Emmanuel Macron ou Marine Le Pen ? Dans deux semaines, l’un de ces deux candidats deviendra le nouveau président de la République. L’occasion de revenir sur les mesures phares de leurs programmes. 

Emmanuel Macron et Marine Le Pen : des programmes "antagonistes"

Emmanuel Macron et Marine Le Pen se sont qualifiés pour le second tour de l’élection présidentielle avec respectivement 23,8% et 21,7% des voix. Tous les deux s’affronteront le 7 mai prochain. Mais en attendant, Planet.fr vous propose de faire un point sur leurs programmes.

"C’est un duel passionnant parce que c’est le duel des programmes antagonistes", a commenté Emmanuel Lechypre sur BFM TV. Editorialiste sur la version Business de la chaîne, il a expliqué : "Il n’y a pas deux programmes qui étaient plus antagonistes que le programme d’Emmanuel Macron et celui de Marine Le Pen. Il n’y a aucun point d’intersection entre ces deux programmes (…) L’un est pro-européen, l’autre est anti-européen. L’un est plutôt mondialiste, ouvert sur le monde, tourné sur le commerce international et la finance. Marine Le Pen c’est exactement le contraire".

Concernant les impôts

Publicité
Effectivement, les deux candidats sont en opposition sur de nombreux points. Au sujet des impôts, Marine Le Pen propose notamment de ne pas augmenter la TVA ni la CSG (contribution sociale généralisée). Opposée au prélèvement à la source et favorable au maintien de l’ISF, elle souhaite également réduire de 10% l’impôt sur le revenu des trois tranches les plus basses et mettre un terme aux impôts à faible rendement. Emmanuel Macron, quant à lui, veut faire de l’ISF un impôt sur les rentes immobilières, calculé uniquement sur la valeur du patrimoine immobilier, et non plus sur l’assurance vie ou les investissements en action. Le candidat d’En Marche souhaite également élargir la base de la CSG en la faisant payer à tous les Français, sauf les retraités les plus modestes. Cette mesure serait censée compenser le rétablissement de la défiscalisation des heures supplémentaires et la suppression de toutes les cotisations salariales sur le chômage et l’assurance maladie.