Vidéos à la une
NANTERRE - 21 AOUT 2015 - Jean-Marie Le Pen arborait encore un large sourire jeudi soir, au moment de sortir du bureau exécutif du Front national. L'homme maniait même l'ironie face aux journalistes présents à Nanterre. Pourtant le père fondateur du front a bel et bien été exclu du parti d'extrême-droite. En cause ses multiples provocations et une ligne politique plus en accord avec la nouvelle présidence du parti. Cette décision disciplinaire consacre la rupture déjà bien consommée entre Marine Le Pen et son père. Mais à 87 ans, celui qui reste président d'honneur du FN n'entend pas capituler. Il a d'ores et déjà annoncé vouloir contester en justice son exclusion. Affaire à suivre.
Vidéos à la une
Après son audition au bureau exécutif du Front national ce jeudi, Jean-Marie Le Pen est revenu sur la discorde avec sa fille. "Une invitation de Marine Le Pen à participer aux travaux du bureau exécutif serait en effet la bienvenue", a déclaré le président d'honneur du FN. "C'est elle qui doit faire le geste d'amitié, sinon d'amour entre père et fille", a-t-il ajouté.
Vidéos à la une
Après son audition au bureau exécutif du Front national ce jeudi, Jean-Marie est revenu sur la possibilité de son éviction. "Si on prenait une décision de ce genre, ce serait un coup mortel qui serait porté au Front national", a estimé le président d'honneur du parti. "Je crois au bon sens et à l'intelligence politique des dirigeants. Je pense qu'ils ont mesuré l'impact qu'aurait une décision de ce type à mon égard", a ajouté le fondateur du FN.
Vidéos à la une
"Je ne saurais accepter aucune réduction de la mission qui m'a été confiée par le Congrès de 2011", a averti Jean-Marie Le Pen sur BFMTV, après son audition ce jeudi au bureau exécutif du Front national. "Il m'a été assigné un rôle de vigie, de conseil de surveillance. Je suis minoritaire dans toutes les assemblées mais je donne la parole de l'ancien", a déclaré le président d'honneur du FN. "Dans toutes les civilisations, on reconnaît aux anciens d'exprimer l'expérience", a-t-il ajouté.
Vidéos à la une
Jean-Marie Le Pen remporte une troisième victoire judiciaire face au Front National. La Cour d'appel de Versailles confirme la suspension du congrès du parti qui était censé supprimer le statut de président d'honneur de Jean-Marie Le Pen. Le FN pourrait décider de faire élire des représentants pour pallier à la difficulté de rassembler ses 51.500 adhérents.
Vidéos à la une
Jean-Marie Le Pen est satisfait de la décision, ce mardi, de la Cour d'appel de Versailles rejetant le recours du Front national sur la suspension de son congrès qui était censé supprimer son statut de président d'honneur. "Le FN semble avoir quitté ses fondamentaux essentiels, l'immigration massive, la sécurité, le chômage, la dette colossale, la lutte contre l'Union européenne", affirme le cofondateur du parti.
Politique
L’eurodéputé a réagi à la décision d’annuler sa suspension du Front national, prise jeudi par la justice, affirmant que personne ne pourrait le déloger de sa place.
Politique
Selon un sondage, le cofondateur du Front national ne serait plus en odeur de sainteté dans son parti. Une large majorité des électeurs préférant son retrait de la vie politique.
Politique
Le poste de président d’honneur ne fait plus partie des nouveaux statuts que le FN a envoyés à ses militants à l’approche du congrès. L'intéressé a vivement réagi sur Twitter.
Vidéos à la une
Journée à rebondissements au Front national. D'un côté, le fondateur du mouvement, Jean-Marie Le Pen a contesté la suspension de son statut d'adhérent du FN au tribunal de grande instance de Nanterre. De l'autre, sa fille, Marine, présidente du parti, a voté avec le bureau politique la suppression de l'article qui attribue la présidence d'honneur du Front national à Jean-Marie Le Pen. Les militants devront encore se prononcer pour valider cette modification.
Vidéos à la une
Jean-Marie Le Pen demande à sa fille Marine Le Pen, la présidente du FN, un congrès physique et non par correspondance, si celle-ci souhaite lui retirer son titre de président d'honneur des statuts du FN. "J'entends parler d'un congrès extraordinaire par voie postale. Le numérique permet des acrobaties que ne permet pas le simple papier", a-t-il expliqué à BFMTV ce vendredi.
Vidéos à la une
Suspendu provisoirement du Front national à l'issue d'un bureau politique du parti lundi, Jean-Marie Le Pen accuse le coup. Fâché avec sa fille, il souhaiterait que celle-ci arrête de porter son nom. Ce mardi matin, devant son domicile, il a livré ses états d'âme au micro de BFMTV. "J'exprime une opinion politique depuis 60 ans dans ce pays. Marine Le Pen n'est pas censée ignorer la psychologie et la pratique de son père". Interrogé sur l'assemblée générale extraordinaire qui doit être convoquée pour statuer sur son sort, il répond "cela prouve au moins une chose c'est que je reste président d'honneur. C'est ce qui gêne la petite mafia au pouvoir, le président d'honneur peut tout voir en principe. C'est la statue du commandeur et ce n'est pas très bien vu. " Et d'ajouter: "c'est moi le commandeur".
Vidéos à la une
Après des heures de délibération, la "majorité" des neuf membres du bureau exécutif du Front national a choisi de suspendre provisoirement Jean-Marie Le Pen de son statut d'adhérent. Pour Thierry Arnaud, journaliste au service politique de BFMTV, "Marine Le Pen a osé répondre à son père et a pris toutes les précautions juridiques nécessaires." Le patriarche n'est plus membre du parti qu'il a lui-même fondé. "C'est une décision historique", remarque Thierry Arnaud. Un Congrès sera organisé dans les trois prochains mois pour le destituer de son statut de président d'honneur.
Vidéos à la une
Il est assez peiné (...) d'être désavoué par certains en interne", a indiqué le frontiste Bruno Gollnisch ce lundi au micro de BFMTV. Un bureau exécutif du Front national se réunit ce lundi matin en présence de Jean-Marie Le Pen pour statuer sur une possible exclusion du fondateur du parti, qui a enchaîné les dérapages ces dernières semaines. "Son statut (de président d'honneur du Front national) lui a été conféré par le congrès qui est l'assemblée générale du Front national. Par conséquent, logiquement, en vertu de ce que les juristes appellent le principe du parallélisme des formes, il ne pourrait lui être retiré (...) que par une assemblée générale", a contesté l'eurodéputé FN Bruno Gollnisch.
Vidéos à la une
Interrogé sur l'interview de Jean-Marie Le Pen dans "Rivarol" à paraître jeudi, Gilbert Collard, membre du Rassemblement Bleu Marine et proche de Marine Le Pen, a répondu vivement à Apolline de Malherbe, éditorialiste politique à BFMTV. "Je trouve cet article insupportable, archaïque, démodé", a-t-il déclaré mercredi matin, passablement énervé par cette nouvelle polémique qui éclabousse de nouveau le Front national, moins d'une semaine après la sortie de Jean-Marie Le Pen sur les chambres à gaz. "Moi, c'est clair, je serais ravi qu'il ne soit plus président d'honneur du Front national. Mais avec les statuts, on est coincés", a-t-il concédé.
Vidéos à la une
Quelques essonniens rencontrés dans la rue nous donnent leurs avis sur la sortie du président d'honneur du Front National Jean-Marie Le Pen.
Publicité