Vidéos à la une
François Baroin et Laurent Wauquiez ont annoncé qu'ils soutiendront Nicolas Sarkozy pour la primaire de la droite en vue de la présidentielle de 2017. D'après Apolline de Malherbe, François Baroin est un bel homme, très souriant et apprécié de tous, mais il ne tranche jamais. Il a décidé de soutenir le chef de file des Républicains car il déteste Alain Juppé. Ce n'est donc pas un choix mais une répulsion dont le motif reste incompréhensible. En cas de victoire, Nicolas Sarkozy a promis à François Baroin d'être son Premier ministre. Laurent Wauquiez, lui, sera le président du parti LR. A quoi joue Nicolas Sarkozy ? - Bourdin Direct, du lundi 6 juin 2016, sur RMC.
Vidéos à la une
Ce mardi, François Hollande se rendra à Bordeaux pour inaugurer la Cité du Vin et y rencontrera Alain Juppé, le maire de la ville. D'après Apolline de Malherbe, ces deux hommes politiques ont une très bonne relation et revendiquent un père commun : Jacques Chirac. Rapprochés par l'anti-sarkozysme, ils ont tous deux la volonté de ne pas brusquer la France notamment en l'apaisant et en réformant en douceur. Cependant, puisque le match de la présidentielle approche, Alain Juppé estime qu'il ne doit plus apparaître trop proche du président de la République. - Bourdin Direct, du mardi 31 mai 2016, sur RMC.
Vidéos à la une
Hier à l'Assemblée nationale, l'exécutif a tenu à rester ferme en s'exprimant sur les blocages de raffineries par la CGT. D'après Apolline de Malherbe, plusieurs scénarios sont actuellement envisageables. Si le gouvernement finit par craquer et décide de retirer la loi Travail, Manuel Valls pourrait démissionner. Cette option serait humiliante pour lui car il aurait dû quitter Matignon lors de l'échec de la déchéance de nationalité. Mais si cela arrive, François Hollande pourrait désigner Emmanuel Macron à la tête du gouvernement. Ce serait d'ailleurs une manière pour lui d'éviter que le ministre de l'Economie se présente à la présidentielle de 2017. Que se passerait-il si la loi Travail est maintenue ? - Bourdin Direct, du jeudi 26 mai 2016, sur RMC.
Vidéos à la une
Hier à l'Assemblée nationale, l'exécutif a tenu à rester ferme en s'exprimant sur les blocages de raffineries par la CGT. D'après Apolline de Malherbe, plusieurs scénarios sont actuellement envisageables. Si le gouvernement finit par craquer et décide de retirer la loi Travail, Manuel Valls pourrait démissionner. Cette option serait humiliante pour lui car il aurait dû quitter Matignon lors de l'échec de la déchéance de nationalité. Mais si cela arrive, François Hollande pourrait désigner Emmanuel Macron à la tête du gouvernement. Ce serait d'ailleurs une manière pour lui d'éviter que le ministre de l'Economie se présente à la présidentielle de 2017. Que se passerait-il si la loi Travail est maintenue ? - Bourdin Direct, du jeudi 26 mai 2016, sur RMC.
Vidéos à la une
"Un bon candidat de la gauche pour 2017, Arnaud Montebourg"? "Je ne suis pas sûr", répond Alexis Bachelay, invité ce lundi de BFM Story. "Il y a des gens très doués pour proposer des idées, mais pas forcément pour les incarner", ajoute le député PS des Hauts-de-Seine, plutôt classé à gauche du parti.
Vidéos à la une
Hier, Arnaud Montebourg et Emmanuel Macron, deux éventuels prétendants à la présidentielle de 2017, ont réalisé des prestations assez marquantes. En analysant leurs situations politiques, Hervé Gattegno estime qu'Arnaud Montebourg n'a pas les handicaps du ministre de l'Économie. Dénigré par les députés, ce dernier incarne en effet la même ligne sociale-libérale que François Hollande et Manuel Valls. Et actuellement, cette position est assez largement contestée par les Français. Bien qu'Emmanuel Macron soit infiniment plus populaire, c'est Arnaud Montebourg qui a le plus de potentiel pour la présidentielle de 2017. - Bourdin Direct, du lundi 9 mai 2016, sur RMC.
Vidéos à la une
Certains proches de François Hollande ne sont pas désespérés de la situation que traverse actuellement le chef de l'Etat. Tant que ce dernier n'est pas en dessous des 3% dans les sondages, il est capable de surpasser les 50% lors des élections, a affirmé l'un d'entre eux. D'après Maurice Szafran, les proches de François Hollande reconnaissent que les résultats des sondages sont fiables et que ceux-ci expriment le mécontentement des Français. Malgré tout, ils espèrent un changement d'opinion vis-à-vis du président de la République. Avec la situation économique de la France qui s'améliore de jour en jour, pour remonter dans les sondages, François Hollande doit rassembler son camp. Son honnêteté est également un atout important lui permettant d'ambitionner un second mandat. - Bourdin Direct, du mardi 19 avril 2016, sur RMC.
Vidéos à la une
À la suite de la publication de la tribune acerbe de Martine Aubry hier dans Le Monde, le gouvernement n'est pas encore sorti de son silence. D'après Laurent Neumann, ce n'est pas la première fois que la maire de Lille agit de la sorte. Vu que la candidature de François Hollande à la présidentielle de 2017 est incertaine, elle veut tout faire pour que Manuel Valls ne se présente pas à la place de celui-ci. Pascal Perri, lui, pense que Martine Aubry veut rendre la vie insupportable au Premier ministre pour le pousser à la démission. - Bourdin Direct, du jeudi 25 février 2016, sur RMC.
Vidéos à la une
Benoist Apparu, député UMP de la Marne, a répondu aux questions de Ruth Elkrief sur un événement qui a marqué le meeting qu'a tenu Nicolas Sarkozy à Bordeaux. Le samedi 22 novembre, Alain Juppé a été copieusement hué pour avoir parlé du "rassemblement de la droite et du centre" et pour avoir évoqué une "primaire ouverte" en vue de la présidentielle de 2017, tandis Nicolas Sarkozy a lui été chaleureusement acclamé par plus de 4 000 personnes. Quant à l'ancien président de la République, il a déclaré au Petit Journal de Canal + qu'il n'avait rien entendu. Mais par la suite, l'ancien Premier ministre a réagit et a déclaré qu'il avait "vu pire", et a aussi réclamé des "clarifications" à la future direction sur une alliance avec le centre et le degré d'ouverture des primaires.
Vidéos à la une
Laurent Neumann, éditorialiste politique de BFMTV, répond aux questions de Jean-Baptiste Boursier sur la cote de popularité de François Hollande. D'après un sondage OpinionWay pour le Figaro Magazine, le Premier ministre Manuel Valls serait très largement préféré au président de la République comme candidat du PS à la présidentielle de 2017.
Vidéos à la une
Ségolène Royal, présidente de la région Poitou Charente, vice-présidente de la Banque publique d’investissement, répond aux questions de Ruth Elkrief sur la garde à vue de Claude Guéant,...
Publicité