Vidéos A la une
Le procès de deux journalistes turcs anti-Erdogan s'est ouvert à Istanbul. Un procès qui questionne sur la liberté de la presse. Can Dündar, rédacteur en chef du quotidien d'opposition Cumhuriyet, et Erdem Gül, son chef de bureau à Ankara, sont poursuivis pour un article accusant leur pays d'avoir livré des armes aux rebelles islamistes syriens. 'Ils ont essayé de tout faire pour cacher la situation, explique le journaliste Can Dündar. Et aujourd'hui comme la cour l'a dit, 'nous sommes venus ici pour juger, pas pour être jugé.' Et comme ils ne voulaient pas que ce jugement soit public, ils ont décidé qu'il se tiendra à huis clos.' Erdem Gül rajoute qu''ils risquent la prison à vie parce qu'ils ont fait leur travail. Nous allons défendre la liberté de la presse', dit-il. Les deux collègues ont été libérés en février après trois mois de détention provisoire, la Cour constitutionnelle jugeant leur emprisonnement illégal. Vidéo à l'appui, les journalistes avaient accusé les services de renseignement turcs d'envoyer des camions bourrés d'armes aux islamistes. L'article avait provoqué la fureur du président Erdogan : c'est pour cela qu'ils sont accusés d'espionnage et tentative de coup d'Etat.
Vidéos A la une
La Belgique ne connaissait pas les raisons de l'expulsion d'Ibrahim El Bakraoui de Turquie. Le pays est sur la défensive depuis qu'Ankara l'accuse d'avoir ignoré un avertissement concernant ce suspect des attentats. Devant une commission d'enquête parlementaire, Didier Reynders, le chef de la diplomatie belge, explique ce qui s'est passé : 'Une note datée du 14 juillet 2015 à 10h15 a été placée par le ministère des Affaires étrangères sur le portail électronique qui sert de canal de communication officiel avec les missions diplomatiques à Ankara. Cette note, rédigée en turc, informe l'ambassade qu'El Bakraoui est expulsé vers Amsterdam par un vol partant à 10h40 ce même jour sans mentionner les motifs de déportation.' #direct Attentats de Bruxelles: Geens, Jambon et Reynders s'expliquent https://t.co/KPEOwRTxX8 pic.twitter.com/i9VB5U6GSb- Le Soir (@lesoir) 25 mars 2016 Il a fallu huit mois à la Belgique pour rechercher El Bakraoui. Des fautes lourdes https://t.co/bxpYZJgVFB pic.twitter.com/vfbGKC14O8- Le Soir (@lesoir) 25 mars 2016 Autorités belges et européennes, le président turc Recep Tayyip Erdogan ne fait pas de distinction. Il fustige leur manque de réaction et leur laxisme : 'De tels gouvernements incompétents ! Nous détenions cet homme à Gaziantep et nous l'avons expulsé. Nous l'avons renvoyé, mais ces messieurs n'ont pas fait ce qui était nécessaire et ont relâché ce terroriste. A présent, rendez des comptes ! Répondez à cela !' Erdogan sur les attentats de Belgique : "Qui sème le vent, récolte la tempête" https://t.co/risXBz8pwi pic.twitter.com/17p4NkgCiT- Zaman France (@Zaman_France) 25 mars 2016 Expulsion d'El Bakraoui : Erdogan provoque l'embarras en Belgique et aux Pays-Bas https://t.co/aF2bIVClYX pic.twitter.com/NcpAdobl5z- Zaman France (@Zaman_France) 24 mars 2016 Le président turc ne fait pas non plus de distinction entre les séparatistes kurdes du PKK et les combattants du groupe Etat islamique : ce sont tous dit-il des terroristes.
Publicité