A quelques jours du premier tour de l’élection présidentielle, Planet.fr a interrogé une graphologue pour tenter de percer les mystères qui se cachent derrière l"écriture des candidats. Vous pourriez être surpris !

Marine Le Pen

 

Graphologue-conseil dans le 13e arrondissement de Paris, Nathalie Cottin-Lenseigne a accepté d’étudier l’écriture de candidats à l’élection présidentielle. Les écrits sur lesquels elle s’est appuyée sont pour la plupart la signature que les candidats apposent en bas de leur tracts et courriers aux militants, et leur déclaration de patrimoine rendue publique par la Haute autorité. Aussi, est-il important de souligner que les résultats détaillés ci-après demeurent sous réserve ce que pourrait révéler l’analyse d’un texte manuscrit original et long de plusieurs lignes. 

Publicité
Pour Marine Le Pen, ce qui frappe l’oeil, c'est la vivacité et I ‘agilité d'esprit qui sont traduits par ce graphisme. Le tracé est rapide, le trait est simplifié et combiné, ce qui est signe d'intelligence, d'habileté et de savoir-faire, tant au plan intellectuel que relationnel. Le geste de la signature est presque aérien, comme un pas de danse, un vol d'oiseau... On peut se demander où il nous conduit tellement il veut aller haut et loin. Il semble en tout cas que la femme Marine soit très présente dans ces trois ou quatre lettres que constituent l'essentiel de sa signature. Du P qui représente le nom du Père, il ne reste qu'une hampe réduite à l'essentiel, comme pour rappeler qu'elle se détache du nom de son père et mentor originel.

Par ailleurs, la sensibilité est à vif, bien plus qu'on ne le croit quand on la voit de l'extérieur. On la sent prête à partir au quart de tour pour prendre sa revanche.