Vidéos à la une
La justice américaine a confirmé l'accord conclu au pénal qui oblige Volkswagen à s'acquitter d'une amende de 2,8 milliards de dollars pour sa responsabilité dans le scandale des moteurs diesel truqués. La décision été prise par un juge de Detroit, la capitale américaine des constructeurs automobile. Le juge a par ailleurs suivi les recommandations du ministère de la Justice et accordé au constructeur allemand une période probatoire de trois ans, tout en évoquant dans le cas d'une 'fraude massive (...) perpétrée par le management de Volkswagen.' En septembre 2015, Volkswagen avait reconnu avoir équipé onze millions de voitures d'un logiciel permettant de truquer le relevé des émissions de gaz polluants.
Société
Samedi soir, à Pédernec (Bretagne), un mur d'une porcherie s'est écroulé provoquant la fuite d'une cinquantaine de truies. La chute a aussi libéré une grosse quantité de lisier qui a contaminé un fleuve côtier. 
Vidéos à la une
Quelle est l'ampleur de la pollution dans nos villes ? Dans quelle mesure modifie-t-elle l'atmosphère terrestre ? A l'Université de Brême, des scientifiques font figure de pionniers dans la mesure des polluants de l'air en rapprochant les données d'un réseau de satellites européens et des relevés sur Terre. Vous avez certainement déjà regardé les prévisions météo grâce à une application sur votre smartphone. Grâce à un réseau de satellites dans le cadre du programme européen Copernicus et de stations au sol, il est aujourd'hui possible de consulter sur votre téléphone, en temps réel, le niveau de pollution dans votre ville. À l'Université de Brême en Allemagne, on rassemble et on traite l'ensemble des données nécessaires à la réalisation d'un état des lieux des rejets polluants dans l'atmosphère. Copernicus Atmosphère : un accès en #opendata à des données considérables sur la qualité de l'air en Europe https://t.co/BDtOSGdoDS- Météo-France (@meteofrance) 28 novembre 2016 Les satellites surveillent en permanence, la composition de l'air que nous respirons et la manière dont il se modifie en raison des rejets polluants. Des chercheurs de l'Université de Brême figurent parmi les pionniers de la mesure de la pollution atmosphérique, responsable d'un décès sur huit dans le monde d'après l'Organisation mondiale de la santé : ils associent données spatiales et relevés terrestres. 'Les mesures réalisées depuis l'espace sont essentielles parce qu'elles nous apportent une vue d'ensemble de l'échelle locale à l'échelle planétaire qui nous donne l'impact de la météorologie et de la chimie atmosphérique sur nos émissions, explique John Philip Burrows, professeur de physique de l'atmosphère et des océans. Les vents de surface déplacent les masses d'air et à une certaine période de l'année, l'air de l'Europe s'en va vers les régions vierges de l'Arctique ; de la même manière, nous en Europe, nous recevons souvent l'été, la pollution provenant de l'Amérique, poursuit-il. Nous devons comprendre quelles sont les sources, les vents de surface, les émissions, mais aussi connaître la chimie atmosphérique et la physique responsables du déplacement de la pollution autour de la Terre,' dit-il. Causes humaine et naturelle Pour établir la composition chimique de notre atmosphère, les scientifiques travaillent sur des données fournies par les spectromètres, par les analyses des particules en suspension et les mesures satellitaires provenant du programme Copernicus. A l'Observatoire de Brême, sur le toit de l'Université, on décompose la lumière du soleil pour y détecter des traces de polluants. Justus Notholt, professeur de télédétection, nous montre un graphique sur son écran d'ordinateur : 'On peut dire que chaque molécule a son empreinte dans le spectre ; là, on a des millions de traits, il y a une quantité énorme d'informations, dit-il. Là, dans ce cas, montre-t-il, ces lignes peuvent être attribuées au CO2, donc il s'agit du CO2 dans l'atmopshère qui absorbe la lumière du soleil.' Les chercheurs sont aussi dotés d'un camion qui détecte un brouillard de pollution et des rejets industriels dans l'air. Il traque par exemple, le méthane et le CO2, des gaz à effet de serre fortement liés aux activités humaines. Mais pour une analyse complète, les chercheurs doivent aussi s'intéresser à la pollution naturelle générée par les volcans ou les incendies de forêt. This truck measures atmospheric pollution and the measurement are then combine with satellite data. #space euronews pic.twitter.com/PTKf0DS9lR- stroclaudio (@RosmiNow) 1 mars 2017 Folkard Wittrock dirige un groupe de recherche à l'université. 'Le camion dispose d'un ensemble unique de différents instruments, nous indique-t-il, il y en a qui aspirent l'air qui est autour de nous, ce qui nous permet de chercher la présence de polluants par exemple. On a aussi des outils de détection à distance qui utilisent plus ou moins la même technique d'analyse que les instruments spatioportés pour avoir une vision d'ensemble des polluants qui se trouvent autour de nous,' souligne-t-il. Campagne aéroportée Les scientifiques de Brême lancent dans les prochains mois, une nouvelle phase de leurs recherches : ils vont étudier l'impact des mégapoles sur la qualité de l'air au niveau local et régional en réalisant des mesures en plein ciel grâce à des avions. L'opération 'Mission CO2 et méthane' permettra de collecter des informations pour valider les données satellitaires. 'Nous allons mener deux campagnes aéroportées pendant lesquelles nous allons obtenir des instantanés de la chimie de ces rejets et nous rapprocherons cela des données satellitaires pour comprendre comment évolue la chimie des rejets de ces mégapoles,' indique Maria Dolores Andrés Hernandéz, chef de groupe de recherche. Une fois toutes les preuves réunies, ces 'détectives' de la pollution doivent encore traiter ces innombrables données. Des algorythmes et des équipements informatiques complexes sont nécessaires pour mettre en cohérence, les mesures satellitaires et les informations recueillies par les capteurs sur Terre. L'étape suivante, c'est l'élaboration d'un outil de prévision de la pollution. 'Les satellites nous donnent des cartes qui sont magnifiques, mais on ne peut les utiliser que si on a un relevé qui vient les valider et cela nécessite de bonnes mesures au sol, reconnaît le scientifique Andreas Richter. Une fois qu'on a lancé le satellite, il n'est plus entre nos mains, on ne peut pas le ramener en laboratoire et faire des vérifications et des tests, il est là-haut et on doit avoir confiance dans les données, c'est pour cela qu'il faut les comparer avec d'autres mesures,' assure-t-il. L'augmentation des rejets de gaz à effet de serre a modifié l'équilibre énergétique de la Terre et accélèré le rythme du changement climatique, révélant la vulnérabilité des écosystèmes. Les études scientifiques sont fondamentales pour nous aider à faire face à des évènements météorologiques extrêmes et à établir des politiques adaptées. #Climate deniers blame global warming on nature. This #NASA data begs to differ https://t.co/0h6JCqfKzD- stroclaudio (RosmiNow) 28 février 2017 'Besoin d'informations de meilleure qualité' 'L'homme a une influence considérable sur le climat et le problème, insiste Justus Notholt, professeur de télédétection à l'Université de Brême, c'est que tout ce que nous faisons aujourd'hui doit être envisagé sur le long terme : aujourd'hui, on doit prendre des décisions pour qu'on puisse en voir les résultats dans peut-être cinquante ans ou plus.' John Philip Burrows ajoute : 'On a besoin d'informations de meilleure qualité pour pouvoir établir les mécanismes exacts et les meilleurs modèles qui soient pour prévoir l'impact des activités humaines et des phénomènes naturels. On a constaté en Europe une amélioration de la qualité de l'air et c'est certainement le résultat des politiques qui ont été menées, se félicite-t-il avant de relativiser : Cela montre que les gens peuvent agir, que les gouvernements peuvent agir, mais il y a encore beaucoup à faire.' Les connaissances devraient encore progresser grâce au lancement dans les prochains mois, du satellite de l'Agence spatiale européenne Sentinel 5 Precursor qui dispose d'instruments aux performances inégalées. Claudio Rosmino avec Stéphanie Lafourcatère
Vidéos à la une
En déplacement à Ypsilanti, au Michigan, Donald Trump a donné aux constructeurs automobiles américains exactement ce qu'ils souhaitaient: le retrait des dernières normes anti-pollution afin de permettre la construction de "super-voitures": "Si ça prend un dé à coudre d'essence en plus, nous voulions que vous le fassiez". Pour le président américain, c'est une stricte mise en application de son programme. Il réduit les contraintes économiques pour les constructeurs automobiles afin qu'ils relocalisent aux États-Unis.
Vidéos à la une
Toute cette étendue urbaine est la réalité pour deux Européens sur trois aujourd'hui. Cette semaine, nous sommes à Valence, en Espagne pour voir comment, en se connectant à ces centres économiques urbains pourvoyeurs d'emplois et d'opportunités, nous devons aussi faire face à des difficultés de logement, de transport, sans oublier la pollution. Il s'agit de mettre sous pression ces villes, gigantesques, grandes ou petites pour qu'elles imaginent comment devenir intelligentes. https://twitter.com/maithreyi_s/status/832215852858621952 Environ 80 % de l'énergie en Europe est utilisée par les citadins mais nous contribuons en même temps à 85 % du PIB du continent. Alors que la population urbaine mondiale va doubler d'ici à 2050, ça peut être une bonne idée de comprendre ce qu'est une ville intelligente. ------------------------------------ Chaque jour, nous lions des points entre eux pour nous réveiller, pour travailler, socialiser... ou bien dormir. Les villes intelligentes relient également des points entre eux, entre les hommes, la société, l'information et les technologies de la communication. Des connections qui permettent de savoir quand le prochain bus arrive, de contrôler le trafic pour le décongestionner, de trouver votre place de parking. Des capteurs qui allument les feux de circulation, appellent les services d'urgence ou préviennent des niveaux de pollution en temps réel. Les villes intelligentes intègrent tous les éléments de la vie urbaine, en créant une plateforme technologique qui permet aux citoyens, aux commerces et aux gouvernements de communiquer et de travailler ensemble. Jusqu'à récemment, il s'agissait de grandes villes comme Barcelone ou Amsterdam mais des villes plus petites rattrapent leur retard, en pilotant ou en tentant de mettre en oeuvre des stratégies de villes intelligentes. Les principaux pays où se trouvent ces villes intelligentes sont le Royaume-Uni, l'Espagne et l'Italie. -------------------------------------- L'Europe a placé le développement urbain au coeur de son programme pour 2020. Avec une part significative de son Fonds de développement régional réservée aux villes intelligentes, en plus d'autres fonds qui peuvent provenir des villes et des gouvernements nationaux. La logique ? Et bien, c'est assez simple. Les villes plus petites après la crise vont avoir plus de difficultés à financer la transformation de leurs infrastructures. Les budgets municipaux ont subi des coupes sombres et les niveaux d'endettement ont tendance à augmenter. Fanny Gauret a voulu savoir comment la ville de Valence est en train de se transformer en ville intelligente. -------------------------------------- Inspiré par l'exemple des grandes villes intelligentes en Europe, Valence a débuté sa transformation en 2012. Je me dirige vers le centre d'innovation urbaine pour découvrir où ils en sont. 'Bonjour Rafael, je suis arrivée. Comment je te rejoins ? " 'Tu peux prendre le bus 5. Regarde sur AppValencia quel est l'arrêt le plus proche.' Les outils comme AppValencia permettent d'accéder à l'information en temps réel sur les bus mais aussi de recevoir des alertes sur la ville ou de payer des factures en ligne. Tout ceci est intégré à la plateforme de management de la ville intelligente fondée sur des indicateurs en temps réel. Une première en Espagne. 'C'est une plateforme horizontale dans le sens où ça intègre toutes les informations générées par tous les services et aussi l'information externe générée par les entreprises et les citoyens, explique Rafael Monterde-Diaz, président du centre d'innovation urbaine Las Naves à Valence. Le secteur privé peut développer des applications, des solutions dont la ville peut bénéficier, mais c'est aussi un modèle viable de business qui leur permet de générer de la profitabilité.' Valence a prévu un budget de 1,14 milliard d'euros pour sa transformation entre 2014 et 2020. 568 millions d'euros seront fournis par le Fonds d'investissements structurel européen. Le centre de contrôle et de gestion du trafic montre comment cette transformation va aider les habitants de Valence. 'En fait, nous avons un contrôle en temps réel de ce qu'il se passe sur les principales avenues de la ville, poursuit Rafael Monterde-Diaz. Les feux de circulation, nous pouvons en changer la fréquence pour créer des voies d'urgence par exemple ou éviter des embouteillages.' Le système réduit la pollution et peut permettre de réduire les coûts de services comme l'eau et l'électricité. Il a pu bénéficier d'une rallonge avec 6 millions d'euros en plus de la part du gouvernement espagnol et de l'Union européenne et a attiré des entreprises comme Telefonica. 'Dans le business, nous nous sommes occupés de l'IoT, les objets connectés, et notamment des villes intelligentes, explique Kim Faura, manager régional de Telefonica Espagne. Nous avons en notre possession un capteur qui nous donne beaucoup d'informations. On dit que d'ici 2020, il y aura plus de 50 milliards d'objets connectés.' 'Notre stratégie de ville intelligente nous a permis d'en savoir beaucoup sur nos ressources : les places de parking, les feux de circulation, les bennes à ordures, poursuit Rafale Monterde-Diaz. Elles sont localisées, mais maintenant nous avons besoin que ces objets nous parlent et que par Internet, ils nous informent et nous permettent un management plus efficace.' Il appartient donc à Valence de communiquer et d'interagir avec les citoyens, les universités et les entreprises afin de développer pleinement sa stratégie.' -------------------------------------- Maithreyi Seetharaman, Euronews : 'Comme Fanny l'a montré, une stratégie cohérente et une mise en confiance des citoyens sont des impératifs pour le succès d'une ville intelligente. Dans une région comme celle de Valence, ce travail revient à Ximo Puig. Il est le président du gouvernement de Valence.' Twitter: @ximopuig 'Comment construisez-vous la confiance pour une vision intelligente de Valence et quelle est cette vision ?' Ximo Puig : 'Nous héritons d'une situation très difficile de méfiance dans le secteur public, en raison de problèmes venant du passé. C'est encore difficile mais progressivement, le processus se consolide et petit à petit il y a plus de citoyens, plus d'entreprises qui ont confiance dans ce système d'innovation qui nous concerne tous et qui est conduit à la fois par le secteur public et par le privé.' Euronews : 'Quelle est la situation de l'économie à Valence et comment allez-vous utiliser la technologie pour construire des lignes de force et limiter les faiblesses ?' Ximo Puig : 'L'économie de Valence a cru de 3, 9 % l'an dernier. Les entreprises et les travailleurs relèvent de gros défis. Nous avons un problème d'adaptation de notre éducation à de nouvelles entreprises et c'est un élément fondamental. Nous avons aussi un problème lié aux langues, aux compétences linguistiques. Nous avons un problème avec tout ce qui est lié à la prise en compte de l'éducation dans une société qui innove. Par exemple, la communauté de Valence sera la première communauté de toute l'Espagne à être connectée par la bande passante. C'est un élément fondamental pour réaliser cette inclusion massive de tous les citoyens, de toutes les familles, de toutes les entreprises dans une société de l'information qui soit une réalité.' Euronews : 'Est-ce que cela a été difficile pour vous de lever les fonds sur les marchés ? Avez-vous été amenés à vous tourner vers des organismes de financement ? Et est-ce que vous croyez que, d'une certaine manière ça créé un précédent pour d'autres villes qui tentent la même stratégie en Europe ?' Ximo Puig : 'Nous devons combiner les financements. Des fonds privés comme celui des banques, des entreprises et il y a aussi le secteur non marchand. Il y a diverses possibilités de capitalisation par le secteur privé mais bien sûr nous avons aussi besoin des fonds européens et de nos propres fonds. C'est un processus. Nous rencontrons les mêmes problèmes que les autres régions européennes. Il est évident qu'il y a des régions plus avancées que d'autres. En fin de compte, il s'agit pour l'Europe d'avoir un projet en faveur de toutes les régions européennes qui ont à faire face à ce défi fondamental qu'est la société de l'information, la société de la communication.'
Société
Alors qu’une nouvelle vignette anti-pollution sera obligatoire sur les véhicules à partir du 15 janvier, certains sites profitent de cette nouvelle offre.
Société
Selon la presse étrangère, la capitale française est confrontée à de nombreux soucis en ce moment, dont une invasion de rats qui fait sourire les Anglo-Saxons. 
Société
Interdits ? Autorisés ? Après une longue bataille entre Ségolène Royal et les associations écologiques, quelle est actuellement la législation concernant les feux de cheminée ? 
Vidéos à la une
A partir d'aujourd'hui, les voitures immatriculées avant le 1er janvier 1997 ne sont plus autorisées à circuler dans la capitale de 8h à 20h sous peine d'amende. Les automobilistes ont montré leur mécontentement ce matin place de la Concorde. Plusieurs ont affiché des petites pancartes sur leur voiture au slogan approprié comme "Adieu Paris!". Malgré les contestations, les contrôles ont déjà commencé place de la Nation. Pour aider les automobilistes pénalisés, la ville de Paris propose des alternatives : 50% de réduction sur un abonnement Autolib ou un an d'abonnement gratuit au réseau Velib.
Vidéos Auto
Effective à partir de ce vendredi, la mesure mise en oeuvre par la ville de Paris pour contrer la pollution pousse les automobilistes à la grogne. Pierre Chasseray, délégué général de 40 millions d'automobilistes et invité de LCI, compte bien porter plainte contre la mairie de la capitale : "On ne peut pas atteindre à la liberté de circuler de quelqu'un !", tonne-t-il.
Vidéos à la une
Un rassemblement se déroule ce vendredi place de la Concorde, à Paris, après l'appel de la Fédération française des automobilistes afin de protester contre la mise en vigueur de l'interdiction de circuler, à Paris, pour les véhicules mis en circulation avant 1997. Une mesure jugée discriminatoire envers ceux qui ne peuvent pas s'acheter une nouvelle voiture.
Vidéos à la une
A partir de ce vendredi, les vieilles voitures immatriculées avant le 1er janvier 1997 n'ont plus le droit de circuler en semaine de 8h à 20h à Paris. Objectif pour la mairie: faire baisser les émissions de polluants dans la capitale. Les propriétaires de vieille voiture récalcitrants risquent une amende 35 euros, réévaluée à 68 euros dès 2017.
Vidéos à la une
Chaque année en France, la pollution de l'air due aux particules fines représente 9% de la mortalité, ce qui en fait la troisième cause de décès par maladie après le tabac et l'alcool, selon une étude de l'agence Santé publique France publiée ce mardi. Dans une grande ville, la pollution entrainerait la perte de 15 mois d'espérance de vie en moyenne contre 9 mois dans les zones rurales.
Vidéos Auto
A partir du 1er juillet, les voitures vieilles de plus de 20 ans, c'est-à-dire d'avant janvier 1997, ne pourront plus circuler dans les rues de la capitale de 8h à 20h en semaine. Une décision de la municipalité qui concerne des milliers d'automobilistes pour éviter la pollution. Mais les automobilistes s'insurgent. Une pétition a été lancée et a recueilli plus de 20.000 signatures, sans succès. Seules les voitures de collection sont épargnées, pour les autres, ce sera 35 euros d'amende.
Vidéos à la une
La crue tardive de l'Essonne inquiète à Itteville. Un ancien site de transformation pétrolière se trouve juste à côté de la rivière en crue. Des centaines de produits toxiques y sont enterrés. Avec la pression de l'eau, les éléments polluants pourraient infiltrer la nappe phréatique ou se déverser dans le cours de l'Essonne, avec un risque de pollution majeur.
Vidéos à la une
A une cinquantaine de km seulement de la capitale espagnole, Madrid, une immense décharge sauvage de pneus subit un incendie, probablement criminel, a estimé le maire de Seseña, la commune sur laquelle elle est à 70% implantée, Carlos Velazquez. Cette décharge sur dix hectares, née dans les années 90, avait été déclarée illégale en 2003. 'On savait bien que ça arriverait, confie un habitant. Cela arrive maintenant mais ça aurait tout aussi bien pu se produire il y a dix ans.' 'Notre ville est littéralement envahie par cette décharge, déplore le maire de la commune de Valdemoro, qui en abrite 30%, Guillermo Gross del Rio. La justice a instruit le dossier, la compagnie qui la gère a même été condamnée.' Les administrations des régions de Madrid et Castille-La Manche, sur lesquelles se trouve la décharge, avaient décidé fin 2015 d'organiser un appel d'offres pour la vider... mais rien n'avait été entrepris. Le site part maintenant en fumée. Des fumées hautement toxiques. L'incendie pourrait mettre des jours à être éteint. Mais il est circonscrit. El incendio de #Seseña visto desde el helicóptero de coordinación de #BomberosCMhttps://t.co/j4zZ2gK2Ty- 112 Comunidad Madrid (@112cmadrid) May 13, 2016
Vidéos à la une
À partir du 1er juillet, les voitures immatriculées avant 1997 n'auront plus le droit de rouler à Paris. Cela représente environ 25.000 autos qui circulent chaque jour dans la capitale. En Île-de-France, elles sont 500 000. Cette interdiction aura un impact lourd pour les automobilistes concernés. L'association 40 millions d'automobilistes chiffre ce préjudice à plus d'un milliard d'euros. Elle vient d'entamer une action collective contre la municipalité de Paris.
Vidéos à la une
Pierre Chasserey, délégué général de 40 millions d'automobilistes, est contre la décision de la ville de Paris interdisant certaines voitures (commercialisées avant 1997) de circuler dans Paris dès juillet. Pour lui, si tel est le cas, c'est à la mairie de Paris et Anne Hidalgo, de payer la facture pour les gens qui seront touchés. L'association 40 millions d'automobilistes décide donc de lancer une action en justice.
Vidéos à la une
OEIL DU WEB. Avec 179 jours de pollution extrême, la Chine est le pays où il fait le moins bon respirer au monde. Des entrepreneurs australiens se sont lancés dans l'air payant. Son prix : 17 euros la cannette et il existe plusieurs senteurs. Cependant, aucune étude ne confirme les bienfaits sur la santé.
Vidéos à la une
Membre du parti vert australien, Jeremy Buckingham a bien compris que dans certains cas une démonstration était bien plus efficace qu'un...
Vidéos Auto
Le scandale aux émissions polluantes n'en finit plus de faire des vagues. Une enquête menée en Allemagne sur tous les modèles diesel a épinglé pas moins de 16 constructeurs automobiles, dont Renault, Nissan, Fiat et cinq marques allemandes pour tricherie. Audi, Porsche, Volkswagen utilitaires, Opel et Mercedes se sont engagés auprès du Ministre allemand des transports, Alexander Dobrindt, à rappeler les véhicules concernés. 'Ces constructeurs vont volontairement procéder à des rappels pour des remises aux normes. Ces rappels porteront sur un total de 630.000 véhicules produits à travers toute l'Europe,' a-t-il confirmé. Ce vendredi, Volkswagen a publié sa 'première perte annuelle':http://www.lepoint.fr/automobile/actualites/scandale-du-diesel-volkswage... en plus de 20 ans. Ses comptes ont plongé dans le rouge à hauteur d'1,6 milliard d'euros en 2015, plombés par une lourde charge provisionnée pour faire face aux conséquences du scandale des moteurs truqués. 11 millions de ses véhicules sont affectés. 'L'impact négatif du scandale sur les résultats opérationnels de la compagnie s'élèvera à 16,2 milliards d'euros,' a précisé Matthias Müller, le PDG du groupe. Un chiffrage rendu possible par l'accord de principe trouvé avec les autorités américaines pour éviter un procès aux Etats-Unis. Volkswagen y est toujours sous le coup d'une enquête pénale et risque des poursuites de particuliers.
Vidéos à la une
Nouveau chapitre dans ce qu'on appelle désormais le dieselgate. Après Volkswagen aux Etats-Unis, c'est au tour de 16 constructeurs automobiles, dont Renault, de se faire éplingler par une enquête allemande. Parmi eux des grands noms de l'automobile haut de gamme: Porsche, Audi, Mercedes mais aussi Opel ou Volkswagen utilitaires. En tout, ce sont 640 000 véhicules qui vont être rappelés par les constructeurs allemands. Sur les véhicules incriminés, le système de filtration des émissions polluantes est systématiquement désactivé quand la température extérieure descend sous un certain seuil. Or, en vertu des normes européennes en vigueur, cette procédure n'est autorisée que si elle permet d'éviter un accident ou un dommage causé au moteur. Les constructeurs non-allemands ne sont pour l'instant pas concernés. C'est aux autorités de leur pays d'origine de lancer un procédé similaire. Vendredi Volkswagen a annoncé ses premières pertes depuis 1993: 1,6 milliards d'euros. En cause, 16,2 milliards d'euros de provisions dans ses comptes pour faire face aux suites du 'dieselgate': remise aux normes des 11 millions de voitures concernées, indemnisation des clients aux Etats-Unis, frais juridiques... Avec AFP
Vidéos à la une
630.000 voitures de constructeurs allemands vont être rappelées en Europe car elles polluent trop. C'est ce qui découle d'une enquête réalisée par les autorités allemandes sur les mesures de pollution. Parmi les marques concernées, on compte Audi, Porche ou encore Volkswagen.
Vidéos à la une
À Amsterdam, les canaux sont pollués par toutes sortes de déchets : bouteilles et sacs en plastique, bouteilles de vin, etc. Pour remédier à...
Société
La semaine dernière à Londres, une start-up française a donné un rôle primordial à une escouade de pigeons, dans le cadre de recherches sur la pollution.
Vidéos à la une
Frédéric Simottel a présenté des innovations technologiques pour lutter contre la pollution de l'eau et sa prévention. Des chercheurs ont, par exemple, lancé le projet SubCULTron auquel ils apportent leur expertise. Ce projet consiste à immerger dans la lagune de Venise des robots capables, de façon autonome, de surveiller ce bras de mer. Ils remonteront un tas d'informations sur l'évolution de l'environnement local. Pour communiquer entre eux, ces drones emprunteront les comportements des organismes vivants sociaux et plus particulièrement du fonctionnement des insectes ou des bancs de poissons. Pour combattre la pollution en mer, des chercheurs américains ont inventé le SpongeSuit, un maillot de bain capable d'absorber les polluants. - Bourdin Direct, du mardi 8 mars 2016, sur RMC.
Vidéos à la une
OEIL DU WEB. A à peine sept ans, Isiah est un enfant très impliqué et concerné par le monde qui l'entoure. Interpellé par la pollution de l'eau potable au plomb dans la ville de Flint, le jeune garçon a réussi à collecter près de 11.000 dollars grâce à une collecte de fonds sur Internet. Assez pour construire des dizaines et des dizaines de kits sanitaires dans les écoles pour que les enfants puissent se laver les mains.
Vidéos à la une
Le Parlement européen entérine le dépassement temporaire des seuils de pollution des véhicules motorisés. Ce vote valide en fait le compromis trouvé en octobre dernier entre la Commission européenne et les experts des États membres. Cet accord pour un assouplissement transitoire des plafonds d'émission d'oxyde d'azote s'est pourtant conclu en plein scandale Volkswagen et son débat sur les procédures d'homologation en Europe. Il aura finalement manqué 24 voix aux libéraux et aux Verts pour rejeter ce texte. Le constat est donc amère pour l'élu écologiste Bas Eickhout. " Nous légalisons le fait que les voitures peuvent polluer davantage ", résume-t-il. La courte majorité au Parlement résume la bataille politique qui s'est déroulée ces derniers mois entre les institutions européennes et les industriels. Le scrutin devait se dérouler à l'origine en janvier.
Vidéos à la une
Depuis six jours maintenant, le cargo 'Modern Express' dérive au large des côtes françaises. Aux alentours de 8h40 ce matin, a débuté...
Vidéos à la une
La Commission européenne a présenté ses propositions pour revoir la procédure d'homologation des véhicules. Après le scandale Volkswagen l'objectif est de donner plus de moyens politiques à l'institution pour imposer des sanctions financières en cas de fraude. Elle souhaite aussi pouvoir effectuer des contrôles sur les voitures déjà en circulation. Pour le vice-président de la Commission la priorité est de retrouver la confiance. " Sur le marché unique tout le monde doit respecter les règles. L'Union européenne aura les moyens d'intervenir s'il y a des doutes sur le fait qu'une voiture ne respecte pas les normes', ajoute Jyrki Katainen. La Commission européenne ne veut pas revenir sur le principe de " confiance mutuelle ". Cette règle permet à un véhicule homologué dans un pays membre de ne pas avoir besoin d'être certifié conforme dans les 27 autres États. Mais l'institution propose tout de même de pouvoir contester par son administration ou par des autorités nationales l'homologation d'une voiture. Cet ensemble de mesures a aussi pour but de donner plus d'indépendance aux services techniques chargés des essais et des contrôles, souvent rémunérés par les constructeurs automobiles.

Pages

Publicité