En moins d’un an, l’ancien banquier d’affaires a réussi son pari en accédant au second tour de l’élection présidentielle. Le tout, sans jamais avoir été élu, sans parti installé et sans élus.

Il y a deux ans, il était inconnu du grand public. Dans quinze jours, il pourrait devenir le prochain président de la République.

Dimanche soir, Emmanuel Macron a réussi son pari en se qualifiant pour le second tour de l’élection présidentielle. Le tout en arrivant en tête, devant Marine Le Pen avec 23,7 % contre 21,53 %.

Pourtant, il y a moins d’un an, quand l’ancien banquier de la banque Rothschild lance son mouvement politique "En Marche !", la route est encore longue jusqu’à l’élection présidentielle. En créant ce mouvement politique alors qu’il est encore ministre de l’Economie, l’ambitieux membre du gouvernement a déjà la tête ailleurs. Ce qui agace au sein du couple exécutif, même si celui-ci est encore dubitatif. "Ça va être un feu de paille", glissera même le président à ses proches, en parlant du "mouvement de jeunesse" d’Emmanuel Macron, rapporte Le Monde.

Favori de la présidentielle à seulement 39 ans

En août 2016, quand Emmanuel Macron se décide à présenter sa démission, François Hollande comprend qu’il va se présenter à la présidentielle, obérant un peu plus ses chances de réélection. "Il m’a trahi avec méthode", confiera celui qui finira par renoncer à se représenter, en décembre 2016.

Publicité
Un mois plus tôt, Emmanuel Macron avait annoncé sa candidature à l’Elysée. Pendant cinq mois, l’homme politique, qui n’a jamais été élu, n'a jamais fait campagne, dont le parti est tout jeune, et qui n’a pas d’élus, fera campagne sur le terrain avec des sondages chaque mois en hausse. Si bien qu’en mars, un mois avant le premier tour, il passe pour la première fois devant Marine Le Pen, devant le favori de l’élection présidentielle, à seulement 39 ans.

Vidéo sur le même thème - Emmanuel Macron : pourquoi sa soirée à la Rotonde fait polémique

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité