"Marianne" révèle que des Républicains, qui avaient quitté la campagne de François Fillon pendant le "Penelopegate", ont continué à être payés jusqu'à mai. Au final, ce sont les Français qui vont payer la facture !

Décidément, les couacs n'en finissent plus chez Les Républicains, battus le soir du premier tour de l'élection présidentielle. Selon Marianne, il n'y a pas que Penelope Fillon que l'on soupçonne d'avoir été payée à ne rien faire.

L'hebdomadaire révèle mardi qu'une dizaine de parlementaires juppéistes et lemairistes qui avaient soutenu la campagne de François Fillon, avant de le lâcher début mars, ont continué à être rémunérés par le parti jusqu'au second tour de l'élection.

"C’est un véritable scandale, a déclaré au magazine un cadre dirigeant de l’équipe Fillon, sous couvert d’anonymat. Ils sont partis en demandant à ce qu’on continue de les payer."

En effet, les salariés de l'équipe de campagne de François Fillon ont conservé leur CDD, prévu pour durer jusqu'au second tour de la présidentielle.

Un accord a été signé en catimini

"C’est le parti qui rémunérait ces permanents, placés en détachement auprès de l’équipe de campagne de François Fillon, celle-ci s’engageant à rembourser leurs salaires à LR", précise Marianne. "Certains se sont retrouvés dans une situation de merde, parce qu’ils n’avaient pas droit au chômage. Ils ont donc discuté avec le parti LR pour pouvoir s’en sortir", a confié un ancien membre de la campagne.

Pour remédier à la situation, un accord couvert par une clause de confidentialité est trouvé avec le parti : celui-ci leur octroie une dispense d’activité jusqu’à la fin de leur contrat. Une astuce qui leur permet de continuer à percevoir leurs émoluments, tout en se couvrant juridiquement contre une accusation d’emplois fictifs.

Au final, ce sont les Français qui vont payer la facture !

Du côté des Républicains, on explique ce micmac par la situation. "On devait gérer la campagne, on n’avait pas le temps de s’occuper de ça", a évacué un proche de François Fillon, tandis qu'un autre a déclaré : "Ça a clairement pénalisé le budget de l’équipe, puisqu’il fallait payer à la fois ceux qui ne travaillaient plus et ceux qui étaient toujours là".

Publicité
Et au bout du compte, ce sont les Français qui vont devoir payer ces personnes qui n'ont pas travaillé, puisque le candidat Fillon doit bénéficier du remboursement de ses frais de campagne par l'Etat à hauteur de 8 millions d’euros !

Vidéo sur le même thème : François Fillon s'énerve au sujet de l'affaire Penelope

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité