Vidéos A la une
Au Mali, après la prise d'otages et l'attaque de l'hôtel Radisson Blu, l'heure est au bilan. Le luxueux hall et les couloirs sont méconnaissables car criblés de balles. Une barbarie qui a pris au piège de nombreux touristes encore choqués, mais qui peuvent témoigner. Le Président de la république a décrété trois jours de deuil national et un état d'urgence de dix jours.
Vidéos A la une
Le correspondant au Mali de LCI, Serge Daniel, donne des éclaircissements sur la situation au Mali après la prise d'otages meurtrière de vendredi. Si le Mali pouvait se sentir menacé après l'intervention des forces françaises en janvier 2013, il ne s'attendait pas à ce qu'un hôtel soit visé avec des étrangers dedans. L'État d'urgence a été décrété pour dix jours par le Président .
Vidéos A la une
Au Mali, la prise d'otages de l'hôtel de Bamako fait état d'un bilan de 27 morts. L'attaque a été revendiquée dès vendredi soir sur Twitter par Al-Mourabitoune, une filière d'Al-Qaïda. Une revendication jugée crédible par Jean-Yves Le Drian puisque le groupe est dirigé par Mokhtar Belmokhtar, leur chef emblématique. Cette filière contrôlait le nord du pays avant l'arrivée des troupes françaises.
Vidéos A la une
Vincent Hugeux, grand reporter à l'Express et spécialiste de l'Afrique, indique que la région du Mali est encore très dangereuse et que le potentiel terroriste est "très fertile". Plusieurs hypothèses peuvent encore être prises en compte : AQMI, le mouvement touareg Ansar Dine, le Mujao ou encore d'autres petits acteurs. Le modus operandi et la cible ne sont, eux, pas surprenants.
Vidéos A la une
Grâce à une caméra GoPro, Amedy Coulibaly a filmé les sept premières minutes de la prise d'otages de l'Hyper Cacher le 9 janvier dernier. La séquence le montre en train de tenir un discours antisémite. Cette vidéo devrait permettre aux enquêteurs d'avancer dans leur recherche.
Vidéos A la une
Les 20 enfants, orphelins d'un père ou d'une mère après les attentats survenus en France il y a deux semaines, peuvent prétendre au statut de pupille de la Nation. Adoptés par l'Etat, ils pourraient bénéficier d'un soutien moral et financier jusqu'à la fin de leurs études.
Vidéos A la une
Trois des quatre complices présumés mis en examen dans l'enquête sur Amedy Coulibaly se sont rendus "à trois ou quatre reprises à la fin du mois de décembre 2014 dans des armureries de Paris et de la petite couronne pour acquérir du matériel", a expliqué mercredi le procureur de la République de Paris François Molins.
Vidéos A la une
L'homme qui avait pris deux personnes en otage à Colombes dans un bureau de poste a été interpellé. Il s'est rendu et les deux otages sont ressortis sain et sauf. La piste terroriste avait rapidement été écartée ; ce serait un vol à main armé qui aurait mal tourné. Réactions d'Alexis Bachelay, député des Hauts-de-Seine, et de Nicole Goueta maire de la ville.
Vidéos A la une
Une prise d'otages était en cours dans un bureau de Poste de Colombes, dans les Hauts-de-Seine. Selon les premières informations de Pierre Baretti, spécialiste police-justice à TF1, le forcené "détiendrait trois otages". "Cet homme dit être armé d'une arme de guerre (...), il n'a pour l'instant pas formulé d'exigence", a-t-il ajouté.
Vidéos A la une
La Une de Charlie Hebdo, dévoilée lundi soir, a suscité de nombreuses critiques dans certains pays du monde musulman. Les voix s'élèvent pour dénoncer une nouvelle provocation des Occidentaux. "Nous condamnons ce dessin et nous considérons que ce journal nous insulte", a déclaré la porte-parole du ministère des Affaires étrangères iranien.
Vidéos A la une
Alors que Charlie Hebdo s'arrache dans les kiosques, le dernier numéro de Marianne a été interdit au Maghreb. La Une, dessinée par Tignous tué lors de l'attaque de Charlie Hebdo, a été mal vue par les autorités. Elles jugent qu'il s'agit d'une offense à Allah et Mahomet.
Vidéos A la une
Selon une information de LCI, Dieudonné a été placé en garde à vue pour apologie du terrorisme mercredi. Le parquet avait déjà ouvert une enquête contre le polémiste, qui avait déclaré il y a quelques jours "Je me sens Charlie Coulibaly".
Vidéos A la une
Depuis très tôt ce mercredi matin, plusieurs centaines de personnes se pressent chez les marchand de journaux pour se procurer le numéro 1178 de Charlie Hebdo. L'hebdomadaire manque déjà dans certains kiosques, mais peu importe les files d'attente elles ne cessent de croître.
Vidéos A la une
Témoin de l'attaque du siège de Charlie Hebdo la semaine dernière à Paris, l'employé de Sodexo Jérémy Ganz a assisté à la mort de son collègue de travail Frédéric Boisseau, 42 ans, froidement abattu par un des agresseurs. "Un mec a crié "où est Charlie ?" et il a tiré", raconte-t-il.
Vidéos A la une
En kiosques depuis très tôt mercredi, le numéro 1178 de Charlie Hebdo s'arrache chez les marchands de journaux. A Paris, dès 6h du matin, certains étaient déjà en rupture de stock. Et d'autres avaient tous leurs exemplaires réservés.
Vidéos A la une
Attendu en kiosque mercredi, le numéro 1178 de Charlie Hebdo est sorti de l'imprimerie mardi. Les 3 millions annoncés lundi soir partiront de l'Essonne dans quelques heures pour une livraison dans tout l'Hexagone.
Vidéos A la une
A quelques minutes de l'hommage qui sera rendu aux policiers tués lors des attaques la semaine dernière à Paris, une foule extraordinaire s'est massée devant la préfecture de police de la capitale. Plusieurs centaines de personnes ont souhaité remercier les forces de l'ordre.
Vidéos A la une
Aumônier musulman à la maison d'arrêt de Chambéry, Foudil Benabadji s'est insurgé contre le "manque d'initiatives" de l'Etat. "Je vois la France aller vers la radicalisation et le fondamentalisme", a-t-il constaté dans l'émission "Choisissez votre camp" sur LCI.
Vidéos A la une
Invité de la Matinale de LCI, le maire EELV de Sevran Stéphane Gatignon a expliqué qu'il ne serait pas opposé au vote de nouvelles mesures sécuritaires, "si c'est pour renforcer les vraies choses". "Les gens feront payer le politique", s'il loupe le coche.
Vidéos A la une
Alors que l'on connaît depuis lundi soir la Une de Charlie Hebdo, une nouvelle reproduction du prophète Mahomet avec une pancarte "Je suis Charlie" en mains, celle-ci a déjà été scrutée sous tous les angles et détournée sur la toile par les internautes.
Vidéos A la une
Au lendemain de la grande "marche républicaine" à Paris, et des manifestations annexes dans toute la France, la question de l'après se pose. Les Français, présents au sein des cortèges, ont des attentes. Les voici.
Vidéos A la une
Présent à Paris depuis dimanche, où il a assisté à la grande "marche républicaine", le Premier ministre Benjamin Netanyahu est attendu lundi porte de Vincennes, sur les lieux de la fusillade survenue la semaine passée.
Vidéos A la une
Invité de l'émission "Choisissez votre camp" sur LCI, l'éditorialiste de L'Humanité Maurice Ulrich a expliqué que le bon travail des forces de l'ordre la semaine dernière ne les "exonèrent pas" de rendre des comptes au peuple français.
Vidéos A la une
Présent sur le plateau de l'émission "Choisissez votre camp" sur LCI, Plantu a affirmé qu'il fallait "faire très attention" aux possibles amalgames que l'on pourrait faire en dessinant.
Vidéos A la une
Invité de "Choisissez votre camp", le dessinateur Plantu est revenu sur les conditions de vie de nombreux de ses homologues dans le monde. Il a expliqué que beaucoup de caricaturistes étaient sous escorte policière, comme l'était Stéphane Charbonnier dit "Charb".
Vidéos A la une
Présente dimanche lors de la grande "marche républicaine", qui a rassemblé plus d'un million de personnes dans les rues de Paris, une manifestante s'est dite "reconnaissante" que la police assure sa sécurité. Même si visiblement, entre eux, cela n'a jamais été l'amour fou...
Vidéos A la une
A la fin de l'épisode dimanche, les créateurs des Simpson ont rendu un court hommage aux victimes des attaques terroristes la semaine passée à Paris. Une animation mettant en scène la petite Maggie, clignant les yeux avec une pancarte "Je suis Charlie", a été diffusée à l'antenne.
Vidéos A la une
PDG de Publicis, Maurice Levy a participé dimanche à la grande "marche républicaine" dans les rues de Paris. "Quelque chose de très fort s'est passé. Il a eu une prise de conscience", a-t-il déclaré sur l'antenne de LCI.
Vidéos A la une
Invitée de La Matinale de LCI, la vice-président de l'IFOP et ancienne présidente du MEDEF Laurence Parisot a participé dimanche à la grande "marche républicaine" dans les rues de Paris. "Beaucoup de choses resteront. Ce moment est inoubliable", a-elle expliqué.
Vidéos A la une
Contacté par LCI, le directeur de l'IRIS Pascal Boniface a expliqué que "le plus dur" allait être de maintenir l'union née des attaques contre la France la semaine passée. "Comment réfléchir sur le long terme ? Comment ne pas céder à la panique, à l'émotion ?", s'est-il interrogé.

Pages

Publicité