Politique
Si le budget du palais présidentiel n’avait cessé de baisser depuis 2012, celui-ci est reparti à la hausse d’un peu plus d’un million d’euros.
Vidéos A la une
Mayotte s'enlise dans la crise. Une grève générale paralyse le département d'outre-mer, et dans cette situation instable, un courrier pas comme les autres recueille l'attention des internautes et mêmes de la présidence, comme le révèle 1ère, chaîne du réseau de France Télévisions. Ce courrier est signé par Robin, un écolier mahorais de 8 ans. Mi février, son frère en a posté une copie sur Twitter : il s'agit d'une lettre adressée à François Hollande. Le jeune garçon, encouragé par ses parents, a écrit au président de la République au nom de toute sa classe de Koungou pour lui expliquer à quel point le manque de moyens complique l'apprentissage. "Dans ma classe de CE1, nous sommes 31 élèves, mais il n'y a que 20 places assises", écrit Robin, qui donne plus de détails et interpelle le chef de l'Etat : "Monsieur le Président, vous êtes la seule personne qui peut nous aider". Isabelle Sima, cheffe de cabinet de François Hollande, a répondu à l'écolier. Elle lui assure que le président a été sensible à sa démarche, qu'il l'encourage pour la suite de sa scolarité et qu'il a pris connaissance de ses préoccupations. Mais on ignore quelle réponse la présidence apportera au manque de moyens de l'établissement scolaire mahorais.
Vidéos A la une
Donald Trump s'est fait remettre en place par le Pape François, tout spécialement sur son projet de construction d'un mur pour endiguer...
Vidéos A la une
Tel le remake d'un très mauvais Star Wars, voici la réponse du chef de file des Républicains à la présence de sa journaliste, Megyn Kelly,...
Vidéos A la une
Les tortues ninja sont venues donner leur avis sur des sujets importants de la société tels que la mode, le droit des animaux, la présidence. Ils ne pouvaient pas partir sans parler de pizza...
Vidéos A la une
Les tortues ninja sont venues donner leur avis sur des sujets importants de la société tels que la mode, le droit des animaux, la présidence....
Vidéos A la une
Dimanche aura lieu le premier tour de l'élection présidentielle en Argentine. Les sondages donnent favori Daniel Scioli, soutenu par Cristina Kirchner, qui ne peut pas briguer de troisième mandat.
Vidéos A la une
Dimanche aura lieu le premier tour de l'élection présidentielle en Argentine. Les sondages donnent favori Daniel Scioli, soutenu par Cristina...
Politique
Francetv Info a mené son enquêté pour savoir si ce lieu fastueux était encore adapté à la vie politique contemporaine.
Vidéos Sport
Le président de l'UEFA , l’ancienne star du football français Michel Platini a annoncé mercredi son intention de briguer la présidence de la...
Sport
L'UEFA a annoncé ce mercredi que Michel Platini est candidat à la présidence de la Fédération Internationale de Football Association. Un poste très convoité qui lui permettrait de diriger le football mondial.
Société
Poste stratégique, la présidence de France Télévisions est courtisé par 33 personnalités dont 11 ont officialisé leur candidature. Le Conseil Supérieur de l'Audiovisuel (CSA) a jusqu'au 22 mai pour donner son verdict. Le point sur les enjeux et les favoris pour succéder à Rémy Pflimlin.
Vidéos Sport
Après David Ginola, l'ancienne star du PSG, un autre ancien footballeur se mesurera à Joseph Blatter pour devenir président de la FIFA. Il...
Vidéos A la une
Le face à face a opposé Anna Cabana, grand reporter au Point et David Revault d'Allonnes, grand reporter au Monde. Fervente sarkozyste, la député européenne a refusé le poste de secrétaire nationale à la formation professionnelle et à l'apprentissage que lui a proposé, mardi, le nouveau président de l'UMP. Nadine Morano affirme lui avoir opposé une fin de non recevoir virulente. "C'est une plaisanterie, c'est indigne, scandaleux (...) Me proposer un tel déclassement, c'est tout le contraire de ce que tu as promis dans ta campagne", lui aurait-elle répondu.
Vidéos A la une
Alors qu'à l'UMP l'élection du président du parti est passée, les langues se délient en vue de la primaire de 2016. Alain Juppé, candidat, qui comptait jusqu'ici peu de soutiens parmi les parlementaires, en engrange de plus en plus. Récemment, Jean-Pierre Raffarin avait déclaré "je partage la ligne politique d'Alain Juppé. Il n'y a pas d'ambiguïté dessus", un soutien salué par l'intéressé: "J'aime bien Jean-Pierre Raffarin, nous avons travaillé ensemble pour remettre l'UMP sur les rails. J'ai beaucoup de communauté de vues avec lui".
Vidéos A la une
Nicolas Sarkozy s'est engagé à préparer un primaire ouverte pour 2017 mais y aura-t-il vraiment un match? D'après un sondage Ifop, les militants estiment que l'ancien chef de l'Etat est le mieux placé pour l'emporter. Dans son fief de Neuilly-sur-Seine, il est le leader naturel que les militants attendaient pour incarner un nouvel espoir et une force d'opposition trop longtemps absente.
Vidéos A la une
Brice Hortefeux, député UMP européen, était l'invité d'Apolline de Malherbe dimanche soir dans BFM Politique. Interrogé sur le score de Nicolas Sarkozy à l'élection pour la présidence de l'UMP, il a déclaré: "quand on rencontre un succès en général on est plutôt heureux, donc je suis heureux, je suis heureux parce que c'est un succès, c'est un beau, c'est un grand succès", a-t-il déclaré".
Vidéos A la une
"Chacun devra désormais tenir compte du renouveau". C'est ainsi que Bruno Le Maire a rappelé à Nicolas Sarkozy qu'il faudra désormais compter avec lui, après ses 29,18 % à l'élection à la présidence de l'UMP, samedi 29 novembre.
Vidéos A la une
Pour Marine Le Pen, l'élection de Nicolas Sarkozy à la tête de l'UMP, c'est le retour de la guerre des chefs. "Pendant deux ans et demi, les sympathisants, les électeurs et les adhérents de l'UMP vont être à nouveau les otages de cette terrible guerre des chefs qui agite cette formation politique", a déclaré la présidente du FN en congrès à Lyon, samedi 29 novembre. Et d'ajouter : "A partir du moment où Nicolas Sarkozy sera élu, alors la première chose qu'il aura en tête, c'est de tuer politiquement Monsieur Juppé". Pour Marine Le Pen, l'UMP sera "incapable de porter le moindre projet alternatif".
Vidéos A la une
Le candidat à la présidence de l'UMP arrivé deuxième samedi soir avec près de 30% des voix a réagi l'annonce des résultats. "Ce soir, je suis heureux" a-t-il lancé à l'assistante venue saluer son très bon score qui n'a pas manqué de scander son prénom. "Je suis heureux pour ce que nous portons le renouveau, un engagement qui nous dépasse et qui ne fait que commencer", a-t-il assuré.
Vidéos A la une
Alain Juppé, le maire de Bordeaux, a été l'un des premiers à réagir à l'annonce de la victoire de Nicolas Sarkozy à la présidence de l'UMP. "Il y a eu des tensions incontestables", concède-t-il mais selon lui, les conflits internes ne peuvent pas faire avancer les choses. Sur ses relations avec Nicolas Sarkozy, il a assuré qu'il "était prêt à l'aider s'il est sur la ligne que j'ai indiquée, large rassemblement de la droite et du centre".
Vidéos A la une
Le site de l'UMP a bien été victime de piratage extérieur vendredi soir dès les premières heures du vote en ligne. Le site était saturé en raison d'une cyber-attaque. Dans la foulée une réunion d'urgence s'est déroulée au siège du parti. Alors de quelle nature était cette attaque pour quelles conséquences?
Vidéos A la une
"Je pense qu'il va y avoir une belle surprise ce soir, en faveur du renouveau", a indiqué Bruno Le Maire samedi, alors qu'il venait de voter dans le cadre des élections pour désigner un président de l'UMP, ajoutant "quoi qu'il arrive, nous avons fait une belle campagne".
Vidéos A la une
Les choses ont été un peu complexes pour tout le monde, parce qu'il y a beaucoup de gens qui votent et c'est tant mieux. Mais vous savez, c'est une élection interne à une famille politique, donc il faut rester calme. Il n'y pas d'opposition, il n'y a pas de guerre", a souligné Nicolas Sarkozy venu voter samedi à midi au siège parisien de l'UMP.
Vidéos A la une
Luc Chatel, secrétaire général de l'UMp est revenu samedi matin, sur la cyber-attaque subie par le site dans la soirée de vendredi. "Le vote a re^ris mais nous sommes très vigilants".
Vidéos A la une
Le dernier meeting de Nicolas Sarkozy à Nîmes a été retransmis en direct sur BFMTV.
Vidéos A la une
Le dernier meeting de Bruno Le Maire à Fréjus a été retransmis en direct sur BFMTV.
Vidéos A la une
Invité de Questions d'infos mercredi 26 novembre, le candidat à la présidence de l'UMP, Hervé Mariton, a jugé que la sortie de Nicolas Sarkozy sur Rachida Dati, "n'était pas acceptable". En meeting mardi soir à Boulogne-Billancourt, l'ancien président a eu les mots suivants sur les origines de son ancienne ministre : "Je m'étais dit que Rachida Dati, avec père et mère algérien et marocain, pour parler de la politique pénale, cela avait du sens". Refusant de parler de racisme, Hervé Mariton affirme que "le poids des mots est important". Il compare la déclaration de Nicolas Sarkozy aux propos qu'il a eu dans des débats à l'Assemblée, comme celui sur le mariage pour tous, où "il n'a jamais dérapé". Quand on lui demande si Nicolas Sarkozy a commis un dérapage, le député UMP de la Drôme répond "oui". Il ajoute que cette sortie révèle "une forme de dureté" dans la campagne de son adversaire, qui ne "l'enthousiasme" pas. Retrouvez notre dossier spécial consacré à l'élection à la présidence de l'UMP.
Vidéos A la une
Alain Juppé, maire de Bordeaux, est revenu, ce lundi, sur les huées dont il a été l'objet dans sa propre ville, lors d'un meeting de Nicolas Sarkozy, ce week-end. Alors qu'un journaliste lui demandait si cela pouvait être un coup monté, l'ancien Premier ministre a estimé qu'il n'avait "aucune raison de le penser", ajoutant: "d'ailleurs, je ne suis pas sûr que ça tourne tout à fait l'avantage de ceux qui auraient monté le coup, s'ils l'avaient monté".
Vidéos A la une
Gérald Darmanin, porte-parole de la campagne de Nicolas Sarkozy et maire UMP de Tourcoing, était l'invité de Jean-Jacques Bourdin ce lundi. "La loi Taubira sera abrogée, réécrite profondément", a-t-il martelé alors qu'il était interrogé sur Nicolas Sarkozy qui a confirmé dimanche qu'il voulait "abroger" la loi Taubira sur le mariage pour tous. "Avant un débat dans le pays, il y aura un débat à l'UMP et un vote sur tous les projets famille. A la fin, les militants voteront", a-t-il ajouté.

Pages

Publicité