Jeudi soir, un homme a tué un policier sur la plus belle avenue du monde. Alors que les onze candidats à la présidentielle étaient en même temps sur le plateau de "France 2", certains ont annoncé qu'ils mettaient fin à leurs déplacements.

En début de semaine, un attentat a été déjoué de justesse à Marseille. Mais jeudi soir, un autre a bien eu lieu sur les Champs-Elysées à Paris.

Il est environ 21 heures jeudi soir quand un homme armé sort subitement de son véhicule, une Audi grise, avant de faire feu sur une patrouille de police sur la célèbre avenue parisienne. Un fonctionnaire est touché à la tête et meurt sur le coup, tandis que deux de ses collègues sont grièvement blessés pendant les échanges de tirs. François Molins, le procureur de Paris, a également indiqué qu’une touriste "qui passait par là" avait été "légèrement touchée". L'assaillant, qui tentait de s'enfuir, sera ensuite abattu par des policiers.

Fillon, puis Le Pen et Macron ont annulé leurs déplacements

A deux jours du premier tour de l'élection présidentielle, cet évènement aura sans doute des répercussions sur le vote des Français et l'ambiance autour des bureaux de vote. L'attentat a déjà des conséquences puisque François Fillon et Marine Le Pen ont annoncé, sur le plateau de France 2 jeudi soir, qu'ils annulaient leurs déplacements prévus vendredi. Les autres candidats ont peu ou prou maintenu leurs déplacements.

C'est dans un communiqué, dans la nuit de jeudi à vendredi, qu'Emmanuel Macron a rendu public sa décision d'annuler ses déplacements à Rouen et Arras. "Compte tenu de la situation et de la nécessaire mobilisation des forces de l’ordre pour assurer la sécurité de nos concitoyens, j’ai décidé d’annuler les rassemblements publics de ma dernière journée de campagne", a expliqué le candidat.

Mélenchon maintien son "apéro insoumis", Hamon sur les terres de Jaurès

A contrario, le candidat de La France insoumise, Jean-Luc Mélenchon, a souhaité "ne pas interrompre le processus de notre démocratie de manière à bien démontrer que les violents n’auront pas le dernier mot contre les républicains". Son "apéro insoumis" a donc été maintenu à 19 heures à Paris, aux côtés du dirigeant du parti espagnol Podemos.

Publicité
De son côté, Benoît Hamon a annulé un déplacement vendredi matin à Evry, mais a maintenu son discours à Carmaux (Tarn), terre de Jean Jaurès. "Ce serait une grave erreur de tomber dans la peur et de mettre entre parenthèses le débat démocratique", a-t-il déclaré à l’AFP, repris par Le MondeLe souverainiste Nicolas Dupont-Aignan a confirmé son déplacement en Seine-Saint-Denis puis dans l’Essonne. Quant à Philippe Poutou, il a maintenu son dernier meeting à Annecy. Enfin, Nathalie Arthaud s'est rendue comme prévu à l'antenne de BFMtv pour son déplacement avant la fin officielle de la campagne présidentielle du premier tour pour tous les candidats, vendredi à minuit.

Vidéo sur le même thèmeLa présidentielle face aux attentats

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité