Pour sa première émission exceptionnelle de l'entre-deux-tours avec Marine Le Pen, une journaliste de "CNN" a rejoint Anne-Claire Coudray et Gilles Bouleau sur le pleateau. Découvrez son portrait.

Avant le second tour de la présidentielle, TF1 a décidé de consacrer deux émissions spéciales aux candidats qualifiés. Ce mardi, Anne-Claire Coudray et Gilles Bouleau recevaient Marine Le Pen. Et pour leur prêter main forte, la journaliste franco-britannique, Melissa Bell, a rejoint le plateau. Mais au fait, qui est-elle ?

Un père journaliste à la BBC

Melissa Bell est la fille de Martin Bell, un célèbre journaliste de la BBC. Elle est née à Londres puis a vécu à Washington car son père y était correspondant. Elle a obtenu un baccalauréat au lycée français. Elle est ensuite rentrée en Angleterre pour étudier la politique à l’université de Warwick. Sa mère étant française, Melissa Bell parle très bien notre langue. Et même si elle n'est pas très connue du grand public, la journaliste a déjà un CV très rempli.

Elle a travaillé au service politique de Granada TV, une chaîne régionale basée à Manchester, puis pendant six ans à la BBC. Depuis 2008 dans l'Hexagone, elle couvre l'actualité française et étrangère sur le terrain pour France 24. Elle a présenté à plusieurs reprises des débats, des magazines et des journaux en plateau. Elle s'est d'ailleurs chargée de la présentation du Débat au départ de Vanessa Burggraf pour On n’est pas couché.

À lire aussi - Marine Le Pen sur TF1 : les 4 moments qu’il ne fallait pas manquer

Elle couvre l'actualité française pour CNN

De manière régulière, CNN fait appel à elle pour couvrir l'actualité française. Fin 2016, la chaîne américaine lui a proposé de rejoindre l'équipe autour de Jim Bitterman, correspondant depuis 36 ans. Melissa Bell intervient aussi sur plusieurs émissions françaises et livre son analyse comme représentante d'un média étranger. La journaliste reviendra jeudi soir pour interviewer Emmanuel Macron.

En vidéo sur le même thème : Attaque de Trump contre CNN: Melissa Bell défend "un journalisme responsable"

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité