Immobilier
Le site Explorimmo.com a dévoilé début mai son classement annuel des grandes villes françaises les plus avantageuses pour acquérir un bien immobilier. Voici les 10 premières du palmarès. 
Vidéos à la une
En meeting à Rennes, en Ille-et-Vilaine, ce vendredi, Benoît Hamon s'en est pris directement à Emmanuel Macron. Pour le vainqueur de la primaire à gauche, le fondateur d'En Marche! n'a pas d'opinions tranchées: "Il n'est pas au point. Il vous a dit qu'il n'était ni de droite ni de gauche". Le candidat PS à l'élection présidentielle a également assuré que l'ex-ministre de l'Économie était "tic et tac, c'est un clignotant. Le problème c'est, est-ce que ce matin je rencontre tic ou tac, ou chapi ou chapo ?", a-t-il lancé.
Vidéos à la une
Benoît Hamon s'en est pris à ses concurrents à l'élection présidentielle, ce vendredi à Rennes, en Ille-et-Vilaine. "Ils s'adressent au peuple à travers des foules indistinctes mais moi j'aime le rapport aux gens", a lancé le vainqueur de la primaire à gauche avant d'assurer que "le rapport au peuple français ne pouvait pas se résumer à une série de meetings tous aussi réussis soient-ils."
Vidéos à la une
Benoît Hamon était en déplacement à Rennes, en Ille-et-Vilaine, ce vendredi. Le vainqueur de la primaire à gauche a assuré qu'il y avait "plein de voix de gauche, plein d'électeurs, plein d'indécis et c'est beau". Le candidat PS à l'élection présidentielle, combattif, a notamment rappelé qu'il fallait toujours "se battre".
Société
Un accident peu commun est survenu dimanche à Rennes. Des enfants ont perdu le contrôle du fauteuil roulant de leur grand-mère… et celle-ci a fini dans la Vilaine !
Société
Fustigés par une association féministe, qui les accusait de sexisme, les organisateurs d'une soirée d'étudiants en médecine ont fait marche arrière.
International
Un garde-chasse norvégien a retrouvé vendredi les corps de 323 rennes ayant subi un coup de foudre général. Un événement étonnant mais pas inexplicable.
Société
Ce vendredi, un énorme cétacé de 15 tonnes a été retrouvé échoué sur le quai Sain-Cyr dans la ville bretonne. Une équipe de scientifiques s’est rendue sur place.
Vidéos à la une
A Rennes, la manifestation anti-loi Travail organisée ce jeudi a été perturbée par des casseurs. Six vitrines de commerces ont été dégradées et des tags recouvrent environ 300 m2 de façade. Un véhicule d'une société privée a également été endommagée. Les casseurs ont aussi mis le feu à des poubelles devant un commissariat. Au début de la manifestation, 1.500 personnes composaient le cortège.
Vidéos à la une
A Marseille, Toulouse, Bordeaux ou Rennes, cette dixième journée de mobilisation contre la loi Travail a rassemblé les manifestants dans les rues. Contrairement à Paris, des incidents se sont déroulés. Des vitrines de banques et d'agences immobilières ont notamment été brisées tandis que François Hollande assure vouloir aller "jusqu'au bout".
Vidéos à la une
Des défilés ont aussi lieu ce jeudi en province, notamment à Marseille et à Rennes où de jeunes manifestants ont réussi à déborder les syndicats et à s'imposer en tête de cortège. Les manifestants ont montré leur détermination quant à leur opposition à la réforme du travail.
Société
Mardi soir, un jeune homme de 18 ans, ivre, a agressé un gendarme. En voulant prendre la fuite, il a fini par s’empaler les parties intimes sur la grille d’un portail. 
Société
Souffrant d'un lumbago sévère, un Rennais de 47 ans est resté coincé dans sa salle de bain pendant de longues heures. Il a crié à l’aide mais les voisins n’ont pas réagi. Pourtant, il sait qu’il a été entendu.
Vidéos Auto
LA CHRONIQUE DE L'ECO. Le président de PSA Carlos Tavares a confirmé officiellement lundi l'attribution d'un nouveau véhicule, un Citroën SUV, à l'usine de Rennes-La Janais, une bonne nouvelle pour les salariés du site breton, qui a perdu près de 10.000 salariés en dix ans. L'usine, qui sera modernisée, produira à l'horizon 2018 ce "crossover" dont le nom de code industriel est C84, et dont la fabrication était initialement prévue hors d'Europe.
Société
Une jeune femme de 19 ans a été attaquée au couteau mardi à Rennes. Son agresseur voulait qu’elle lui serve de "sacrifice" pour le ramadan. 
Vidéos Argent/Bourse
Dès ce jeudi matin dans les rues de Rennes, plusieurs centaines de personnes étaient mobilisées contre la Loi El Khomri. Police et gendarmerie ont dressé un important dispositif de sécurité, aux alentours du parlement de Bretagne et de la mairie. Le centre-ville est quant à lui totalement bloqué. Résultat, les commerçants s'attendent à vivre une nouvelle journée sans clients.
Vidéos Sciences
L'Agence française du médicament (AFS) avait déjà pointé du doigt des failles qui avaient amené au drame de l'essai clinique à Rnenes. C'est désormais au tour de l'IGAS (Inspection Générales des Affaires Sociales) de pointer sa responsabilité. Elle lui reproche plusieurs manquement, dont celui de ne pas avoir prévenu assez tôt les autorités.
Vidéos à la une
Devant l'une des rares stations ouvertes ce dimanche matin aux environs de Rennes, une très longue file d'attente était visible. Mêmes difficultés à Brest, où l'approvisionnement est limité à 20 euros par voiture, pour permettre le ravitaillement des véhicules prioritaires. L'attente pouvait parfois durer jusqu'à 40 minutes.
Vidéos à la une
Des militants contre le projet de loi travail, la loi El khomri ont été arrêtés par les forces de l'ordre à Rennes.
Vidéos à la une
Des milliers de manifestants défilaient ce mardi dans plusieurs villes de France pour une nouvelle journée de mobilisation contre le projet de loi travail, démarrée à l'aube avec des actions de routiers multipliant blocages et barrages filtrants.
Vidéos à la une
Après les manifestations qui se sont déroulées à Rennes, Bernard Cazeneuve a promis dimanche de faire preuve de la plus grande fermeté envers les casseurs. La police demande une peine exemplaire, mais les avocats expliquent que chaque cas doit être étudié individuellement. La justice a surtout besoin de preuves mais dans la foule, l'exercice est compliqué pour les enquêteurs.
Vidéos Argent/Bourse
Malgré l'interdiction de rassemblement, des manifestants ont une nouvelle fois affronté samedi les forces de l'ordre dans le centre de Rennes. Rien de comparable aux violences de la veille où des vitrines de banques avaient été cassées. Dimanche matin, le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve s'est rendu sur place. "Les forces de l'ordre luttent avec des groupes d'une extrême violence" a-t-il déclaré.
Vidéos à la une
En déplacement à Rennes, Bernard Cazeneuve salue le courage des forces de l'ordre et dénonce les violences qu'elles subissent. Le ministre de l'intérieur a annoncé l'interpellation de 1300 personnes depuis le début des manifestations contre la loi travail.
Vidéos à la une
Depuis près de deux mois, les commerçants du centre-ville de Rennes constatent une baisse de leur activité. Les manifestants contre la loi Travail puis contre les violences policières, font fuir les clients. Samedi, malgré l'interdiction de rassemblement, 700 personnes étaient mobilisées. Elles ont été accueillies par du gaz lacrymogène.
Vidéos à la une
A Rennes, la municipalité et les forces de l'ordre mettaient tout en oeuvre ce samedi pour éviter que le scénario de la nuit dernière se reproduise dans la soirée. Les commerçants et les restaurateurs ont quant à eux entamé l'évaluation de leurs dégâts et de leurs pertes, que l'Etat s'est engagé à compenser.
Vidéos à la une
Malgré l'interdiction de manifester, il étaient plusieurs centaines à protester dans le centre Rennes ce samedi contre les violences policières. Très rapidement, le cortège a été encerclé par les forces de l'ordre qui se sont efforcées de contenir les manifestants sur leur point de rassemblement. Après une nuit mouvementée et de nouvelles dégradations, les commerces ne cachent pas leur agacement.
Vidéos à la une
Selon David Leveau, secrétaire général SGP-FO de Rennes, "la manifestation s'est très bien passée parce qu'on avait prévu le nombre de force nécessaire". "Je pense qu'on a empêché un grand nombre d'individus, qui était venu pour casser, de se rendre sur Rennes", ajoute-t-il. 500 policiers et deux hélicoptères ont été mobilisés samedi alors que des heurts avaient éclaté la veille.
Vidéos à la une
500 policiers, deux hélicoptères et quatre canons à eau avaient été mobilisés samedi à Rennes dans le cadre d'une manifestation contre les violences policières. Près de 700 personnes se sont données rendez-vous sur l'esplanade Charles-de-Gaulle malgré l'interdiction de se rassembler. Quatre personnes ont été placées en garde à vue mais personne n'a été blessé.
Vidéos à la une
La manifestation non autorisée a finalement eu lieu ce samedi sur l'esplanade Charles-de-Gaulle à Rennes pour protester contre "les violences policières". Elle s'est achevée vers 15h après quelques incidents avec les forces de l'ordre qui ont fait usage de gaz lacrymogènes.
Vidéos à la une
Samedi, quelques centaines de jeunes se sont rassemblés dans le calme en début d'après-midi, malgré l'interdiction du ministre de l'Intérieur et "un très important dispositif de sécurité" rapporte Esther Lefèbvre, envoyée spéciale de TF1. Patrick Dallennes, préfet délégué à la défense et la sécurité de zone Ouest, recommande aux habitants "d'éviter le centre-ville". Les commerçants, dont certains ont dû fermer boutique, expriment leur lassitude.

Pages

Publicité