L’ancien Premier ministre continue d’entretenir le mystère quant au candidat qu’il soutiendra pour l’élection présidentielle, tout en laissant filer quelques indices. Le point sur ce que l’on sait. 

Manuel Valls ne court pas pour Emmanuel Macron. L’ancien Premier ministre a démenti vouloir soutenir le candidat d’En Marche ! lundi soir. Une annonce qui faisait suite à un article du Parisien assurant que "Valls va appeler à soutenir Macron dès le premier tour". "On va appeler à voter Macron", "Il parlera avant le 23 avril" ou encore "c’est un acte politique pour la France", racontaient ses proches dans les colonnes du journal. Autant d’informations que l’ancien candidat à la primaire de la gauche a rapidement niées.

A lire aussi – Emmanuel Macron : "Je ne gagnais plus assez pour payer mes impôts"

Quelques minutes seulement après la publication de cet article, Carlos Da Silva, un des membres de la garde rapprochée de Manuel Valls a posté un démenti sur Twitter. Puis, quelques heures avant minuit, Manuel Valls s’est exprimé lui-même au micro de BFM TV.

Mais si l’ex-chef du gouvernement dément formellement vouloir soutenir Emmanuel Macron, les propos qu’il tient en parallèle à propos de Benoît Hamon semblent cependant entretenir le doute. En effet, au cours d’un entretien accordé à Paris Match, Manuel Valls a lâché : "Je ne peux pas apporter mon parrainage à Benoît Hamon". Plutôt virulent à l’égard de son ancien ministre et de sa campagne, il a déploré qu’il ne "suscite pas d’engouement". Défavorable à l’alliance que son ex-rival à la primaire a conclu avec l’écologiste Yannick Jadot, il a également laissé entendre qu’ils se s’étaient pas revus depuis sa défaite en janvier.

Publicité
Malgré ce flou, dans le camps de Manuel Valls certains entrevoient la stratégie de l’ex-candidat : désireux de faire barrage à Marie Le Pen et estimant que François Fillon n’est pas capable de la battre, il attendrait "de voir si l’hypothèse d’un second tour Fillon-Le Pen se renforce, avant de donner ou non un coup de pouce à Emmanuel Macron", croit savoir L’Obs.

En vidéo - Que devient Manuel Valls depuis sa défaite à la primaire ?