Vidéos A la une
L'Assemblée nationale a rétabli vendredi la pénalisation des clients de prostituées, en adoptant en deuxième lecture la proposition de loi renforçant la lutte contre la prostitution. Le gouvernement souhaite une mise en oeuvre rapide du texte, mais il doit encore repasser devant les sénateurs, opposés au projet. Il peut y avoir jusqu'à trois allers-retours entre les deux chambres. En cas de désaccord persistant, les députés auront le dernier mot.
Vidéos A la une
Dans la nuit de lundi à mardi, le Sénat a supprimé la pénalisation des clients et rétabli le délit de racolage lors de l'examen d'une proposition de loi visant à renforcer la lutte contre la prostitution. Yves Charponel, président de la fondation "Scelles", qui vient en aide aux personnes souhaitant sortir de la prostitution, estime qu'il s'agit d'un manque de courage de la part des sénateurs. "Si on veut lutter contre un système économique, il faut lutter contre l'offre et la demande. L'offre ce sont les proxénètes, et la demande, les clients", explique-t-il. L'association Médecins du Monde n'est pas favorable à la pénalisation des clients mais souhaite l'abolition du délit de racolage estimant qu'"il aggrave les conditions d'existence des prostitués".
Vidéos A la une
Un arrêté municipal permet à la police d'interpeller les prostituées si ils considèrent qu'elles portent des tenues indécentes.
Vidéos A la une
Une députée socialiste va déposer dans les prochaines semaines une proposition de loi pour pénalsier les clients des prostituées en France. En revanche, le délit de racolage public à...
Publicité