Ce week-end, une émission nipponne a tenté d'expliquer l'élection présidentielle française aux Japonais. Une invitée a particulièrement été étonnée d'apprendre que Brigitte Macron n'était pas la mère d'Emmanuel Macron...

© Capture d'écran NHK

Le Japon s'intéresse à notre élection présidentielle, pour le meilleur comme pour le pire... Comme l'a repéré le site Dozodomo, une émission ("Je comprends ! Aujourd'hui dans le monde") diffusée dimanche sur la chaîne NHK, le groupe audiovisuel public japonais, a essayé de s'intéresser aux candidats français.

 

Au cours de cette émission, les présentateurs ont brièvement évoqué les affaires judiciaires qui ternissent la campagne. Ils se sont surtout intéressés à deux candidats, favoris selon les sondages : Emmanuel Macron et Marine Le Pen. 

Pour servir de support, quoi de mieux qu'un coq, emblème de la France. Sur l'aile gauche, les anciens présidents socialistes, sur l'aile droite les deux derniers présidents de droite. Sur la crête du coq, deux notions importantes qui définissent la France selon le Japon, son appartenance à l'Union Européenne (EU) et sa tolérance.

Une invitée est surprise par le couple Brigitte-Emmanuel Macron

©

Pour parler de Marine Le Pen (qui sort d'un oeuf pondu par le coq...), il est dit qu'elle est à la tête d'un parti "démoniaque" fondé par son père, mais que celle-ci tente de le dédiaboliser. Puis vient le tour d'Emmanuel Macron (qui sort lui aussi d'un oeuf), mais dont le nom fait rire l'assistance. "Ah oui, le macaron c'est français", a réagi une invitée. "L'autre candidat, ce n'est pas Macaron, mais Macron", lui rétorque l'expert (gros fou rire sur le plateau). Après avoir diffusé des extraits du débat à cinq de TF1, l'invitée, tout sourire lance un "kakkoii", comprenez, "il est pas mal ce mec".

Publicité
Mais quand les présentateurs sortent une photo de lui en compagnie de sa femme Brigitte, la surprise est totale. L'invitée (toujours la même) demande alors : "C'est sa mère ?". "Non, c'est sa femme", répond l'animateur. C'est son ancienne professeur au lycée"D'abord interloquée, pour ne pas dire choquée, la femme lance ensuite un "Subarashii", que l'on pourrait traduire par "C'est admirable".

Vidéo sur le même thème : Les candidats à l'élection présidentielle sur les réseaux sociaux

Publicité
Publicité