La mise en examen du candidat à la présidentielle concernant l'affaire des emplois présumés fictifs de sa femme et de ses enfants a eu lieu dès mardi. Il devait normalement être convoqué ce mercredi. 

Le Canard enchaîné l'a annoncé mardi après-midi sur son compte Twitter : François Fillon a été mis en examen le matin même concernant l'affaire des emplois ficitfs de sa femme et de ses enfants comme assistants parlementaires. Il devait être normalement convoqué devant les juges ce mercredi.

Le candidat à la présidentielle est mis en examen pour "détournement de fonds public, complicité et recel de détournement de fonds publics, recel et complicité d'abus de biens sociaux et manquements aux obligations déclaratives à la Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP)", a rapporté BFMTV

L'audition avancée pour éviter la foule des journalistes

Antonin Levy, son avocat, a expliqué au média : "La mise en examen est intervenue ce (mardi) matin. L'audition a été avancée pour qu'elle se déroule dans des conditions de sérénité" et afin d'éviter une attention médiatique trop forte. 

À lire aussiFrançois Hollande peut-il parrainer un candidat ?

Publicité
Pour Benjamin Blanchet, ancien substitut du parquet national financier, "il ne s'agit pas d'une affaire difficile techniquement sur le papier". Selon lui, l'instruction pourrait durer plusieurs mois, mais pas plus. Daniel Fasquelle, le député LR du Pas-de-Calais, est sûr qu'il sera innocenté. De son côté, Eric Ciotti soutien François Fillon. "Personne ne volera aux Français l'alternance qu'ils souhaitent", a-t-il écrit sur Twitter.

En vidéo sur le même thème : "François Fillon a le meilleur projet pour redresser notre économie", Stanislas de Bentzmann

Publicité