International
Aux Etats-Unis, une fille de 21 ans met en vente sa virginité afin d’aider sa famille qui a tout perdu financièrement en 2014.
Société
Surnommée "Madame N.", la septuagénaire a été mise en examen pour "proxénétisme aggravé". Elle est considérée comme la "tête pensante" du réseau.  
Société
Une jeune femme de 18 ans a vécu un calvaire pendant six mois dans un appartement à Angoulême. Elle assure avoir été frappée par son petit ami, ainsi que séquestrée et obligée à se prostituer.
International
Avant de croiser les producteurs de la série, Josephine Gillan menait une toute autre vie. Elle vient de révéler comment la série l'avait écartée de la prostitution. 
Société
Créé il y a un peu plus de dix ans, le Lotus bus, surnommé "bus putes", circule dans les rues de Paris pour venir en aide à des prostituées asiatiques. Mais certains maires voient d’un mauvais œil ce dispositif. 
Vidéos Alaune
Selon Morgane Merteuil, travailleuse du sexe et porte-parole de leur syndicat, pas plus de 15% des prostituées sont d'origine étrangère. Des déclarations qui ont mis en colère Me Lorraine Questiaux, avocate. "L'immense majorité d'entre elles sont déjà prostituées au pays, frappées, marquées au tatouage... on les traite comme de la marchandise" s'est-elle indignée sur LCI.
Vidéos Alaune
SEPT A HUIT. Au Bangladesh, le village de Daulatdia est le plus grand quartier de prostituées du pays parmi les 11 autorisés. Ici, plus de 1.200 femmes vendent leur charme jour et nuit. Une misère sociale qui pousse beaucoup d'entre elles à embrasser cette vie de mère en fille, souvent dès le plus jeune âge.
Vidéos Alaune
La loi prostitution a été adoptée, les clients devront payer désormais payer 1500 s'ils sont interpellés.
Vidéos Alaune
Hier, l'Assemblée s'est prononcée en faveur du texte qui prévoit une amende de 1 500 euros, et jusqu'à 3 750 euros en cas de récidive. Le délit de racolage passif, institué en 2003 par le ministre de l'Intérieur de l'époque, Nicolas Sarkozy, est lui supprimé. Projet de loi sur la prostitution #PPLProstitution : le détail des votes. pic.twitter.com/0cbTOve6zC- Batou (@_batou_) 6 avril 2016 Un texte salué par Claire Quidet, membre du==Mouvement du Nid==. 'Les personnes prostituées ne sont plus considérées comme des délinquantes. Si elles sont agressées, elles pourront désormais aller porter plainte à la police, ce qu'elles n'osaient jamais faire jusque-là. Le rapport de force avec leur client va être complètement différent puisqu'elles sont dans une position de force : 'moi je ne suis pas coupable, je ne suis pas délinquante, mais toi ce que tu fais, c'est interdit par la loi'. avec #PPLProstitution nous éduquons les jeunes au respect de l'intégrité physique et psychique d'autrui (Marie-George Buffet)- Mouvement du Nid (@MouvementduNid) 6 avril 2016 Si les abolitionnistes, opposés à toute forme de prostitution, se félicitent de l'approbation du texte, les associations de défense des travailleurs du sexe s'y opposent. 'Si les clients sont pénalisés, ils auront peur. Les filles vont devoir se cacher pour exercer leur métier, qui est légal, je le rappel. Le client pourra d'autant plus imposer ses choix, puisque que c'est lui qui risque d'avoir des problèmes avec la justice, comme notamment les rapports non protégés', estime Elisabeth Lansey, membre des amis du bus des femmes. #Prostitution La pénalisation des clients définitivement votée au Parlement https://t.co/ZAimIHbLM4 pic.twitter.com/GyvSMtdPW4- francetv info (@francetvinfo) 6 avril 2016 Le texte prévoit en outre la création d'un parcours de sortie de la prostitution, avec des mesures d'accompagnement social, ainsi qu'un titre de séjour de six mois pour les prostituées étrangères engagées dans ce parcours.
Vidéos Alaune
La pénalisation des clients de prostituées a été définitivement adoptée par le Parlement français. L'achat d'actes sexuels sera désormais passible d'une amende de 1.500 euros, jusqu'à 3.500 euros en cas de récidive. En parallèle, les prostituées ne seront plus verbalisées pour racolage. Avec AFP
Vidéos Alaune
Une proposition de loi renforçant la lutte contre la prostitution devrait être adoptée ce mercredi par les députés. Des prostituées et des clients ont protesté autour de l'Assemblée nationale pour faire part de leur mécontentement. Pour eux, cela ne va pas régler le problème des réseaux de prostitutions illégaux.
Vidéos Alaune
Les députés votent ce mercredi, un texte sur la prostitution, dont la mesure phare est la pénalisation des clients. Celui-ci sera passible d'une amende de 1.500 euros s'il est pris en flagrant délit et il devra suivre un stage de sensibilisation aux conditions de vie des prostituées. Quant à ces dernières, elles ne seront plus considérées comme des délinquantes mais comme des victimes. D'autres mesures prévoient un accompagnement social pour les aider à se sortir de ce milieu, si elles le souhaitent. Les travailleurs du sexe seraient quelque 30.000 en France.
Société
Mardi dernier, trois grands réseaux de prostitution ont été démantelés entre le Gard et Avignon. La proxénète présumée serait une ténancière d'hôtel agée de 85 ans. 
Société
Deux hommes et une femme ont été mis en examen samedi à Lyon pour avoir monté un plan machiavélique qui a permis d'extorquer les biens d'au moins 52 victimes. 
Vidéos Alaune
La célèbre proxénète Madame Claude, de son vrai nom Fernande Grudet, s'est éteinte à 92 ans à Nice ce samedi. Elle était à la tête d'un réseau de prostitution dans les années 1960 et 1970.
Société
Après avoir mené une vie des plus rocambolesques, Madame Claude, une célèbre proxénète française, est décédée lundi dans son petit appartement située sur la Côte d’Azur.
Société
Un homme de 54 ans a été condamné mardi à de la prison ferme par un tribunal de Meaux (Seine-et-Marne) pour avoir prostitué sa compagne  2742 fois en cinq ans. Plus de détails sur cette sordide affaire. 
Vidéos Alaune
Au musée d'Orsay, une exposition passionnante consacrée à la prostitution dans la peinture est actuellement à l'honneur. Les travailleuses du sexe occupaient une place très importante dans la société française, notamment à la fin du second empire. Une époque très particulière dans l'histoire de Paris que l'on retrouve dans ces oeuvres parfois très célèbres.
Vidéos Alaune
Invités du débat : - Danielle Bousquet, ancienne députée, actuellement présidente du Haut Conseil à l'égalité entre les femmes et les hommes. - Guy Geoffroy, Député Les Républicains de Seine-et-Marne - Maîtresse Gilda, Porte-parole du STRASS - Loic Le Couplier, Syndicat de Police Alliance
Vidéos Alaune
Le théologien et historien des sciences, Jacques Arnould, également ancien prêtre, raconte dans un de ses livres les 20 ans qu'il a passés avec des prostituées. Il explique notamment comment il fut compliqué d'établir le dialogue avec certaines et comment le rapprochement avec l'Église a aidé les choses.
Vidéos Alaune
La décision contestée d'Amnesty International. L'ONG a décidé de militer désormais pour que les États décriminalisent la prostitution. C'est le résultat du vote de son conseil international qui a eu lieu mardi à Dublin en Irlande, après deux ans de recherches et de débats. Le but : mieux protéger les travailleuses du sexe, souvent marginalisées et victimes de violences. 'La prostitution n'est pas un droit de l'homme, mais les travailleurs du sexe ont des droits de l'homme, explique la déléguée européenne de l'organisation, Gauri Van Gulik. Ils ont droit à la sécurité, à la sécurité sociale, d'être libérés des trafics et de l'exploitation. C'est ce que nous sommes en train d'essayer de faire avec cette politique' Amnesty entend dépénaliser non seulement les prostituées, mais aussi leurs clients et leurs proxénètes. Ce qui provoque la colère de nombreuses associations des droits des femmes, notamment sur Twitter, qui estiment que légaliser la prostitution augmenterait l'esclavagisme sexuel. #ICM2015 #NoAmnesty4Pimps pic.twitter.com/RoMwvcKxtO- Gerda Christenson (@QAB18) August 12, 2015 #amnesty will für die Deregulierung der Prostitution & einen freien Markt der Frauenhändler kämpfen. Geht's noch?! http://t.co/SW2zsOCZfx- EMMA (@EMMA_Magazin) August 12, 2015
Vidéos Alaune
Près de 1000 manifestants se sont rassemblés devant l'ambassade du Japon en Corée du Sud. Pendant la seconde guerre mondiale, l'armée impériale japonaise a enrôlé de force près de 200 000 femmes, coréennes, mais aussi chinoises ou indonésiennes, pour devenir des esclaves sexuelles, dans les maisons closes de l'armée. Ces femmes étaient surnommées, les dames de réconfort. Lee young Soo, victime, ancienne 'femme de réconfort' : ' Si le Japon, avant, était sourd, maintenant il peut entendre. Si le Japon avant était aveugle, maintenant il peut voir. Parce que ce pays a suffisamment entendu nos nombreuses demandes. Ils doivent présenter des excuses et des compensations. ' En 1965, 800 millions de dollars ont été versés à la Corée, en dédommagement. Pourtant pour Séoul, le Japon a encore une dette historique. Très régulièrement, des manifestations ont lieu devant l'ambassade du Japon. Park Eun-Hye, manifestante: 'Nous , la jeune génération , ne pouvons pas oublier, nous voulons que ce problème soit résolu définitivement. Je participe à des manifestations chaque semaine, pour que le Japon se réveille. J'agis de toutes mes forces, et je continuerai même après la mort de toutes les anciennes femmes de réconfort.' Un incident a eu lieu à la fin de la manifestation. Un militant a tenté de s'immoler par le feu. Malgré de nombreuses brûlures, ses jours ne sont pas en danger, l'homme a été sauvé par plusieurs participants.
Vidéos Alaune
En 1988, les équipes de TF1 ont enquêté sur la pratique du Minitel rose, l'ancêtre du téléphone rose. Derrière les écrans se trouvaient principalement des étudiants qui cherchaient à arrondir les fins de mois pour 40 francs de l'heure, soit près de 10 euros.
Vidéos Alaune
L’UNICEF a déclaré qu’au moins 245 enfants avaient été sauvés alors qu'ils allaient être vendus ou placés illégalement dans des...
Société
L'Assemblée nationale a voté vendredi pour la pénalisation des clients de prostituées. Le texte doit désormais être approuvé par le Sénat. 
Vidéos Alaune
Il tourne une page, après 4 ans d'affaires judiciaires sur fond de scandales sexuels. Dominique Strauss Kahn a été relaxé dans l'affaire du Carlton où il était poursuivi pour proxénétisme aggravé. Il risquait jusqu'à 10 ans de prison et 1,5 million d'euros d'amende. Le tribunal a estimé ne pas avoir suffisamment de preuves contre celui qui a reconnu avoir une sexualité 'plus rude' que 'la moyenne des hommes', et dont le comportement a plus a voir avec le libertinage qu'avec le proxénétisme. L'instruction a été qualifiée de 'château de cartes' par Henri Lelerc, un des avocats de DSK. 'La mise en examen de DSK, qui était totalement idéologique, reposait sur des critères moraux, et absolument pas juridiques. Nous avons dit qu'il n'y avait aucun fait d'aucune nature susceptible d'estimer qu'il pouvait avoir commis un délit de proxénétisme', a-t-il ajouté. Seul un des 14 prévenus comparaissant dans l'affaire du Carlton a été condamné pour proxénétisme - René Kojfer, l' ancien chargé des relations publiques de l'Hôtel Carlton de Lille- à la grande surprise de Dominique Alderweireld, alias Dodo la saumure, tenancier de maison close : 'Je m'attendais à une peine de prison, honnêtement, mais, beaucoup de courage (de la part du tribunal)'. Dominique Strauss Kahn était soupçonné d'être le 'pivot central' de rencontres avec des prostituées entre 2008 et 2011. Des parties fines organisées à Paris, Bruxelles et Washington.
Vidéos Alaune
Le député UDI Charles de Courson a voté vendredi pour la pénalisation des clients de prostituées. "Par ses dispositions, ce texte inverse totalement l'approche de la lutte contre le système prostitutionnel (...) et fait de la prostituée autrefois désignée comme délinquante une victime", s'est félicité le député de la Marne. "Beaucoup d'hommes voire de femmes devraient méditer le célèbre épisode du nouveau Testament lorsque le Christ sauve une prostituée de la lapidation", a-t-il lancé avant de lire le passage. "Que celui qui n'a jamais péché lui jette la première pierre!"
Vidéos Alaune
"Pas à vendre" ou encore "Pas de demande, pas d'offre". Les messages inscrits sur le corps des Femen ce vendredi appelaient à l'abolition de la prostitution. Le collectif a manifesté devant l'Assemblée nationale alors que les députés ont voté pour la pénalisation des clients de prostituées. Une décision saluée par les Femen: "On est pour l'abolition de la prostitution car on estime que c'est de l'esclavage moderne. Evidemment, on ne veut pas que les prostituées soient précarisées. Il y a quand même toute une partie de la loi qui est faite pour aider celles, qui le veulent, à sortir de la prostitution. La prostitution choisie, ça représente un pourcentage infime de la prostitution aujourd'hui", a déclaré l'une d'entre elles à BFMTV.
Vidéos Alaune
Faut-il pénaliser les clients de prostituées ? C'est en tout cas la volonté du gouvernement qui, à travers une proposition de loi socialiste, souhaite légiférer sur le sujet. Le texte, adopté en première lecture à l'Assemblée prévoyait de punir par une contravention de 1 500 euros toute personne ayant recours à une prostituée. Il supprimait aussi le délit de racolage, instauré en 2003 par Nicolas Sarkozy, alors ministre de l'Intérieur. Mais le sénat a retiré ces deux principales mesures, le vidant le texte de sa substance. La ministre de la Santé, Marisol Touraine, avait dénoncé " une régression des droits des femmes " et s'était élevée contre le rétablissement du délit de racolage, " qui fait des femmes et hommes maintenus sous la coupe des réseaux internationaux de traite des êtres humains des coupables, au lieu de les reconnaître comme des victimes ", et contre la suppression de la pénalisation des clients, " un outil majeur pour faire reculer la demande ". A partir de demain dans l'hémicycle, les députés devraient rétablir le texte d'origine puis l'adopter. Les hommes et les femmes politiques sont très divisés sur le sujet et le clivage se situe souvent au sein même des partis. A gauche, les Verts s'opposent fermement au texte de leurs alliés socialistes. Ils dénoncent une loi moralisatrice et craignent que les prostituées travaillent dans la clandestinité, loin des associations qui les aident au quotidien. A droite, Guy Geoffroy, co-auteur en 2011 d'un rapport sur la prostitution, soutient la loi PS. Mais ses collègues du groupe Les Républicains sont au mieux indifférents, au pire hostiles : " le sujet est dérangeant car les vieux schémas, comme l'idée que la prostitution restera le plus vieux métier du monde ou qu'elle est nécessaire, sont encore présents ", déplore le député. L'issue de cette proposition de loi ne fait guère de doute : son contenu initial devrait être adopté. Mais elle révèle un véritable clivage dans la société entre ceux qui souhaite abolir la prostitution et ceux qui estiment qu'il vaut mieux l'encadrer. Faut-il pénaliser les clients de prostituées ? Est-il possible d'abolir la prostitution ? Existe-t-il un risque à vouloir criminaliser la prostitution ? Les invités d'Arnaud Ardoin en débattent ce soir sur le plateau de Ça vous regarde. Invités : Sergio Coronado, député écologiste des Français de l'étranger Janine Mossuz-Lavau, directrice de recherche au Cevipof et auteure de La prostitution, Editions Dalloz, février 2015 Lorraine Questiaux, chargée des affaires juridiques au mouvement du Nid Charles de Courson, député UDI de la Marne Question JDD : Faut-il sanctionner les clients de prostituées ? Votez sur LeJDD.fr.
Société
Une étude publiée jeudi a évalué le coût de la prostitution en France, en prenant en compte plusieurs critères.

Pages

Publicité