Vous avez besoin de faire réaliser des travaux dans votre résidence principale, vous devez acheter ou changer de voiture. C'est le moment de vous décider si vous voulez récupérer une partie de ces dépenses, l'an prochain, grâce aux divers crédits d'impôts existants.

Quand le fisc rembourse une partie des factures !

En matière fiscale, c'est toujours avec une année d'avance qu'il faut savoir si l'on veut faire usage d'un dispositif attrayant comme l'est le crédit d'impôt. C'est plutôt agréable de recevoir un chèque du fisc, surtout quand on n'est pas imposable. Mais attention, c'est quand même vous (et non le fisc) qui payez les factures au départ. Mieux vaut donc bien calculer l'avantage fiscal in fine. Le crédit d'impôt est en effet limité à au moins deux conditions : un taux et un plafond de prise en compte des dépenses, plus ou moins élevées. A terme, toutes les factures ne sont donc pas à moitié remboursées. Mais quand les travaux ou l'achat s'imposent à plus ou moins brève échéance, c'est sans doute le bon moment pour se décider. Voici quels sont les principaux crédits d'impôt actuellement en vigueur pour les particuliers.

- L'emploi d'un salarié à domicile. Ce marché de l'aide à la personne est en plein essor (11 000 structures agréées pour 144 000 emplois créés selon le Ministre de l'emploi). Jusqu'à présent, il ouvrait seulement droit à une réduction d'impôt. Désormais, il fonctionne aussi avec le dispositif du crédit d'impôt. C'était déjà le cas depuis que la loi de Finances rectificative l'avait étendu pour des services tels que le soutient scolaire, la garde d'enfants et les cours à domicile. Mais cette loi laissait de côté les travaux ménagers et autres services, aujourd'hui rétablis grâce à la toute récente loi relative au droit au logement.

A ce sujet, de nombreuses informations sont disponibles sur le site servicealaperosnne.gouv.fr et au téléphone, en composant le 3211, la ligne dédiée ouverte le 7 mars dernier. Du coup, l'entretien de la maison, les petits travaux de jardinage, la livraison de repas ou de courses à domicile, l'assistance aux seniors (hors actes médicaux) et l'assistance informatique, par exemple, entrent dans le champ d'application du crédit d'impôt.

Publicité
Mais attention, comme ce dispositif est subordonné à l'obligation d'être encore en activité ou inscrit au chômage, cela signifie que les retraités demeurent sous le régime de la réduction d'impôt, dispositif plus attrayant pour ceux qui en paient le plus ! Dans la pratique, le crédit s'élève à 50 % des sommes versées limitées à 12 000 euros (éventuellement majorées de 1 500 euros par enfant à charge sans pouvoir excéder 15 000 euros) ou 20 000 euros en cas d'invalidité. Exemple : une personne qui aura déboursé 5 000 euros de salaires en 2007 recevra en 2008, un chèque de 2 500 euros du Trésor Public.
Publicité