Vidéos A la une
Manuel Valls a répondu mercredi, lors de la séance des questions au gouvernement aux propos de Nadine Morano, qui a affirmé samedi soir à la télévision que "la France est un pays de race blanche". "Il ne faut plus accepter les dérapages que nous connaissons dans le débat public", a estimé le Premier ministre, dénonçant une "surenchère à l'extrême droite". "Je me félicite que des décisions soient prises à l'égard de (Nadine Morano)", a continué Manuel Valls, faisant référence aux sanctions décidées par Les Républicains à l'encontre de l'ancienne ministre. L'investiture de cette dernière aux élections régionales en Meurthe-et-Moselle devrait lui être retirée. "Marianne n'a pas de race, elle n'a pas de couleur", a ajouté le Premier ministre. Il répondait à l'interpellation de la députée PS de la Réunion, Ericka Bareigts, qui s'était quelques secondes plus tôt définie comme étant une "députée noire de la République" et avait affirmé que "cette France décrite par Madame Morano n'est pas la mienne". A lire aussi : >> "Il en a fallu, du temps, pour que Nicolas Sarkozy réagisse...", déplore Ayrault
Publicité