Le candidat de la "France insoumise" souhaite abolir la Ve République, qu'il juge trop "monarchique". Mais quel serait le visage de cette nouvelle République ? 

C'est la grande idée de Jean-Luc Mélenchon : le passage à la VIe République. Il l'a encore réaffirmée lundi soir lors du débat présidentiel, et samedi, devant des milliers de militants réunis place de la République à Paris.

A lire aussi Fillon : pourquoi les militants de Mélenchon utilisent-ils ses affiches ?

Mais en quoi consiste cette mesure institutionnelle ? Tout d'abord, le candidat de la "France insoumise" fait le constat que la Ve République a duré, et que surtout, selon lui, elle est en réalité une "monarchie présidentielle". Il appelle donc à enterrer la Ve République, et veut confier, s'il est élu, à une Assemblée constituante le soin de rédiger une nouvelle Constitution. 

"Je voudrais être le dernier président de la Ve République et rentrer chez moi sitôt que la nouvelle Constitution aura été adoptée par le peuple français. La VIe République commencera et ce sera une refondation de la France elle-même", écrit Jean-Luc Mélenchon dans son programme

Un régime où le président a moins d'influence

Concrètement, le candidat souhaite voir figurer dans la nouvelle Constitution plusieurs mesures : le droit de révoquer des élus en cours de mandat, le droit à l’avortement et au suicide assisté, la "règle verte" – ne pas prendre plus à la nature qu’elle ne peut reconstituer –, l’interdiction du brevetage du vivant ou encore un référendum obligatoire pour ratifier tout nouveau traité européen.

Sur le plan institutionnel, Jean-Luc Mélenchon veut instaurer un régime parlementaire dans lequel le gouvernement est responsable devant le Parlement. Il veut en outre supprimer le Sénat et le Conseil économique, social et environnemental, remplacé par une Assemblée de l'intervention populaire et du long terme émettant un avis sur l'impact écologique et social des lois. L'élection à l'Assemblée nationale se ferait à la proportionnelle. L'exécutif aurait aussi moins de pouvoir, comme c'est le cas dans les autres pays occidentaux. Le président deviendrait une sorte d'arbitre qui fixe les grandes lignes sans être omniprésent. Il serait également un justiciable ordinaire, tout comme les ministres.

Droit de vote à 16 ans et aux étrangers

Sur le plan pratique, la Vie République permettra de rendre inéligible toute personne condamnée pour corruption, interdira la présence de lobbyistes dans l'enceinte du Parlement et les cadeaux faits aux parlementaires, et mettra fin au "pantouflage" d'élus passés dans la haute fonction publique. 

Publicité
Enfin, le candidat de la gauche radicale souhaite fixer le droit de vote à 16 ans, instaurer le vote obligatoire et la reconnaissance du vote blanc, ainsi qu'instaurer le référendum d'initiative citoyenne et les droits des citoyens de proposer une loi. Il veut également donner le droit de vote aux étrangers (en situation régulière) pour les élections locales.

Vidéo sur le même thème : La vie de Jean-Luc Mélenchon en 5 gifs