Vidéos A la une
Troisième jour d'examen en commission spéciale pour le projet de loi Macron. Les députés ont débattu mercredi du fameux article 12 du texte, qui porte sur la réforme des professions réglementées. Ils ont longuement évoqué l'opportunité d'instaurer un "corridor tarifaire" pour les professionnels du droit, dont les notaires. Il s'agit d'obliger ces derniers à fixer leurs honoraires entre un tarif plafond et un tarif plancher. "Il y a des études qui gagnent bien leur vie. Et alors ?" Corridor tarifaire ? Une disposition qualifiée de "couloir de la mort" mercredi matin par Philippe Gosselin, député UMP de la Manche. La droite a longuement bataillé pour obtenir la suppression de l'article en question. Philippe Vigier, président du groupe UDI à l'Assemblée nationale, a ainsi interpellé Emmanuel Macron : "C'est vrai qu'il y a des études qui gagnent très bien leur vie. Et alors ? D'ailleurs vous avez déclaré Monsieur le ministre avec justesse il n'y a pas longtemps que vous seriez heureux qu'il y ait en France des jeunes qui peuvent devenir milliardaires..." "Arguments fournis sous forme de kits" La bataille acharnée menée par l'opposition a irrité Richard Ferrand, le rapporteur général du texte : "Certaines professions ont atteint un haut niveau dans l'art de la communication et parviennent à faire valoir des arguments que l'on entend à l'envie, qui sont diffusés sous forme de kit pour les plus oublieux d'entre nous...." Une allusion directe aux lobbys qui semblent sévir à l'Assemblée... Ambiance. Malgré ces débats houleux[, les amendements de suppression de l'article 12 n'ont pas été adoptés. Quelques secondes avant le vote, François Brottes, le président (PS) de la commission, a déclaré : "Chers collègues, nous aurons eu trois heures de discussion générale sur cette question (...) chacun a pu, je crois, exprimer l'ensemble de ces arguments." Les députés ont finalement adopté un amendement assouplissant le "corridor tarifaire".. Ils seront fixes en-dessous d'un seuil pour les actes de la vie courante, liés notamment au droit des personnes et de la famille, et pour les actes d'une exécution peu complexe. Au-delà de ce seuil, ils pourront varier, dans la limite d'un tiers au-dessus et en-dessous d'un tarif de référence. >> A lire aussi : VIDÉO - Emmanuel Macron : "L'autocar a un meilleur bilan carbone que le covoiturage" Maxence Kagni
Vidéos A la une
Valérie Pécresse, députée UMP des Yvelines, ancienne ministre du Budget, a répondu aux questions de Ruth Elkrief sur les mesures annoncées par la loi Macron pour accentuer la croissance et l'activité en France. Le gouvernement français a présenté ce mercredi le projet de loi Macron. Un texte très attendu sur lequel il compte pour "déverrouiller l'économie française". Mais à peine présentée, la proposition est déjà décriée par une partie de sa majorité de gauche et plusieurs syndicats de salariés, et contestée dans la rue par les professions juridiques.
Vidéos A la une
Interview de Maître Patricia Lyonnaz, bâtonnier de l'ordre des avocats d'Annecy, sur la mobilisation d'une semaine des avocats de Haute-Savoie contre la réforme des professions réglementées.
Vidéos A la une
"Quand le gouvernement fait des choses bien, il faut le dire !" La loi Activité présentée ce matin par le ministre de l'Economie Emmanuel Macron est tout à fait du goût du député Patrick Ollier qui n'hésite pas à le faire savoir. "Si aujourd'hui Monsieur Macron reprend les idées de l'UMP et les développe, je ne peux que m'en réjouir. Sur le travail du dimanche et le transport en autocars, ce sont de bonnes idées", déclare au micro de LCP, le député des Hauts-de-Seine. Et l'élu va même plus loin : il propose carrément au ministre de l'Economie d'adhérer à l'UMP. "Si Monsieur Macron veut nous rejoindre, il est le bienvenu !" Des propos recueillis par Valérie Brochard et Hugo Leenhardt
Politique
Dans le cadre de la remise du prix sur l'Audace créatrice, François Hollande est revenu sur les efforts budgétaires prévus pour l'année 2015.
Vidéos Argent/Bourse
Le 22 août, l'ouverture de la concurrence sur le marché de la vente de médicaments et de produits pharmaceutiques a été le thème abordé par Emmanuel Combe, vice-président de l'Autorité de la concurrence, dans Good Morning Business, avec Stéphane Soumier, sur BFM Business.
Politique
La garde des Sceaux n’a pas apprécié la manière dont le ministre de l’Economie l’a écartée du projet de loi sur les professions réglementées. Et elle le lui a fait savoir dans un tacle envoyé en plein Conseil des ministres.
Vidéos A la une
Véronique Jacquier reçoit Henri Guaino, député UMP des Yvelines.
Emploi - Retraite
Pas moins de 37 professions réglementées ont fait l’objet d’un rapport accablant publié ce mardi par l’Inspection générale des finances. 
Vidéos A la une
A. Montebourg détaillait jeudi sa "feuille de route" pour la croissance qui doit redonner 6 milliards d'euros aux ménages. Il entend pour cela libéraliser les professions réglementées (huissiers, notaires, avocats...). Jean Tarrade, président du conseil supérieur du notariat, lui répond.
Actualités
Un récente sondage a interrogé les Français sur les réformes qu'ils souhaiterait voir mises en oeuvre. Les mesures en faveur des entreprises et de la baisse de la dépense publique sont mises en avant. Le point avec Planet.fr.
Vendre un logement nécessite au préalable de réaliser plusieurs diagnostics techniques afin de protéger l'acquéreur contre de mauvaises surprises. Les bailleurs aussi vont être concernés par trois de ces diagnostics.
Publicité