Après huit ans de mutisme, Renaud est enfin sorti de son trou, et non à pas de loup mais dans un véritable "Boucan d'enfer". Si selon Aragon, "on reconnaît le bonheur au bruit qu'il fait quand il s'en va...", pour Renaud, ce fut un vacarme assourdissant. Son nouvel album nous dévoile un cœur mis à nu.

Renaud, tout simplement

Dominique, sa femme, l'a quitté et Renaud est resté en embrassant le goulot de sa bouteille d'alcool. Rupture, dépression, alcoolisme... le chanteur touche le fond et le racle pendant cinq longues années. Né en mai 1952, il doit mener le plus dur combat de sa vie. Si tout le monde à un côté noir et un côté blanc, Renaud est l'enveloppe charnelle dans laquelle "Docteur Renaud et Mister Renard" se livrent une âpre bataille.

Avec beaucoup de pudeur, Renaud nous livre un album aux nuances multiples. Pour ceux qui regrettaient parfois de voir le chanteur se perdre dans des combats sociaux, voire politique, à coups de provoc', cet album sera la perle des perles.

Et pour les puristes, il y a tout de même des chansons engagées. Mais l'engagement y est plus réfléchi et plus mûr. Une bonne chanson vaut mieux que d'interminable discours !

A la fois le même et à la fois différent... Renaud reste Renaud. L'ensemble est simplement plus subtil à l'image des textes de "Petit Pédé" (un bijou) et du duo avec Axelle Red, la chanteuse belge, "Manhattan-Kaboul". La fragilité des mots, servie par la voix de Renaud, roule au fond de votre oreille à la façon des vagues pour venir se briser comme une lame de fond sur le bout de la langue.

Publicité
Pour être dans le vent, pour être au même diapason que vos enfants, pour retrouver un chanteur qui a marqué la musique ou tout simplement pour le plaisir... vous l'aurez donc compris, cet album n'est à manquer sous aucun prétexte !

Renaud, "Boucan d'enfer", CD Virgin, 2002, 16,58 €

Disponible à la Fnac

Publicité