Vidéos A la une
Le préfet de police de Paris a réagi à l'attaque "inacceptable" subie par deux fonctionnaires de police dont la voiture a été incendiée, ce mercredi au niveau du quai de Valmy à Paris. Pour Michel Cadot, "cette attaque marque une élévation dans le niveau de violence", ainsi qu'une "escalade dans la violence gratuite". Il a condamné l'agression "avec la plus grande fermeté".
Vidéos A la une
Alors que cette journée de mardi était placée sous le signe de la mobilisation contre la loi Travail, Michel Cadot, le préfet de police de Paris, a estimé sur BFMTV que la manifestation s'était relativement "bien" déroulée. S'il a reconnu quelques débordements et une douzaine d'interpellations, le fonctionnaire a estimé que la situation avait "été assez bien gérée, sans incident majeur et sans victime". Il a indiqué que du côté des forces de l'ordre, quelques blessés légers étaient à dénombrer. "Il n'y a pas eu de progression dans le climat de violence qu'il y avait depuis le 28 avril", a-t-il affirmé, ajoutant que le mérite en revenait, en partie, aux services d'ordre des syndicats qui s'étaient bien préparés à faire face aux émeutiers.
Vidéos A la une
Après les heurts qui ont émaillé la manifestation contre la loi travail à Paris ce jeudi après-midi, le préfet de police de la ville a dénoncé "des actes de violence inqualifiables et très organisés à l'encontre des forces de l'ordre". "Un groupe de casseurs très violent a procédé à de nombreuses exactions, et cela à de nombreuses reprises, occasionnant au total neuf blessés dont un grièvement", a-t-il déclaré. Le préfet a également précisé que la police a procédé à 21 interpellations.
Publicité