Revue du web
Avec Atlantico
Alors que les incidents se multiplient depuis plusieurs mois dans la mer Baltique entre les forces russes d'un côté, les nations riveraines et l'Alliance atlantique de l'autre, la hausse des tensions dans cette région, où la menace russe est perçue avec beaucoup d'intensité, laisse craindre l'éclatement d'un conflit ouvert.
Revue du web
Avec Atlantico
Alors que les incidents se multiplient depuis plusieurs mois dans la mer Baltique entre les forces russes d'un côté, les nations riveraines et l'Alliance atlantique de l'autre, la hausse des tensions dans cette région, où la menace russe est perçue avec beaucoup d'intensité, laisse craindre l'éclatement d'un conflit ouvert.
Monde
Dans un village situé dans le nord de la Pologne, les pistes cyclables scintillent pendant la nuit ! Découvrez une collection des magnifiques images nées de cette étrange technologie.
International
Si l’existence d'un train avait été exclue en décembre par les spécialistes de l'Académie des Mines de Cracovie, des chasseurs de trésors ont pourtant décidé de lancer des recherches. Explications.  
International
Il y a quelques jours, une octogénaire a été arrêtée en Pologne après avoir séduit, drogué puis volé des hommes. Elle risque jusqu’à vingt ans de prison. 
International
Pendant une messe en Pologne jeudi matin, le pape François est tombé en ratant une marche !
Insolite
Il y a quelques jours, un sanglier a semé la panique sur une plage au bord de la mer Baltique. L’animal a renversé plusieurs personnes…
Vidéos Insolite
Des vacanciers polonais profitaient de la plage quand soudainement un jeune sanglier a chargé droit sur eux.
Vidéos A la une
François Hollande a profité du sommet de l'Otan à Varsovie samedi 9 juillet pour exprimer ses craintes quant à une victoire de Donald Trump à l'élection présidentielle américaine.
Vidéos A la une
Alors qu'au premier jour du sommet de l'Otan, à Varsovie, il a été question d'accroître la présence militaire de l'Alliance au nord-est de son périmètre, la Russie ajuste la riposte à ce qu'elle qualifie de 'provocation'. _'En réponse au déploiement de quatre bataillons en rotation dans les pays baltes et en Pologne, la Russie va déployer dans son district militaire ouest ses propres contingents de forces armées. Ce que nous observons, malheureusement, c'est un fait, c'est une restauration de l'impasse politico-militaire en Europe, qu'on avait plus vue depuis 25 ans'_, analyse Dmitri Trenin, directeur du Carnegie Moscow Center. L'Alliance atlantique se préoccupe aussi de la sécurité de la Roumanie et de la Bulgarie, qui observent le renforcement du dispositif militaire russe en mer Noire. 'Lors du sommet la Roumanie a proposé de construire un centre de formation qui pourrait aussi nous aider à déployer si nécessaire et rapidement une brigade dans ce pays. Et la Roumanie a récemment rendu opérationnel son site de missiles intercepteurs. Nous allons aussi regarder comment renforcer notre présence maritime dans la mer Noire', souligne Jamie Shea, en charge des nouvelles menaces à l'Otan. 'Tout en prenant des mesures sévères contre la Russie, l'OTAN conserve son canal d'information avec Moscou pour prévenir des incidents et accidents. Mais le représentant de la Russie à l'OTAN a déclaré que la prochaine réunion du Conseil bilatéral le 13 Juillet devrait discuter des décisions du Sommet - ce qui signifie qu'elles devraient être remises en question. Un autre observateur russe n'a pas hésité à qualifier la situation de guerre froide', commente à Varsovie l'envoyé spécial d'euronews Andrei Beketov. Avec agences
Vidéos A la une
Les membres de l'OTAN, réunis en sommet à Varsovie, confirment le déploiement de quatre bataillons multinationaux dans l'est de l'Europe. 4.000 soldats environ qui seront déployés, dès l'année prochaine, en Pologne et dans les Pays baltes, prêts à faire face à une éventuelle agression extérieure. L'Alliance atlantique souhaite ainsi rassurer les pays frontaliers de la Russie, inquiets après les évènements en Ukraine. Le secrétaire général de l'OTAN Jens Stoltenberg a donné les détails de ce déploiement de troupes : 'Nous avons décidé de renforcer notre présence militaire dans la partie Est de l'Alliance. Je suis heureux d'annoncer que le Canada sera la nation-cadre pour la Lettonie, l'Allemagne va diriger le bataillon en Lituanie, le Royaume-Uni va commander en Estonie et les Etats-Unis vont servir en tant que nation-cadre en Pologne.'' 'L'OTAN ne veut pas une nouvelle guerre froide', a insisté Jens Stoltenberg. Pour lui, 'Moscou ne peut et ne doit pas être isolé ' . Une réunion de dialogue OTAN-Russie aura d'ailleurs lieu la semaine prochaine à Bruxelles. 'Nous ne cherchons pas la confrontation. Nous continuons à chercher un dialogue constructif avec la Russie. La Russie est notre plus grand voisin, c'est un membre permanent du Conseil de sécurité des Nations Unies, et elle joue un rôle important dans les défis sécuritaires en Europe et autour.' Moscou perçoit le déploiement de ces bataillons près de ses frontières comme une provocation. Par ailleurs, l'Alliance Atlantique a déclaré 'opérationnelle' la mise en place d'un bouclier antimissile en Europe continentale.
Vidéos A la une
Un hommage aux soldats de l'OTAN, morts en mission a ouvert le sommet de l'Alliance Atlantique à Varsovie. Les représentants des 28 États membres sont réunis pendant deux jours pour un sommet qui intervient sur fond de Brexit ou encore de tensions avec la Russie. L'OTAN veut rassurer les pays de l'Europe de l'Est, dont la Pologne, inquiets des intentions russes, après l'annexion de la Crimée. 'La stabilité de la région euro-atlantique dépend de la sécurité à nos frontières. Nous devons renforcer la coopération avec tous nos partenaires, à la fois à l'est et au sud. Nous ne sommes pas entourés par des ennemis, nous sommes entourés par des défis'', a déclaré en préambule le président polonais Andrzej Duda. Présent également à Varsovie, le président ukrainien Petro Porochenko, dont le pays reste au coeur d'un conflit qui exacerbe les tensions entre la Russie et les Occidentaux. Pour dissuader Moscou d'avancer davantage ses pions vers son ancienne zone d'influence, l'OTAN doit confirmer à Varsovie le déploiement de quatre bataillons multinationaux, soit environ 4.000 soldats dans les pays baltes et en Pologne. Barack Obama a déjà confirmé l'envoi de 1.000 soldats américains. L'Alliance atlantique doit également déclarer opérationnelle la mise en place d'un bouclier antimissile en Europe continentale.
Vidéos A la une
En marge du sommet de l'Otan à Varsovie, l'Union européenne et les Alliés ont fait un pas de plus en matière de coopération. Les deux partenaires ont signé une déclaration commune qui précise les secteurs d'une collaboration renforcée comme par exemple la lutte contre les menaces hybrides ou la cyber-sécurité. Mais pour y parvenir il aura fallu surmonter certaines difficultés politiques. Marcin Zaborowski, vice-président du Center for European Policy Analysis explique que les tensions entre Chypre et la Turquie " ont paralysé la coopération entre deux organisations dans lesquelles se retrouvent quasiment les mêmes pays membres, ce qui entraîne des doublons ". Cette déclaration commune est une première du genre entre les deux partenaires.
Vidéos A la une
Au sommet de l'Otan qui s'ouvre ce vendredi à Varsovie, la question d'un renforcement militaire sans précédent depuis la fin de la guerre froide dans l'est de l'Europe s'annonce cruciale. Lors du précédent sommet, au Pays de Galles, en 2014, la Russie venait d'annexer la Crimée. Depuis, les tensions avec Moscou n'ont cessé de s'accroître. La chancelière allemande Angela Merkel a exprimé la perte de 'confiance de l'Otan vis à vis de la Russie, tout en tendant la main à Moscou. 'Une sécurité durable en Europe ne peut être établie qu'avec la Russie et non sans elle', a-t-elle déclaré. Une position qui reflète les deux lignes au sein des 28 pays membres de l'alliance atlantique : le renforcement de la défense à l'Est, que Merkel a qualifié de 'garantie supplémentaire', et le dialogue. L'attente première reste cependant le renforcement de la présence militaire de l'Otan sur son flanc est selon Michal Barabowsky, du Fonds Marshall pour l'Allemagne des États-Unis. 'Il y a une attente claire concernant une brigade de 4000 hommes en rotation dans les pays baltes et en Pologne, mais sur une base permanente. Les forces de l'OTAN s'exercent dans les pays baltes', précise-t-il. Prévu l'année prochaine, ce déploiement de nouveaux bataillons veut inviter la Russie à la prudence, mais pour Vladimir Poutine, il s'agit d'une 'frénésie militariste'. 'Sur cette rive de la Vistule où les chars soviétiques ont stoppé leur offensive en 1944, il y a aujourd'hui un sommet des dirigeants de l'OTAN, qui ressentent une menace de la Russie. A l'agenda de ce sommet, figurent des mesures de dissuasion mais aussi de défense collective, qu'un envoyé de Moscou a qualifiées d'obstacles à la paix en Europe', commente Andrei Beketov, envoyé spécial d'Euronews à Varsovie. Avec agences
Vidéos A la une
L'OTAN n'a pas d'autre choix que de renforcer sa défense en Europe de l'Est. C'est la position défendue par l'Allemagne et c'est aussi ce qui doit être décidé ce vendredi à Varsovie lors du sommet des dirigeants de l'alliance atlantique. Devant la chambre des députés à Berlin, Angela Merkel justifie cette décision par l'attitude de la Russie : 'Les agissements de la Russie dans la crise ukrainienne ont profondément ébranlé nos alliés à l'Est, lorsque la prévalence du Droit et l'inviolabilité des frontières sont remis en cause par des mots et des actes, alors la confiance diminue. Et surtout nos alliés de l'Est ont été profondément perturbés par cela. Ils doivent être rassurés à travers l'alliance.' 'Confidence is undermined': #Merkel's strong words today regarding #Russia's actions in #Ukraine #NATOSummit pic.twitter.com/gmtzysDsDJ- Thomas Sparrow (@Thomas_Sparrow) July 7, 2016 #Merkel: #NATO has no plans to end cooperation with Russia https://t.co/mozr2oDDAS pic.twitter.com/iohY3Fm6Yd- Sputnik (@SputnikInt) July 7, 2016 Mais pas question de fâcher Moscou. Berlin affirme que ces mesures sont dissuasives, le pays continuera à dialoguer avec la Russie mais la chancelière estime que les 'nouvelles menaces' aux portes de l'Europe justifient ce renforcement sans précédent des moyens de l'Otan. Et l'Allemagne est appelée à y jouer un rôle important. Elle participera à la formation de quatre bataillons qui seront déployés par rotations à partir de 2017 en Estonie, Lettonie, Lituanie et en Pologne. Quand #Merkel appelle à tendre la main à la #Russie tout en restant ferme sur #OTAN >>> https://t.co/Y9Npu8qJxT pic.twitter.com/1HnnkNksEa- RT France (@RTenfrancais) July 7, 2016
Vidéos A la une
L'Otan va renforcer son flanc Est. La décision formelle n'est pas encore prise, mais elle le sera à la fin de semaine lors du sommet de l'Alliance qui se tiendra à Varsovie. Ce renforcement se concrétisera par le déploiement de quatre bataillons. 4 000 soldats seront envoyés dans les pays baltes et en Pologne. Le commandement de ces forces sera confié à quatre États: les États-Unis, le Royaume-Uni, l'Allemagne et le Canada. L'Otan veut ainsi répondre aux tensions avec la Russie après l'annexion de la Crimée et les violences dans l'Est de l'Ukraine. Mais pour le Secrétaire général de l'Alliance il faut aussi poursuivre le dialogue avec Moscou. Jens Stoltenberg souhaite ainsi organiser une réunion " peu après le sommet où les questions de transparence et de réduction des risques devraient être importantes ". L'objectif de cette rencontre avec les représentants russes n'est pas dans l'immédiat de régler les divergences mais d'éviter tout incident militaire.
Vidéos A la une
Cette vidéo extraite d'une émission de télé polonaise montre un tour de magie qui s'est (très) mal passé. On y voit un illusionniste mettre des morceaux de bois où sont plantés de grosses aiguilles dans des sacs en papier. Il demande à l'animatrice télé d'abattre sa main sur l'un des sacs. Cette...
Vidéos A la une
Malopolska - Petite-Pologne en français - a été désignée 'Région européenne entreprenante 2016'. Comment cette région polonaise aide-t-elle les jeunes entrepreneurs à mener des projets innovants ? Elle propose une série de programmes de soutien notamment au sein de pépinières d'entreprise. A Cracovie, dans la région de Malopolska - Petite-Pologne en français -, le développement des PME passe par une démarche globale dont une série de programmes déclinés dans des pépinières d'entreprise. Des efforts qui ont valu à 'la Petite-Pologne' de décrocher tout comme deux autres territoires, le titre de Région européenne entreprenante 2016. Une première pour une région de Pologne. Our region #Malopolska awarded #European #Entrepreneurial #Region 2016! http://t.co/Va7OiXyQ1M #EU #EER #innovation pic.twitter.com/wtoKbmOvXC- Automationstechnik (@ATKrakow) 10 juillet 2015 Katarzyna Sawicz-Kryniger fait partie des jeunes entrepreneurs qui ont eu accès à un incubateur, en l'occurrence, au Parc dédié aux sciences de la vie. Elle a pu y lancer son activité dans le marquage chimique des matières plastiques. Un procédé utile pour se protéger de la contrefaçon. 'En tant que chef d'entreprise novice, explique la fondatrice d' InnovaLab, il était très important pour moi d'avoir la capacité de personnaliser mon laboratoire et d'être flexible dans le choix des équipements qu'il me fallait. Je m'inspire aussi de ce qui se fait au sein de la communauté des start-up pour laquelle la région propose de nombreux évènements,' ajoute-t-elle. Un PIB en hausse de 30% sur cinq ans Sur un autre parc technologique de Cracovie qui dispose d'équipements techniques et de laboratoires multimédia notamment, plus de 60 entreprises ont été créées par de jeunes entrepreneurs en l'espace d'un an environ. Grâce aux fonds européens notamment, la Petite-Pologne est devenue l'une des régions polonaises les plus dynamiques au plan économique : son PIB a bondi de 30% entre 2008 et 2013. D'après son maréchal - son chef de l'exécutif -, Jacek Krupa, ce succès repose en grande partie sur les jeunes entrepreneurs. 'Notre objectif pour les prochaines années, c'est d'encourager l'innovation du côté des entrepreneurs - des PME en particulier - parce que ce sont eux qui génèrent la plus grande part de PIB dans la région, souligne-t-il. Notre plan de soutien aux start-up est très vaste, poursuit-il, et puis la Petite-Pologne est devenue en Europe, un lieu réputé pour accueillir toutes sortes d'évènements. Il y a des jeunes chefs d'entreprise du monde entier qui viennent ici pour discuter, nouer des contacts et lancer des initiatives positives,' assure-t-il. JkKrupa told euronews :we have widespread program to stimulate #startup #SME #entrepreneurship malopolskiePL pic.twitter.com/fGTxxuJelL- daleen hassan (daleenhassan) 21 juin 2016 Créer l'évènement Pour réunir experts et jeunes entrepreneurs de différents secteurs, plus de 500 évènements sont organisés par la région chaque année, comme le TEDx Kazimierz organisé au Musée juif de Galicie. La grande diversité de sujets abordés est une source d'inspiration pour les chefs d'entreprise en herbe comme Katarzyna. 'Le thème commun à tous ces évènements : c'est 'passer aux actes', insiste Richard Lucas, responsable de ce TEDx Kazimierz. Quand quelqu'un veut créer son entreprise, l'idée peut être géniale, mais le message qu'on va lui donner ici, c'est : 'Lancez-vous et rendez votre idée concrète'.' La région a adopté un plan pour accroître encore les financements à destination des jeunes entrepreneurs d'ici 2020. Thanx TEDxKazimierz for great inspirations Muzeum Galicja #Krakowespecially project of aniabywanis wdalach pic.twitter.com/nm61W7WBtS- Rafal Romanowski (FkrutceCom) 19 juin 2016
Vidéos A la une
Depuis la victoire de Brexit, les actes xénophobes se multiplient au Royaume-Uni. Ceux-ci visent notamment les Polonais qui s'inquiètent. Le centre culturel de Londres a par exemple été tagué : "Stop à la vermine polonaise", et des tracts anti-polonais sont distribués dans les boîtes aux lettres.
Vidéos Argent/Bourse
Avec: Eric Chol, directeur de la rédaction du Courrier international. Maïa de la Baume, correspondante de Politico à Bruxelles. Jean-Sébastien Lefebvre, journaliste à Contexte. Bernard Monot, eurodéputé FN. Jean-Marie Cavada, eurodéputé Génération Citoyens. Et Sir Graham Watson, ancien eurodéputé britannique. - 500 millions d'Européens, du samedi 18 juin 2016, présenté par Yann-Antony Noghès, sur BFM Business.
Vidéos Argent/Bourse
Après les violences commises ce week-end entre supporters Russes et Anglais, en marge de leur rencontre pour l'Euro 2016, la sécurité a été renforcée, et la vente d'alcool interdite dans les périmètres sensibles. Cependant la rencontre du 21 juin, jour de la fête de la musique entre la Pologne et l'Ukraine pourrait donner lieu à de de nouveaux heurts.
Vidéos Argent/Bourse
Avec: Maïa de la Baume, correspondante de Politico à Bruxelles. Jean-Sébastien Lefebvre, journaliste à Contexte. Charles de Marcilly, responsable à Bruxelles de la Fondation Robert Schuman. Et Jean Quatremer, correspondant de Libération à Bruxelles. - 500 millions d'Européens, du samedi 11 juin 2016, présenté par Yann-Antony Noghès, sur BFM Business.
Vidéos A la une
Des dizaines de milliers de Polonais ont manifesté ce samedi à Varsovie, et dans d'autres villes du pays, pour protester contre ce qu'ils estiment être les tendances autocratiques du gouvernement. Les anciens présidents Bronislaw Komorowski et Alexander Kwasniewski avaient pris la tête de ce cortège. Les manifestants dénoncent les réformes conduites par le parti Droit et Justice, notamment le renforcement le contrôle des médias et la diminution des pouvoirs de la Cour constitutionnelles. De son côté, la Commission Européenne fait elle aussi pression sur Varsovie pour que le gouvernement polonais abroge ses réformes constitutionnelles.
Vidéos A la une
Le ministre de la Défense polonais Antoni Macierewicz a annoncé que 35.000 civils seront formés à partir de septembre pour rejoindre les unités dites 'de défense territoriale', une nouvelle force paramilitaire dans le pays. Ce dernier a ajouté ce vendredi que l'armée polonaise devrait passer de 100.000 à 150.000 soldats dès l'an prochain. Cela vise à répondre à la guerre 'hybride', du type de celle que la Russie a mené en Ukraine, a expliqué le responsable de la mise sur pied de ces forces civiles Chaque voïvodie (département) accueillera une unité de défense territoriale. La priorité est donnée aux régions de l'est de la Pologne, les plus proches de la Russie, considérées comme les plus vulnérables. Le nombre d'adhésions aux groupes paramilitaires a augmenté ces deux dernières années en Pologne mais aussi en Lituanie et en Lettonie. Les paramilitaires de Strzelec participeront la semaine prochaine à un grand exercice militaire organisé en Pologne par l'Otan. La Pologne a obtenu une présence renforcée sur son sol, des forces de l'Otan, qui tiendra en juillet son sommet à Varsovie.
Vidéos A la une
En Pologne, on estime que 10.000 hommes s'entraînent comme des professionnels à la survie et au tir. Mais ces soldats n'appartiennent pas à l'armée, ils sont paramilitaires, ou miliciens comme les qualifient leurs détracteurs. Après avoir passé le phénomène sous silence, le Ministre de la Défense a pour objectif de les intégrer dans l'armée polonaise, afin de former des brigades.
Vidéos A la une
La procédure d'extradition contre Roman Polanski a été relancée par le gouvernement conservateur en Pologne. Le ministre de la Justice, qui est aussi procureur général, va demander à la Cour suprême de revoir une décision de la Cour d'appel de Cracovie. Celle-ci avait refusé fin octobre l'extradition du cinéaste vers les Etats-Unis. Pour autant, Roman Polanski vit actuellement en France. Le réalisateur est poursuivi pour le viol d'une mineure il y a 39 ans outre-Atlantique.
Vidéos A la une
AINSI VA LE MONDE. Nouveau rebond dans l'affaire Roman Polanski. Le ministre polonais de la Justice va faire appel de la décision de ne pas extrader le cinéaste vers les États-Unis. Polanski est impliqué dans une affaire de relation sexuelle avec une mineure remontant à 1977. Retour sur une affaire qui n'en finit plus.
Vidéos A la une
En France, onze personnes, dont huit enfants, ont été blessées par la foudre, ce samedi. Cela s'est passé à Paris, au parc Monceau. Certains blessés sont dans un état grave. Il s'agit d'enfants de 7 et 8 ans qui participaient à un goûter d'anniversaire. L'orage s'est déclenché brutalement, avec une violence que les météorologues n'avaient pas prévu. C'est en allant se mettre à l'abri que le groupe d'enfants a été frappé par la foudre. EN IMAGES. Foudre sur le Parc Monceau : l'anniversaire tourne au drame https://t.co/sHAtymzOxM pic.twitter.com/0fhMcYYXah- Le Parisien (@le_Parisien) 28 mai 2016 Plusieurs régions françaises avaient été placées en vigilance orange en raison du risque d'orages. #MeteoduWE Attention aux #orages ce we : du SO au NE samedi, ils gagnent le SE dimanche > https://t.co/XcVw8u8xNS pic.twitter.com/eGMKcFlS8k- Météo-France (@meteofrance) 27 mai 2016 Orages en Allemagne et en Pologne La foudre a également fait des blessés dans l'ouest de l'Allemagne. Cela s'est passé sur un terrain de football, à l'issue d'un match entre des enfants. Trois adultes ont été grièvement blessés. En puis en Pologne, de violents orages ont causé la mort de deux personnes.
Vidéos A la une
Un atelier de cigarettes de contrebande a été démantelé dans les environs de Varsovie en Pologne. C'est le plus important du genre découvert cette année dans le pays, avec plus de sept millions de cigarettes et trois tonnes de tabac coupé. Six personnes ont été arrêtées, parmi lesquelles un Ukrainien et deux Russes. Les cigarettes étaient destinées au marché ukrainien.
Vidéos A la une
La Pologne et les Etats-Unis ont lancé, vendredi, le chantier de construction d'une base militaire américaine à Redzikowo (Pologne). Un élément du futur bouclier antimissile de l'OTAN, qui accueillera des missiles intercepteurs et devrait être opérationnelle en 2018. 'L'Europe, et par extension, l'OTAN, doit affronter de nouveaux défis en matière de sécurité, et ceux-ci sont complexes, a justifié le secrétaire adjoint à la Défense américain, Robert O. Work. L'OTAN, pour être à la hauteur de ces défis, va devoir évoluer et s'adapter aux menaces, les anciennes comme les nouvelles.' A l'occasion d'un meeting à Sotchi (Russie) avec des responsables du complexe militaro-industriel national, le président russe Vladimir Poutine a rappelé son profond désaccord avec cette initiative américaine en terre européenne. 'Il ne s'agit pas de systèmes de défense, comme le prétendent les Etats-Unis, mais il s'agit pour eux de déployer à l'extérieur de leur pays, en l'occurrence dans l'est de l'Europe, une partie de leur potentiel nucléaire stratégique, a-t-il estimé. Ceux qui prennent ce genre de décisions devraient savoir que la population de ces pays européens a jusqu'à maintenant vécu dans le calme, le confort et la sécurité. Or, maintenant que des missiles vont être installés, nous devons de notre côté réfléchir à la manière d'endiguer ces nouvelles menaces pour la sécurité de la Fédération de Russie.' Vladimir Poutine a toutefois précisé qu'il n'entendait pas se lancer dans une 'nouvelle course aux armements'.

Pages

Publicité