Vidéos A la une
Des Rafale vendus au Qatar, des satellites d'observation achetés à prix d'or par le Brésil, des Airbus A320 assemblés en Chine... Les entreprises françaises ont dû céder une partie de leur savoir-faire : c'est ce qu'on appelle les transferts de technologie. Aujourd'hui, c'est devenu presque une obligation dans les contrats. Chaque année, les grands groupes dépensent plusieurs centaines de millions d'euros dans la recherche et le développement et s'appuient également sur les sous-traitants, à la pointe de l'innovation.
Vidéos A la une
La France a livré trois nouveaux Rafales à l'Égypte. Pourtant, le ministère de la Défense a du mal à vendre ces avions de combat. Construits par Dassault, ils se distinguent principalement par leur polyvalence et les fonctions offertes par l'omniprésence de l'électronique.
Vidéos A la une
Alors qu'un accord a été signé lundi entre l'Inde et la France pour la vente de 36 rafales, les questions sur le prix et la livraison ne sont toujours pas réglées. La centaines de pages d'annexes qui a été signé détaille tous les éléments lié à la vente : contentieux juridiques, armement, configuration des équipement, etc. Selon la délégation française il faudra plusieurs semaines avant que l'accord ne soit entièrement validé.
Vidéos A la une
" Une étape décisive ". C'est ainsi que François Hollande a qualifié l'accord intergouvernemental passé entre la France et l'Inde au sujet de l'acquisition de plusieurs Rafale. New Delhi a en effet commandé 36 avions de chasse français. Le Premier ministre indien Narendra Modi l'avait annoncé lors d'une visite en France en avril 2015. Mais depuis, les discussions sont toujours en cours au sujet du prix. Le président français s'est cette fois montré sûr de lui. " L'essentiel est fait. Restent des aspects financiers qui seront réglés dans les jours prochains ", a-t-il promis.
Vidéos A la une
En visite d'État en Inde, François Hollande a une mission : finaliser la vente de 36 avions Rafale. "Nous allons franchir ici une nouvelle étape", a-t-il déclaré. La vente devrait se faire fin avril et portera sur un contrat de 5 milliards d'euros. L'Inde deviendra, après le Qatar et l'Égypte, le troisième plus gros client de Dassault.
Vidéos A la une
François Hollande est arrivé en Inde ce dimanche matin pour une visite d'État de trois jours. Objectif : finaliser la vente des 36 rafales commandés par le premier ministre indien. Selon Valérie Nataf, envoyée spéciale, les négociation s'avèrent cependant plus compliquées que prévu.
Vidéos A la une
La vente définitive de 36 avions Rafale devrait se faire fin avril. Avec cette visite, François Hollande espère assurer ce contrat de 5 milliards d'euros. L'Inde et Dassault Aviation négocient encore le prix. Au départ, le pays voulait fabriquer sous licence ses propres avions via un transfert des technologies, une idée abandonnée. L'Inde deviendra après le Qatar et l'Égypte, le troisième plus gros client de Dassault.
Vidéos A la une
François Hollande est arrivé ce dimanche matin à Chandigarh pour une visite de trois jours en Inde. Accompagné d'une poignée de ministres et de plusieurs dizaines de dirigeants d'entreprises, le président entame, symboliquement, son périple dans le pays par la découverte de cette ville nouvelle dessinée dans les années 50 par l'architecte franco-suisse Le Corbusier. Viendra ensuite le temps des discussions à New Delhi avec le Premier ministre Narendra Modi. Objectif majeur du voyage, la conclusion d'un accord sur la vente de 36 avions Rafale à l'Inde. Ce contrat, estimé à au moins cinq milliards d'euros, fait l'objet de négociations complexes que seul un accord politique permettrait de faire aboutir.
Vidéos A la une
François Hollande arrive dimanche en Inde pour sa deuxième visite d'Etat dans le pays. Pendant ces trois jours, le Rafale ne sera pas au menu officiel du voyage. Mais c'est bien son costume de VRP que le Président compte endosser.
Vidéos A la une
Même dans une zone dégagée, piloter un drone n'est pas sans risque. On est jamais à l'abri d'une rafale de vent, d'un oiseau agressif ou encore d'une citrouille tueuse !
Vidéos Insolite
Même dans une zone dégagée, piloter un drone n'est pas sans risque. On est jamais à l'abri d'une rafale de vent, d'un oiseau agressif ou...
Vidéos A la une
La Russie a protesté contre une manoeuvre "dangereuse" d'un avion de chasse français près de l'appareil amenant le président de la Douma à Genève. Ces accusations ont été immédiatement rejetées par la France qui a affirmé qu'il s'agissait d'un F-18 suisse, explique Jean-Didier Revoin, correspondant de LCI en Russie,
Vidéos Insolite
L'Eurofighter, l'avion de combat co-produit par l'Italie, l'Allemagne, le Royaume-Uni et l'Espagne présente des vices cachés. L'Allemagne retire...
Vidéos A la une
La "légitime défense", c'est ainsi que François hollande a qualifié dimanche les premières frappes françaises en Syrie. Six avions dont cinq rafales ont détruit un camp d'entrainement de Daech. D'autres frappes pourraient avoir lieu dans les prochaines semaines.
Vidéos A la une
Dassault a livré lundi les trois premiers des 24 avions de combat Rafale commandés par l'Egypte lors d'une cérémonie sur la base aérienne 125 à Istres, principal site d'essais en vol du Rafale. Des pilotes égyptiens prendront eux-mêmes les commandes des avions.
Vidéos A la une
Lors des répétitions du défilé aérien pour le 14 juillet au-dessus de Châteaudun ce mardi, Christophe Delay, le présentateur de Première édition, a pu monter à bord d'un Rafale. Grâce à une caméra GoPro, on l'aperçoit dans le cockpit de l'appareil, profitant d'une vue panoramique assez spectaculaire. Christophe Delay a également pu livrer ses impressions en direct sur BFMTV.
Vidéos A la une
Tout au long de ce mardi matin, BFMTV a couvert les répétitions du défilé aérien du 14 juillet. Le présentateur de Première édition, Christophe Delay, était à bord d'un des Rafale. Du briefing jusqu'au vol, notre journaliste n'a rien raté de cet entraînement spectaculaire. A la descente de l'appareil sur la base aérienne de Saint-Dizier, il livre même ses impressions.
Vidéos A la une
Tout au long de ce mardi, BFMTV réalisera plusieurs duplex depuis la base aérienne de Saint-Dizier, qui prépare actuellement le futur défilé parisien du 14 juillet. Avant le décollage, Christophe Delay nous présente le Rafale, accompagné de son pilote.
Vidéos A la une
32.600 nouveaux avions sont attendus sur le marché d'ici vingt ans, selon une étude d'Airbus. En somme, des achats à la pelle ces prochaines années pour les constructeurs d'aéronefs. Certains contrats se signent au Salon du Bourget, dont la 51e édition a ouvert ses portes lundi. En quelques heures seulement, l'européen Airbus et l'américain Boeing ont annoncé plusieurs commandes.
Vidéos A la une
Falcon 8X, Rafale, A350 XBW, A400M... Les grands constructeurs ont présenté ce lundi au premier jour du salon du Bourget leurs appareils lors d'un vol de démonstration.
Vidéos A la une
Le Rafale est une fierté de l'industrie aéronautique française. De Mitterrand à Hollande, c'est un détour obligatoire pour les politiques au salon du Bourget.
Vidéos A la une
Depuis hier, François Hollande est l'invité d'honneur des pays du Golfe. Une lune de miel de deux jours, entre Qatar et Arabie Saoudite. A Doha hier, le président français a assisté à la signature d'un contrat pour la livraison de 24 Rafale au Qatar. Montant de la transaction : 6,3 milliards d'euros. " La France est regardée comme un pays fiable ", s'est félicité François Hollande. Et pour cause : les pétromonarchies sunnites du Golfe voient d'un mauvais oeil le rapprochement des américains et de l'Iran chiite, dans le cadre de l'accord sur le nucléaire iranien et saluent la fermeté de la France sur ce dossier. Le chef de l'état continue sa visite aujourd'hui à Riyad où il est l'invité exceptionnel du Conseil de coopération du Golfe (CCG), une grande première pour un occidental. Alors entre Paris et les pays du Golfe, c'est l'entente parfaite ? En tout cas, la France, en s'opposant à un accord sur le nucléaire iranien au rabais, devient un partenaire politique essentiel. A l'inverse, avec ses pétrodollars, le Qatar et l'Arabie Saoudite sont des clients fortunés qui ont largement les moyens de s'offrir des avions made in France. Seulement voilà, il existe une ombre au tableau à cette belle idylle. L'Arabie Saoudite serait au mieux un modèle pour les djihadistes de Daech, au pire, leur protecteur, alors que la France les combat sans relâche. Mais ce sujet ne sera sans doute pas abordé. L'essentiel est aujourd'hui de préserver l'entente commerciale et économique. La France a-t-elle raison de se rapprocher des pétromonarchies du Golfe ? Soutiennent-elles officieusement Daech ? Les invités d'Arnaud Ardoin en débattent ce soir sur le plateau de Ça vous regarde. Invités Gwendal Rouillard, député PS du Morbihan Nathalie Goulet, sénatrice UDI de l'Orne Bernard Guetta, chroniqueur de politique internationale à France Inter et Libération Olivier Da Lage, journaliste à RFI, spécialiste de la Péninsule arabique et co-auteur de Qatar, les nouveaux maîtres du jeu, éditions Demopolis, 2013 Question JDD : La France a-t-elle raison de vendre des avions au Qatar ?
International
Derrière la transaction financière avec le Qatar se cacherait une contrepartie permettant à l’émirat de multiplier son trafic aérien en France… au détriment de la compagnie aérienne française.
International
Depuis quatre mois, l’avion de chasse français engrange des succès commerciaux à l’étranger. Des ventes fortement liées aux problématiques géopolitiques et à l'entremise de la diplomatie française.
Vidéos A la une
François Hollande était au Qatar ce matin pour signer la vente de 24 Rafales au pays. "Des contreparties , il y en a quand même beaucoup", a affirmé Vanessa Ratignier, journaliste, évoquant "la convention fiscale" et "le sponsoring".
Vidéos A la une
François Hollande était au Qatar ce lundi matin pour signer la vente de 24 Rafales au pays. "Faire du business c'est important, mais à quel prix ?", s'interroge Vanessa Ratignier, journaliste.
Vidéos A la une
Le Qatar a signé un contrat portant sur l'achat de 24 Rafale lundi, en présence de François Hollande. Le chef de l'Etat s'est exprimé depuis Doha suite à cette signature. Il s'est félicité de voir la France gagner de une crédibilité mondiale dans le secteur aéronautique.
Vidéos A la une
Le Qatar s'est officiellement engagé à acheter 24 Rafale lundi en signant un contrat en présence de François Hollande. Le contrat portera sur une somme de 6,3 milliards d'euros. Un second contrat, confidentiel, sera un accord intergouvernemental portant sur la formation de 36 pilotes et d'une centaine de mécaniciens.
Vidéos A la une
François Hollande est attendu ce lundi au Qatar pour la signature de deux contrats. Le premier concerne la vente de 24 Rafale et le second, la formation de pilotes et mécaniciens. Cet accord s'élève à plus de 6 milliards d'euros.
Vidéos A la une
Dans une interview accordée au Journal du Dimanche, Jean-Yves Le Drian, le ministre de la Défense, a affirmé que les commandes de Rafale vont permettre "la création de 30 000 emplois".

Pages

Publicité