Le président de l'Union populaire et démocrate vient d'obtenir ses 500 parrainages et sera bien sur la grille de départ de l'élection présidentielle. D'où vient-il et quel est son programme ?

C'est officiel depuis vendredi matin, l'élection présidentielle compte un nouveau candidat : François Asselineau. Peu connu du grand public, cet inspecteur des finances âgé de 59 ans est à la tête de l'Union populaire et démocrate (UPR),qui revendique 17 000 adhérents. 

A lire aussi Présidentielle 2017 : connaissez vous les programmes des petits candidats ?

Il vient d'obtenir ses 500 parrainages pour être candidat à l'élection présidentielle. Un petit exploit pour celui qui n'avait recueilli que 17 parrainages pour la présidentielle de 2012. "L'explication de ce succès tient en partie à ses militants ultra-motivés et à leur présence très active sur Internet. Ces derniers, partis très tôt en campagne, ont ciblé les maires sans étiquette des petites communes qui, pour beaucoup, n'avaient aucune idée de qui était François Asselineau", explique France Info.

La chaîne a d'ailleurs interrogé plusieurs maires pour leur demander ce qui les avaient poussés à parrainer ce candidat inconnu du grand public, mais bien connu sur le web. 

Les maires qui l'ont parrainé veulent "laisser leur chance aux petits candidats"

"J'ai été contactée par un militant de François Asselineau, explique Huguette Della-Giorgia, maire de Freissons-sur-Salins (Savoie). Je n'avais jamais entendu parler de lui mais j'ai été convaincue par la tenue du dialogue que l'on a eu. Je l'ai écouté et puis voilà, j'ai voulu faire plaisir." Même chose du côté de Jean-Pierre Valette, maire de Veuxhaulles-sur-Aube (Côte-d'Or). "Ils se sont déplacés, c'est plus pour leur énergie que j'ai apporté mon parrainage", dit-il, précisant que les militants "sont venus (le) voir il y a plus d'un an."

Nicolas Augereau, maire de Fatines (Sarthe),et Hervé Mejean, maire de Péreyres (Ardèche),se sont tous les deux rendus à des conférences de François Asselineau. "Ce qui m'a plu, c'est qu'il est techniquement affûté, il maîtrise les dossiers, explique le premier. Ce serait intéressant qu'il soit confronté à nos hommes politiques." Et le second d'expliquer : "Les petits candidats méritent d'être au niveau des grands. On ne les écoute pas, on ne parle que des gros."

Selon France Info, beaucoup de maires ont cet argument : il faut parrainer les petits candidats pour leur laisser une chance.

Un programme de sorties : UE, euro, Otan...

Le point nodal du programme de François Asselineau est la sortie de la France de l'Union européenne, pour que "les Français récupèrent leur droit souverain à décider de leur avenir", a-t-il expliqué à BFMtv. Il souhaite également sortir de l'Otan et abandonner l'euro. 

Publicité
Cet ancien énarque passé par HEC se définit comme "souverainiste" et en guerre contre "le système", à la manière d'une Marine Le Pen ou d'un Nicolas Dupont-Aignan. Cependant, ce qui le distingue de ces candidats est son anti-américanisme (il pense que la CIA est derrière de nombreux évènements... dont la montée du FN) quand les deux premiers ciblent en priorité "l'islamisation" de la société.

Celui qui a travaillé dans divers cabinets ministériels de droite, dont Gérard Longuet, veut aussi nationaliser TF1 et toutes les entreprises dans lesquelles l'Etat à des parts (EDF, SNCF...).

Vidéo sur le même thème : Le Mans : visite de François Asselineau