Le frondeur Hamon chargé de porter les couleurs d'un PS déchiré

Les Français le connaissaient moins qu'Arnaud Montebourg et que Manuel Valls. Mais pendant la campagne de la primaire, Benoît Hamon, l'un des chefs de file des frondeurs, ces députés opposés à la politique sociale-libérale de François Hollande, a creusé son sillon et émis une proposition originale : le revenu universel. Au premier tour, le 22 janvier, l'ancien ministre de l'Education nationale devance largement l'ex-chef du gouvernement et son rival à la gauche du Parti socialiste. Lors du débat de l'entre-deux-tours, Benoît Hamon détaille son projet face à un Manuel Valls en retrait. Finalement, il gagne la primaire avec 58,69 % des voix. Le soir du second tour, le 29 janvier, au siège du parti, la poignée de main entre les deux adversaires manque d'entrain. Le PS est déchiré.

Publicité