Plusieurs candidats ont répondu aux questions des internautes sur le réseau social, Snapchat. Prix du kebab, Christine Angot, métier qu'il rêvait de faire enfant... : les sujets abordés étaient plutôt originaux.

Ils ne sont pour l'instant que deux à s'être confrontés à ce nouvel exercice. Lundi et mardi, deux candidats à l'élection présidentielle, François Fillon et Benoît Hamon, ont répondu aux questions des internautes via le réseau social de partage de photos et de vidéos, Snapchat. Sous ce nouveau format, le candidat Les Républicains et celui du Parti socialiste se sont prêtés au jeu des questions-réponses sur des sujets très divers, donnant lieu à des séquences souvent très drôles.

François Fillon a ainsi été interrogé sur le roman de Christine Angot qu'il préférait ou sur les mesures qu'il comptait mettre en place pour faire baisser le prix des "grecs", sandwichs kebab. Il également confié qu'enfant, il voulait être ambassadeur ou ingénieur. Benoît Hamon a, lui, déclaré qu'il voulait être ambulancier ou joueur de football professionnel. Les deux candidats ont également avoué quel était leur filtre Snapchat préféré. Le député des Yvelines a choisi celui avec une couronne de fleurs. "Je ne me suis pas marié avec les écolos pour rien, donc Flower Power", a-t-il expliqué en rigolant.

Ce sera au tour de Marine Le Pen mercredi

Publicité
Les deux candidats ont aussi dû répondre à des questions plus sérieuses. Interrogé sur l'égalité salariale entre les hommes et les femmes, François Fillon a déclaré qu'il souhaitait "la transparence des résultats des entreprises". Il s'est également prononcé pour la mise en place d'une "loi de programme pluriannuelle pour lutter contre la grande pauvreté". Benoît Hamon a dû expliquer plusieurs des mesures de son programme, dont le revenu universel et la légalisation du cannabis.

Le prochain candidat à se plier à cet exercice original de questions-réponses est Marine Le Pen, dont l'interview sera diffusée mercredi et disponible pendant 24 heures sur le réseau social.

En vidéo sur le même thème - Fillon : "Posez-vous la questioin de votre responsabilité dans cette situation"

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité