Suite au débat de l'entre-deux-tours qui opposait Marine Le Pen à Emmanuel Macron, la journaliste de "France 2" et son collègue de "TF1" se sont expliqués sur leur prestation fortement critiquée.

Le face-à-face entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron qui a eu lieu mercredi soir a été très tendu. Pour les présentateurs, Christophe Jakubyszyn et Nathalie Saint-Cricq, chargés de modérer le débat, l'exercice a été difficile. Répondant aux questions des internautes de Franceinfo, la chef du service politique de France 2 a défendue sa prestation lors de ce duel très musclé.

"C'est bien évidemment frustrant"

"On retiendra un débat d'une violence absolument incroyable, qui était censé aborder tous les sujets de fond et dont il ne restera probablement que les invectives de Marine Le Pen et les tentatives d'Emmanuel Macron de rester dans un statut présidentiel", a-t-elle affirmé. Impartialité oblige, les questions des journalistes étaient parfois un peu vagues. "C'est bien évidemment frustrant, mais c'était la règle de départ dans ce type de débat : une stricte neutralité dans les questions, qui pouvaient sembler un petit peu molles", a-t-elle ajouté.

"Toute relance ou attaque contre Marine Le Pen aurait donné l'impression de partager les vues d'Emmanuel Macron. Même si nous avons pu décevoir les téléspectateurs. L'exercice est aux antipodes d'une émission politique, comme il peut y en avoir sur les chaînes, comme j'ai pu en faire sur France 2", a-t-elle expliqué au média.

"J'ai tenté toute la soirée de ne pas faire de grimace"

Sur les réseaux sociaux, les internautes n'ont pas hésité à se moquer de la tête de Nathalie Saint-Cricq pendant le débat. "J'ai une tête immonde. J'ai tenté toute la soirée de ne pas faire de grimace. Ça m'avait valu beaucoup de problèmes quand j’étais en classe. Mais à un moment donné, je n'ai pas pu me retenir. Cela reflétait assez bien ma pensée du moment", a-t-elle lâché.

"Il y avait eu déjà beaucoup de tension dans les jours qui ont précédé le débat. On s'attendait à quelque chose d'assez difficile, mais peut-être pas à ce point. C'est vrai que c'est un petit peu fatigant d'essayer de se faire entendre sans le moindre succès. Au bout d'un moment, soit on abandonne, soit on continue. On a essayé de continuer jusqu'au bout", a dit la journaliste qui a avoué que les candidats n'avaient pas respecté les règles du débat : "Ils ont pris le risque de ne pas pouvoir évoquer les thèmes qu'ils avaient eux-mêmes décidés de traiter pendant le débat."

À lire aussi : VIDÉO Comment Anne-Claire Coudray s'est invitée dans le débat Macron-Le Pen

Publicité
Quoi qu'il en soit, pour les présentateurs, le débat a été très féroce. "On ne pouvait pas non plus les fouetter", a déclaré Nathalie Saint-Cricq sur TF1"Vous êtes deux dompteurs, et vous entrez dans la cage aux lions. Cette émission, c'était la leur, ce n'était pas une émission politique mais un duel. On n'était là que pour accompagner ce duel et essayer de le dompter", a confié jeudi Christophe Jakubyszyn à l'AFP

En vidéo sur le même thème : Un débat de l’entre-deux-tours "inédit" selon Christophe Jakubyszyn

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité