L’institut de sondage Ifop a interrogé un panel de Français pour leur demander, six mois après la dernière élection présidentielle, pour qui ils voteraient désormais au premier tour. Découvrez si Emmanuel Macron serait toujours en tête ou bien si un autre candidat le devancerait.

Emmanuel Macron serait-il toujours en tête du premier tour si l’élection présidentielle avait lieu aujourd’hui ? C’est en substance que l’institut de sondage iFop a cherché à savoir en interrogeant un échantillon de Français à qui il a demandé pour qui, six mois après la dernière course à l’Elysée, ils voteraient. Réponse : pour Emmanuel Macron en grande partie. En effet, les résultats de ce sondage montrent non seulement que le candidat d’En Marche ! serait le grand favori mais également qu’il aurait davantage voix pour lui qu’au printemps dernier. Souvenez-vous, l’ancien ministre de l’Economie avait 24% des suffrages exprimés lors du scrutin du 23 avril. Il en remporterait aujourd’hui 28%, soit 4 points de plus. "Certes, l'amélioration de son score ne vaut pas approbation de son action mais elle acte que ses débuts ne suscitent aucune déception parmi les électeurs", souligne Le Journal du Dimanche qui rappelle qu’en 2012, six mois après l’élection de François Hollande, le même type de sondage donnait Nicolas Sarkozy gagnant.

A lire aussi –Emmanuel Macron annonce la fin de l’Etat d’urgence, et après ?

François Fillon serait exclu du podium

Publicité
Marine Le Pen, l’adversaire d’Emmanuel Macron pour le second tour, conserverait quant à elle sa position avec un score quasiment similaire : 21,5% aujourd’hui contre 21,30% il y a six mois. La troisième et dernière place du podium serait toujours occupée par Jean-Luc Mélenchon qui récolterait 18% contre 19,58%. Enfin, François Fillon totaliserait 15% des voix contre 20,01%, et Benoît Hamon en aurait 7% contre 6,36%. "Avec la même offre politique qu’au premier tour, nous obtenons une autre mesure des rapports de force politiques, complémentaires des indices de popularité classiques", a commenté Frédéric Dabi, le directeur général adjoint de l’iFop dans les colonnes du Journal du Dimanche. Le quotidien ajoute qu’en cas d’élection aujourd’hui, Emmanuel Macron élargirait sa base vers la droite "puisqu’un électeur de François Fillon sur cinq et autant d’électeurs de Nicolas Dupont-Aignan voteraient désormais pour lui".

En vidéo - Hallyday, Macron, Cantat : Brigitte Bardot se lâche