Vidéos à la une
Chaque année, l'industrie alimentaire se débarrasse de millions de tonnes de sous-produits de légumineuses. A l'avenir ces résidus de pois, fèves et autre lentilles, pourraient connaître une seconde grâce au bioplastique. Valoriser les restes de légumineuses jugés impropres à la vente, c'est le but du projet de recherche européen Leguval. A Parme, en Italie, des scientifiques du SSICA ont mis au point une méthode pour transformer ces végétaux en bioplastique. Valoriser les restes de légumineuses Après lavage, les petits pois sont broyés, puis mélangés à une solution dite 'tampon'. 'Les protéines sont solubilisées, ensuite il y a une phase de séparation entre la fraction liquide, et la fraction solide, fibreuse', explique Eleonora Umiltà, chimiste. 'L'extrait protéique final peut contenir quelques sels résiduels mais le pourcentage de protéines est très élevé, autour de 80 %', précise-t-elle. Les fibres serviront à fabriquer des matériaux composites. Les protéines seront l'ingrédient de base du bioplastique. Responsable de la direction technique du projet, Simona Bronco, de l'IPCF souligne l'importance de la pureté des protéines, 'cela permet d'améliorer les performances et les caractéristiques du bioplastique'. Les protéines, ingrédient de base du bioplastique L'intérêt environnemental est double. Il s'agit d'une part de valoriser des déchets et d'autre part, d'utiliser des ressources renouvelables, contrairement au pétrole, matière de base du plastique traditionnel. Les granules de bioplastique sont produites en Slovénie par un autre centre de recherche, partenaire du projet. Leguval: Sustainable production of plastics and biogas from legume residues https://t.co/cpZHleVc3Z pic.twitter.com/EptVVyZkP5- BioGAS+ (@biogasplu) 11 novembre 2016 Une petite entreprise familiale, située également en Slovénie, à Radlje ob Dravi, a pour la première fois testé ce matériau innovant, pour la fabrication de pots de fleurs. Les granules sont fondues avant injection dans un moule. Des pots de fleurs compostables Au final, les pots apportent des nutriments aux végétaux et sont aussi entièrement 'biodégradables' et 'compostables', comme l'explique Eva Štraser, co-gérante de l'entreprise : 'ce matériau est biodégradable dans le compost ménager. Donc quand on en a plus besoin, on peut le jeter dans son compost, ou même le mettre dans le sol et après trois ou quatre mois, il se décompose'. Les débouchés commerciaux ne manqueront pas pour ces pots écolo. De nombreuses autres applications sont envisagées dans le secteur de l'agriculture et des emballages alimentaires.
Vidéos à la une
Dans ce nouvel épisode de Business Planet, Serge Rombi s'est rendu à Maribor, en Slovénie, une région modèle en matière d'économie circulaire. Dans le secteur de la construction, le recyclage des matériaux crée de nouvelles opportunités de business. Serge Rombi, euronews : 'Deux tonnes de déchets par habitant, c'est ce que génère chaque année le secteur de la construction en Europe. Alenka, merci de nous accueillir ici, vous avez mené le projet européen Rebirth, une vaste campagne de sensibilisation pour qu'on réutilise davantage tous ces déchets.' L'économie circulaire dans la construction Le secteur du BTP génère chaque année plus de de deux tonnes de déchets par citoyen européen. Un montant qui ne cesse de croître. Le nouveau protocole européen sur la gestion des déchets dans les travaux publics présente aux entreprises une série de lignes directrice concernant le recyclage et la réutilisation des déchets. En Slovénie, un projet nommé ReBirth vise à augmenter et améliorer le recyclage des déchets dans les secteurs de l'industrie et du BTP, pour en faire des matériaux utilisables sur les chantiers. ReBirth est l'un des plus de 4 300 projets liés aux technologies vertes, à la préservation de l'environnement et au climat, soutenus par le programme européen LIFE. 2017 marque le 25e anniversaire du programme LIFE et de nouvelles opportunités d'accéder aux fonds (les candidatures sont ouvertes de fin avril à septembre 2017). Liens utiles Projet ReBirth Programme LIFE Le secteur de la construction dans l'UE Protocole de gestion des déchets de construction et de démolition Alenka Mauko Pranjic, chef de projet Rebirth : 'C'est exact. Dans notre secteur, il est possible d'utiliser une très large proportion de produits recyclés. C'est important car on sait que d'ici à 2020, nous devrons obligatoirement recycler 70% des déchets du secteur de la construction et de la démolition.' En effet, une directive européenne sur les déchets a déterminé un objectif de 70 % de recyclage des déchets de construction et de déconstruction à l'horizon 2020. Direction le Sud-est de Maribor, sur un énorme chantier qui génère évidemment des déchets. Preuve que cette région fait désormais figure de modèle en matière d'économie circulaire, des tonnes de ciments et d'acier sont entièrement recyclés. 'Le beton va être réutilisé pour construire la sous couche des routes et ces barres d'acier vont être transformées en un nouveau produit' explique Mitja Stranjar, ingénieur de chantier. Quels déchets peuvent être effectivement recyclés ? Comment effectuer ce recyclage au plus près du chantier ? Et à quels coûts ? Dans le cadre du projet Rebirth, des centaines d'entrepreneurs slovènes ont participé à des conférences, ou des démonstrations qui leur ont permis de répondre à toutes ces questions et de commencer à acquérir de nouveaux réflexes. Mirko Šprinzer, ingénieur consultant spécialiste du recyclage dans la construction, était chargé de faire passer le message : 'Avec les démonstrations que nous avons faites, les entrepreneurs ont vraiment changé leur vision des choses. Nous avons identifié de nouvelles opportunités de business. Nous souhaitons maintenant valoriser les déchets d'autres secteurs comme ceux des travaux publics, de l'industrie, des services publics ou du traitement des eaux', assure-t-il. Filming euronews #BusinessPlanet #Circulareconomy #Slovenia EU_Growth pic.twitter.com/LTCpTilS29- Serge Rombi (@SergeRombi) 22 mars 2017 Autre bonne nouvelle pour l'environnement : le nombre de décharges illégales en Slovénie est en chute libre. Serge Rombi, euronews : 'Alenka, vous avez mené ce projet ici en Slovénie de 2011 à 2014, et aujourd'hui les résultats sont très encourageants ?' Alenka Mauko Pranjic, chef de projet Rebirth : 'Oui, nous recyclons 10% de déchets en plus dans le secteur de la construction et de la démolition, et nous économisons 1,5% de ressources naturelles.' Rebirth a été cofinancé par LIFE, un instrument financier européen qui, depuis 25 ans, soutient des projets pour l'amélioration de l'environnement, la conservation de la nature et l'action climatique. Depuis 1992, LIFE a co-financé quelques 4 306 projets. Entre 2014 et 2020, LIFE aura contribué à hauteur de 3,4 millions d'euros à la protection de l'environnement. D'ailleurs, dès la fin du mois, un appel à projet sera lancé, afin d'obtenir des financements. Autre outil disponible : le nouveau protocole européen sur le management des déchets du secteur de la construction. (EU protocol on Construction and Demolition waste Management). *Serge Rombi, euronews * 'Alenka, finalement le fait que ce secteur de la construction s'ouvre à l'économie circulaire c'est une excellente nouvelle, c'est gagnant-gagnant !' Alenka Mauko Pranjic : 'Oui. Ce sont de nouvelles opportunités de business et en même temps, c'est bon pour l'environnement !'
Vidéos Argent/Bourse
Réparer votre appareil n'est pas si compliqué et permettrait de lutter contre le gaspillage.
Vidéos à la une
Exploiter le potentiel de l'économie collaborative pour lutter contre le gaspillage alimentaire tout en créant de nouvelles opportunités commerciales, c'est ce que fait une PME italienne, finaliste du Concours européen de l'innovation sociale l'an dernier. Giacomo Segantini, euronews : 'L'Italie, pays de traditions culinaires par excellence, a dédié à l'alimentation, l'Exposition universelle de Milan l'an dernier. Simone Molteni, vous êtes directeur scientifique de LifeGate et vous vous êtes occupés de la communication écrite de l'Expo : que pouvez-vous nous dire sur le gaspillage alimentaire ?' Simone Molteni de LifeGate : 'Rien qu'en Italie, on gaspille plus de dix mille tonnes de nourriture chaque jour. Au niveau mondial, 900 millions de personnes souffrent de la faim alors qu'un tiers des denrées produites est jeté chaque année. Ce qui représente en tenant compte des coûts sociaux et environnementaux, une valeur de plus de 2600 milliards de dollars.' Une application rapproche détaillant et consommateur A son échelle, une PME italienne a trouvé un moyen de rendre plus performant, le système de vente dans l'alimentaire, dans un objectif de développement durable, mais aussi commercial. Dans une épicerie de Turin, par exemple, on utilise une application appelée Last minute Sotto Casa (ou la porte à côté en français) pour signaler que les produits bientôt périmés sont désormais, en vente à moitié prix. Les consommateurs inscrits sur la plateforme reçoivent aussitôt une notification. Dans une boucherie voisine, une promotion sur des boulettes a eu tellement de succès qu'il a fallu en refaire. 'Quel bilan faites-vous après un an d'utilisation ?' demande notre reporter à la responsable de la boucherie, Rosanna Brezzo. 'C'est positif parce que cela nous amène de nouveaux clients !' lance-t-elle. Cette application est un exemple d' économie collaborative où tout le monde est gagnant. 'C'est bénéfique pour le détaillant parce que ça signifie de l'argent en plus et de nouveaux clients, pour le consommateur qui obtient un rabais sur des produits frais et aussi pour l'environnement' insiste Francesco Ardito, le cofondateur de la PME du même nom qui a mis au point l'application. Opportunités de développement économique Cette start-up créée il y a un an et demi au sein de l'incubateur d'entreprises de l' Ecole polytechnique de Turin faisait partie des finalistes du Concours européen de l'innovation sociale l'an dernier. 'On a 50.000 utilisateurs inscrits, un millier de points de vente participants et le système fonctionne dans plusieurs villes d'Italie, indique Francesco Ardito. Et le plus important, c'est que chaque mois, près de trois tonnes de nourriture ne finissent plus à la poubelle,' assure-t-il. La PME qui emploie cinq personnes est aujourd'hui, soutenu par un grand éditeur de titres-restaurant et elle compte étendre son activité en Italie, mais aussi en Espagne et au Portugal. Ridurre lo #sprecoalimentare aiuta anche a prevenire impatti climatici come eventi estremi. https://t.co/2oZq1zy8zj pic.twitter.com/zlTKQOF9JX- lastminutesottocasa (@LM_SottoCasa) 8 avril 2016 'Le plus gros problème, c'est la multitude de petits détaillants' Mais revenons à Milan pour poursuivre notre discussion avec Simone Molteni, de LifeGate. Giacomo Segantini : 'Que peut-on faire pour mettre un terme au gaspillage alimentaire de manière générale ?' Simone Molteni : 'Le plus gros problème, c'est la multitude de petits détaillants : chacun a sa petite part de denrées à jeter. Last Minute Sotto Casa est une solution innovante qui renforce encore l'intérêt des gens pour un style de vie durable.' Giacomo Segantini : 'Si, en tant que PME, j'ai une idée innovante en lien avec le développement durable. Que me suggérez-vous de faire ?' Simone Molteni : 'Trouver le bon partenaire. Au sein du Future Lab de LifeGate, on sélectionne les meilleures start-ups innovantes et durables. On les développe par exemple, en les connectant à notre communauté de cinq millions de membres et en leur présentant des entreprises désireuses de jouer pour elles, un rôle d'incubateur.' Economie collaborative : une solution contre le gaspillage alimentaire Environ 100 millions de tonnes de denrées alimentaires sont jetées chaque année dans l'Union européenne. Limiter ce gaspillage améliore la gestion des ressources, génère des économies et réduit l'impact environnemental de la production et de la consommation de nourriture. L'innovation sociale peut contribuer à la réduction du gaspillage alimentaire par exemple, en concevant des services publics qui soient mieux adaptés aux besoins des citoyens et en donnant au final, une plus grande valeur à l'argent dépensé. Pour encourager l'innovation sociale et faire des défis sociétaux, de nouvelles sources de croissance, la Commission européenne organise le Concours européen de l'innovation sociale depuis 2012. Une entreprise italienne, Last Minute Sotto Casa a participé à cette compétition en 2015 et elle a figuré parmi les dix finalistes. Elle propose un outil original et efficace pour éviter que les produits frais invendus soient jetés. L'application qu'elle a lancée permet de remettre par mois, dans le circuit de vente, trois tonnes de nourriture qui sinon, finiraient à la poubelle. C'est un exemple concret de ce qu'on appelle l'économie collaborative : ce nouveau phénomène en plein essor s'avère prometteur pour améliorer les conditions d'achat pour les consommateurs comme la transparence, le choix et la commodité et pour réduire les coûts manière générale. Liens utiles Actions de l'UE contre le gaspillage alimentaire Last Minute Sotto Casa Concours européen de l'innovation sociale Lifegate
Vidéos Insolite
La nouvelle vidéo d’Apple nous présent Liam, un robot qui est capable de désosser un iPhone, tout seul. Un peu terrifiant, mais diablement...
Vidéos à la une
Créée à l'initative de R-Urban, l'agrocité de Colombes est un projet écologique né il y a sept ans, mais la ferme urbaine est sur le point...
Vidéos à la une
Située dans en périphérie d'Accra, Agbogbloshie est connue pour être la plus grande décharge numérique du monde. Des centaines de jeunes...
Vidéos à la une
En un tour de main transformez deux foulards dont vous ne vous servez plus en une robe design. Un recyclage vestimentaire intelligent et facile,...
Vidéos à la une
L'association 'Les Filles du Facteur' a fait de l'activité du crochet, une technique de tissage, une source de revenus pour des femmes en...
Vidéos Argent/Bourse
Les principales activités de 727 Sailbags et ses perspectives dans les cinq ans à venir ont été les thèmes abordés par Erwann Goullin, cofondateur de l'entreprise. La marque 727 Sailbags multiplie les créations de sacs, de polos et d'objets de décoration, par des voiles de bateaux recyclées. Chaque produit est en effet confectionné ou customisé avec des voiles de bateaux qui ont parcouru les courses les plus prestigieuses dans le monde. - Good Morning Business, du 2 janvier, présenté par Grégoire Favet, sur BFM Business.
Vidéos à la une
Braderie de Lille 2014 : Stand Coca Cola - Recycle du Bonheur
Vidéos à la une
Tiré par deux remorqueurs, le Costa Concordia est arrivé depuis quelques heures dans le port de Gênes en Italie à Gênes sur la côte italienne. Echoué depuis janvier 2012 près de l'ile de Giglio en Toscane, le paquebot de croisière tristement célèbre, est arrivé à bon port puisque c'est à Gênes que le bateau de croisière va être démantelé. 115.000 tonnes de métaux, de plastiques et autres matières, c'est ce à quoi vont s'attaquer environ 50 entreprises différentes et 1.000 personnes. Le chantier va durer près de deux ans et cette opération avosinnerait les 100 millions d'euros. Le Costa Concordia va être vidé de son mobilier, de son infrastructure et de ses moteurs et sera ensuite découpé pont par pont. L'opération qui va débuter, c'est un double défi écologique et économique pour la ville de Gênes qui pourrait se révéler un pôle industriel pour le démantèlement des paquebots. En investissant 1,5 milliard d'euros pour réussir le renflouage de son navire, la société des croisières Costa a redressé son image et celle du secteur que la catastrophe avait largement abîimé. Fin 2013, la compagnie des croisières Costa qui appartient au groupe américain Carnival, affichait un bénéfice opérationnel de 250 millions d'euros.
Vidéos Insolite
La société turque Pugedo a eu la bonne initiative d’installer dans les lieux publics des conteneurs qui permettent de donner à manger et à boire aux chiens errants. Pour cela, les citoyens de cette ville en Turquie doivent recycler leurs bouteilles en plastique et...
Vidéos à la une
C'est le jour J pour les habitants de l'île de Giglio en Italie. Deux ans et demi après son naufrage qui avait causé la mort de 32 personnes, le Costa Concordia est remorqué vers Gênes où il sera démantelé. L'opération a débuté peu après 11h ce matin. Le paquebot progressait à près de deux noeuds, soit à 3,7 km par heure, selon l'un des ingénieurs chargés de l'opération. Le départ de l'épave du paquebot a été suivi par des centaines de curieux sur l'île de Giglio. 'Je suis un peu inquiète, indiquait une résidente. J'espère que tout se passera bien et je souhaite qu'il parte. J'ai hâte que l'île retrouve une situation normale.' Long de près de 300 mètres, pesant quelque 114.500 tonnes, le Costa Concordia, porté par d'immenses flotteurs, est tiré par deux remorqueurs et escorté par 12 autres embarcations. Il doit effectuer un trajet de 280 km, et sera surveillé par les autorités françaises quand il passera à 25 km de la Corse. Son arrivée à Gênes prévue mardi soir ou dimanche matin. Avec AFP
Vidéos à la une
Acheter ou louer une robe de mariée d'occasion, c'est désormais possible grâce à une boutique de Tourcoing.
Vidéos à la une
Un artiste français vivant à Mexico City crée des œuvres d'art avec des objets du quotidien recyclés.
Vidéos à la une
Les bouchons continuent de rendre service! L'association des bouchons d'amour les récupère pour venir en aide aux personnes handicapées.
Vidéos à la une
Dans son atelier, Afaté Gnickou travaille sur son imprimante 3D. Une imprimante qu’il a fabriquée à partir de rien et qui va permettre de créer tout type d’objets en plastique. Il lui aura...
Vidéos à la une
C’est la nouvelle star des jardins. La poule recycle tous vos déchets et vous donne des œufs frais presque tous les jours. De plus en plus de Français investissent, et certaines villes font...
Publicité