Dimanche soir, le candidat d’En Marche ! s’est rendu dans une grande brasserie parisienne entouré de ses proches. Une soirée critiquée pour son côté très "bling-bling" et "arrogant".

Dimanche soir, après l’annonce des résultats du premier tour et son discours devant les militants, Emmanuel Macron a rassemblé ses proches conseillers à la Rotonde, une célèbre brasserie parisienne située dans le quartier du Montparnasse, dans le 6e arrondissement. La décision d’organiser une petite fête dans ce lieu, dont il serait un habitué selon Le Parisien, a fait l’objet d’une polémique.

Invité de BFMTV ce lundi matin, Florian Philippot, vice-président du Front national, a dénoncé un "Fouquet’s bis". "Quand on va à la Rotonde en s‘entourant de tout le show-biz, comme un soir de victoire à la Sarkozy, à la bling-bling, cela montre un certain état d’esprit (…)", a-t-il déclaré, critiquant une attitude "arrogante" de la part du candidat. Emmanuel Macron célébrant son score du premier tour dans une brasserie parisienne a, en effet, rappelé à beaucoup la soirée de Nicolas Sarkozy au Fouquet's en 2007.

"C'était mon moment du coeur, vous voyez ?"

Au soir du second tour de l’élection présidentielle en 2007, Nicolas Sarkozy avait célébré sa victoire au Fouquet’s, célèbre restaurant gastronomique des Champs-Elysées, dans le 8e arrondissement à Paris. Cet événement avait été le symbole du côté "bling-bling" du président. De nombreux patrons de grandes entreprises et personnalités étaient présentes. Toutefois, la soirée d'Emmanuel Macron à la Rotonde est différente comme le souligne L’Express. La brasserie du Montparnasse est moins chic que le Fouquet’s, avec un menu à 46 € selon son site internet. De plus, toujours selon l’hebdomadaire, excepté quelques personnalités, le candidat d’En Marche ! était entouré principalement de membres de son équipe de campagne qu'il souhaitait remercier pour leur travail.

Publicité
Interrogé à ce propos, Emmanuel Macron a refusé la comparaison. "Si vous n'avez pas compris que c'était mon plaisir ce soir d'inviter mes secrétaires, mes officiers de sécurité, les politiques, les écrivains, les femmes et les hommes qui depuis le début m'accompagnent, c'est que vous n'avez rien compris à la vie. C’était mon moment du cœur, vous voyez ? Mais je crois qu'au Fouquet's, il y a pas beaucoup de secrétaires, pas beaucoup d'officiers de sécurité, vous avez vu qui était ici à table. Moi, je n'ai pas de leçon à recevoir du petit milieu parisien", a-t-il déclaré aux journalistes d’Europe 1 présents sur place.
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité