allocations, les règles ont, là aussi, changé :

Publicité
- Si vous avez moins de 53 ans, vous avez la possibilité de percevoir une allocation pour une durée maximale de deux ans ;- Si vous avez entre 53 et 54 ans, la durée atteint 2 ans et demi ;- Et si vous avez 55 ans et plus, la durée est alors portée à 3 ans.

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité

A lire aussi sur Planet