Vidéos à la une
La démarche est originale et les policiers qui ont reçu Sylvie Lyons-Noguier ce mercredi pour recevoir sa plainte, n'ont pu réprimer un sourire avant d'enclencher la procédure. Cette militante socialiste marseillaise porte plainte contre le Parti socialiste et la Haute autorité des primaires pour abus de confiance après la décision de Manuel Valls.
Vidéos à la une
Manuel Valls a annoncé, ce mercredi sur BFMTV, qu'il votera pour Emmanuel Macron, le 23 avril prochain, au premier tour de la présidentielle. Le 29 janvier dernier, il était battu au second tour de la primaire à gauche par Benoît Hamon. L'ancien Premier ministre avait alors "félicité chaleureusement Benoît Hamon, le candidat de (notre) famille politique (...) Il lui appartient de mener à bien la belle mission du rassemblement. Je veux lui souhaiter bonne chance pour le combat qui est devant lui".
Politique
Si l’on retient surtout la victoire de Benoît Hamon au premier tour de la primaire, de nombreux dysfonctionnements dans les urnes ne sont pas passés inaperçus. 
Vidéos à la une
Alors que Manuel Valls saluait les personnes à sa sortie de l'hôtel de ville, à Lamballe, en Bretagne, l'une d'entre elles l'a giflé à son passage, avant d'être plaqué au sol par des gardes du corps. Les images de Lionel Samson. 
Vidéos à la une
La candidate à la primaire de la gauche Marie-Noëlle Lienemann, invitée de News et Compagnie ce mardi, a déclaré qu'il faut mettre en place au sein de l'aile gauche du Parti Socialiste "un vrai débat politique". "Il va falloir une stratégie de clarification pour faire converger toutes celles et tous ceux qui veulent proposer une alternative à la ligne Hollande-Valls", a-t-elle lancé. "Il faut travailler à ce que nous avons à proposer aux Français, et se mettre en situation de battre François Hollande et Manuel Valls", a conclu la sénatrice de Paris.
Vidéos à la une
Le porte-parole d'Arnaud Montebourg François Kalfon, invité de BFM Story sur BFMTV, a réagi mardi à un sondage Elabe pour BFMTV dévoilant les candidats favoris chez les sympathisants de gauche en vue d'une primaire à gauche. Il a assuré que les sondages "ne sont qu'une photographie" de l'opinion. "Savez-vous quel était le score que tous les sondages donnaient à la veille de la primaire de 2011? 8%. Il a fait 17%", a-t-il rappelé. François Kalfon a également estimé que "le président de la République n'est pas un candidat comme les autres". "La gauche doit faire son unité avec celui qui a le plus de chances de l'emporter", a-t-il conclu.
Vidéos à la une
À moins d'un an de la présidentielle, le PS a décidé d'organiser une primaire. François Hollande, président sortant, devra lui aussi se soumettre à cette consultation électorale, s'il décide de se porter candidat. Apolline de Malherbe estime que le chef de l'Etat n'a pas réussi à apparaître comme le candidat évident du parti car il n'a jamais voulu être président. C'est donc normal qu'il se soumette à une primaire. François Hollande pourrait même tendre un piège à ses adversaires, ajoute-t-elle. - Bourdin Direct, du lundi 20 juin 2016, sur RMC.
Vidéos à la une
Devenu un serpent de mer politique, la primaire à gauche continue de faire débat alors qu'elle n'est visiblement pas la priorité de la direction du Parti socialiste. Trois militants ont fait appel à trois avocats de renom pour déposer une requête auprès du tribunal de grande instance de Paris. Leur plainte repose sur le non-respect des statuts du parti, l'organisation de la primaire accusant près d'un mois de retard.
Vidéos à la une
Alors que se tient samedi le conseil national du Parti socialiste, qui doit fixer les dates et modalités de la primaire à gauche, les regards se tournent vers François Hollande. Le président de la République n'a pas encore précisé s'il sera candidat, mais il semble s'y préparer. Ses proches, en tout cas, ont déjà lancé la campagne.
Vidéos à la une
Si François Hollande se prépare pour une candidature à sa succession, il n'est pas le seul. Emmanuel Macron, Arnaud Montebourg ou même Manuel Valls, au Parti socialiste comme en marge, d'autres personnalités jouent la carte 2017.
Vidéos à la une
Les cadres du Parti socialiste sont réunis ce samedi et doivent notamment débattre d'une primaire à gauche en vue de l'élection présidentielle. Jean-Christophe Cambadélis, le chef du PS, pose ses conditions. Les frondeurs, notamment Gérard Filoche, estiment que Jean-Christophe Cambadélis veut enterrer la primaire.
Politique
Alors que plusieurs intellectuels et personnalités de gauche réclament une primaire, un sondage Elabe pour BMF TV dévoile ce jeudi quel candidat les Français choisiraient en vue de 2017. François Hollande n’est pas dans le top 3…
Politique
L’entourage du chef de l’Etat ne croit pas à l’hypothèse d’une primaire, pourtant très demandée à gauche, pour choisir le candidat socialiste à la présidentielle.
Politique
Il y a cinq ans, et alors qu’il était candidat à l’élection présidentielle de 2012, François Hollande s’était engagé à ce que la primaire ait lieu à gauche tous les cinq ans, même en cas de président sortant. Aujourd’hui son discours a quelque peu changé.
Publicité