Vidéos A la une
Le député socialiste Philippe Doucet, invité lundi dans Politique matin, a refusé de condamner l'attitude de la ministre de la Justice Christiane Taubira qui a affirmé son désaccord avec la réforme sur la procédure pénale voulue par le gouvernement. "Sous la Ve République, un homme une femme un ministre, a le droit d'avoir un cerveau. [Christiane Taubira] donne son point de vue, a argué le député du Val-d'Oise. Elle-même a dit, en même-temps qu'elle donnait son point de vue, qu'elle serait loyale et défendrait la directive du président de la République." Un principe qui s'applique beaucoup plus qu'on ne le croit selon le député socialiste. "Il y a plein de ministres qui ont pu défendre telle ou telle loi avec laquelle ils étaient en désaccord. J'ai pu voir Marylise Lebranchu, sur un certain nombre de dispositions de la loi NOTRe, défendre un certain nombre de décisions qu'elle n'avait pas porté lors des arbitrages ministériels."
Publicité