Politique
Christiane Taubira a dénoncé certains propos inscrits sur le compte du sénateur FN et qui mériteraient selon elle "un traitement pénal". Voici ce qui s’y trouve.
Vidéos A la une
Invitée jeudi de Ruth Elkrief sur BFMTV, Marine Le Pen, présidente du Front national, a réagi aux plaintes déposées contre dix candidats FN aux départementales, pour propos "racistes et antisémites". "Nous nous attachons aux préoccupations des gens. Nous n'avons pas le temps d'aller scanner jusqu'à cinq ans en arrière les comptes Twitter des suppléants de nos candidats", a-t-elle expliqué. Marine Le Pen juge les candidats FN victimes d'une "véritable campagne qui s'appuie sur le mépris de classe".
Vidéos A la une
Des milliers de partisans du parti de droite, Ligue du Nord, sont descendus dans les rues de Rome ce week-end pour manifester contre le...
Vidéos A la une
L'Union des étudiants juifs de France a organisé dimanche 22 février à Paris, les premières Assises de la lutte contre la haine sur Internet. La ministre de la Justice, Christiane Taubira, a clôturé ces rencontres en réaffirmant sa détermination à doter la France d'outils juridiques pour contrer les dérives racistes sur la toile. "Tout ce qui est illégale, qui est infraction dans l'espace physique doit l'être également sur Internet", a-t-elle indiqué. Ce qui pose le plus problème en ligne, c'est l'anonymat. Caché derrière son écran, n'importe qui peut poster, insulter et diffamer. Internet n'est pas pour autant une zone de non droit. L'injure raciste par exemple, est punie de six mois de prison et 22.500 euros d'amende.
Publicité