Vidéos A la une
Notre journaliste Jean-Baptiste Daoulas s'est intéressé à la nouvelle région du grand sud-ouest, où le Midi-Pyrénées va fusionner avec le Languedoc-Roussillon. A la clé, de profondes modifications territoriales, politiques et administratives. Avec la perte par Montpellier du statut de capital régional, au profit de la ville de Toulouse, les craintes de suppressions d'effectifs des fonctionnaires territoriaux de l'ancien conseil régional du Languedoc-Roussillon se multiplient. De même, le personnel politique craignait une sous-utilisation du grand hôtel du bâtiment du Conseil régional. Une problématique qui n'est plus d'actualité selon l'actuel président socialiste de la région Languedoc-Roussillon, Damien Alary, car un accord a été trouvé entre les deux régions. "Les assemblées délibérantes, les services des assemblées, les personnels, resteront sur place à l'hôtel de région, affirme le président du Conseil régional. C'est une assurance, il n'y aura pas de mobilité forcée entre la région Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées." Perrineau : "Le découpage a été imposé d'en-haut, à la va-vite" Le politologue Pascal Perrineau, invité vendredi de Politique matin, considère "que cette réforme régionale a été préparée dans la hâte. Les découpages, les fusions n'ont pas été véritablement discutés. Tout ça a été imposé d'en-haut à la va-vite (...) il faut espérer qu'il y aura suffisamment d'élus intelligents pour essayer de répartir ces services régionaux de manière cohérente..." Dans cette nouvelle entité, qui pourrait s'appeler "Occitanie", la victoire de la liste socialiste de Carole Delga pouvait sembler bien engagée en raison du poids sociologique de la gauche dans les deux grandes régions. Sur le terrain, pourtant, la liste socialiste patine face à Louis Aliot du Front national et Dominique Reynié (UDI-Les Républicains). "En 2010, il y avait eu de très larges majorités socialistes aux conseils régionaux, notait Pascal Perrineau, professeur à Sciences-Po Paris. Aujourd'hui, Carole Delga est dans une situation difficile."
Publicité