Un an après l’éclatement de l’affaire dite Fillon, Rachida Dati est montée au créneau pour charger l’ancien candidat de la droite à la présidentielle. "Personne ne l’a poussé dans le vide, il s’est poussé lui-même", a-t-elle notamment déclaré, amère après la défaite de son camp. 

Rachida Dati n’a toujours pas digéré la défaite de la droite à la dernière élection présidentielle. Un "échec cuisant" que son camp "paie cher" aujourd’hui et dont elle impute la responsabilité à François Fillon.

Interrogée par BFM TV à l’occasion d’un document spécial consacré à l’affaire dite Fillon, l’ancienne garde des Sceaux n’a pas mâché ses mots. "Nous sommes les dégâts collatéraux de l’opacité et du mensonge de M. Fillon", a en effet affirmé Rachida Dati. "Rappelez-vous : ‘qui aurait pu imaginer le général de Gaulle mis en examen’", a-t-elle ensuite lancé en reprenant les mots prononcés par François Fillon pendant la campagne. Et alors que le bruit court encore que l’ancien Premier ministre aurait été victime d’un complot, la maire LR du 7e arrondissement de Paris, a écarté cette option en insistant sur le fait que : "les affaires qui sont sorties ne concernaient personne d’autre que lui. Au contraire, on aurait dû le pousser un peu plus à partir. Personne ne l’a poussé dans le vide, il s’est poussé lui-même". Et Rachida Dati d’insister : "On en devait pas perdre. (…) Normalement, en 2017, franchement, sans faire campagne, la droite devait arriver au pouvoir".

Publicité
Loin de ne s’en prendre qu’à François Fillon, l’ex-garde des Sceaux a également évoqué le nouveau patron des Républicains. "Je pense que Laurent Wauquiez est sur une ligne de crêt aujourd’hui, a-t-elle jugé. Il peut-être le sauveur de la droite, mais il peut être aussi celui qui peut faire exploser définitivement la droite".

 

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité