D’après le "JDD", Jean-Yves Le Drian fournirait à Emmanuel Macron de nombreuses informations concernant la défense. Le ministre devrait se rallier au candidat à la présidentielle d'ici les prochains jours.

Depuis plusieurs semaines, Emmanuel Macon a su rallier plusieurs hommes politiques à sa cause et d'après les informations révélées par le JDD ce dimanche 12 mars, il se pourrait bien que le ministre de la Défense rejoigne le candidat à la présidentielle. Il serait d'ailleurs devenu son conseiller officieux.

Jean-Yves Le Drian a avoué qu'il n'était pas d'accord avec Benoît Hamon concernant le nucléaire et le remboursement de la dette. Il soutiendrait donc le candidat d'En Marche !. Et Jean-Yves Le Drian semble avoir un traitement de faveur de la part d'Emmanuel Macron. "Nous, on ne veut pas des autres socialistes. On veut Le Drian, puis on attend les gens de droite", a déclaré l'entourage du candidat ce week-end.

Jean-Yves Le Drian fait des fiches à Emmanuel Macron

Pour le moment, Jean-Yves Le Drian attendrait le discours d'Emmanuel Macron du 18 mars prochain pour connaître ses positions sur le défense. Mais, il semblerait qu'il en connaisse déjà une grande partie. "Cela fait des semaines qu'il nourrit Macron de fiches sur les affaires de défense", a confié un proche du ministre au JDDTout le camp Macron attend le ministre de pied ferme. "Bon, Jean-Yves, quand est-ce que tu mets le casque lourd et que tu arrives ?" a lâché Richard Ferrand, le secrétaire général du mouvement.

À lire aussi : Présidentielle 2017 : François Fillon dévoile son programme

Publicité
Jean-Yves Le Drian serait un véritable atout pour le candidat. "Emmanuel est fort dans la modernité et le mouvement, mais faible dans le régalien et la sécurité", a déclaré un haut dirigeant du Parti socialiste. Néanmoins, pour le moment François Hollande "leur a demandé à tous, y compris à son ministre de la Défense, de rester unis jusqu'à ce qu'on connaisse la liste définitive des candidats à la présidentielle. C'est ce qu'il leur a dit en Conseil des ministres et en tête-à-tête", a précisé l'Élysée au JDD