Yves Jégo a écrit au CSA pour réclamer le même temps de parole accordé par France 2 à Nicolas Sarkozy. Selon lui, l'UDI est victime d'un "ostracisme" sur le service public.

Candidat à la présidence de l’UDI, Yves Jégo n’a pas apprécié qu’un candidat à la présidence de l’UMP (si ancien chef de l’État soit-il) puisse s’exprimer 40 minutes durant sur le plateau du 20 Heures de France 2. L’ancien ministre a même rédigé une lettre à l’attention d’Olivier Schramek, patron du CSA, afin de réclamer le même temps de parole que celui qui a été accordé dimanche soir à Nicolas Sarkozy.

Lire aussi : Nicolas Sarkozy à la tête de l’UMP : est-ce légal ?

Nos confrères du Lab ont pu consulter cette missive dans laquelle Yves Jégo demande à ce que les candidats à la présidence de l’UDI aient un "traitement équivalent" de la part de la chaîne publique.

Pour lui, l’UDI, "troisième force politique du Parlement", est victime d’un "ostracisme" sur les chaines de télévision "et plus particulièrement sur les chaines du service public" précise-t-il. Yves Jégo exige que "les deux grandes familles de l’opposition" (UMP et UDI) soient représentées avec équité dans les médias.

Lire aussi : Nicolas Sarkozy : apaisé ou énervé pour son retour ?

Le CSA, contacté par Le Scan du Figaro, a rappelé que la règle de l’égalité du temps de parole n’a cours qu’en période d’élection, quand ces échéances électorales "concernent l’ensemble des électeurs".

Publicité
Donc non seulement France 2 n’est pas tenue d’accéder à la requête d’Yves Jégo, mais rien n’oblige également la chaîne publique d'accorder 40 minutes aux adversaires de Nicolas Sarkozy dans la course à la présidence de l’UMP. A savoir, Hervé Mariton et Bruno Le Maire.

 Vidéo sur le même thème - Nicolas Sarkozy : un retour très étudié

En imagesSarkozy, Juppé, Fillon, Baroin… : qui a le plus la cote auprès des Français

Nicolas Sarkozy, toujours champion chez les sympathisants

  78% des sympathisants UMP voudraient que l’ancien leader de la droite se présente en 2017 et 68% qu’il soit candidat à la présidence du parti en novembre prochain. En revanche, 59% des Français ne veulent pas de son retour d’ici trois ans.

Alain Juppé, numéro deux chez les sympathisants

  Le maire de Bordeaux arrive juste après l’ancien président dans le cœur des sympathisants UMP. 52% sont en effet favorable sa candidature en 2017. Près de 45% des Français le sont également, contre 54% à se dire défavorables à cette idée.

François Fillon, au coude à coude à Alain Juppé

  L’ancien Premier ministre est plébiscité par 47% des sympathisants UMP pour 2017. Il récolte par ailleurs les mêmes scores que le maire de Bordeaux auprès des Français (pour et contre).

François Baroin, l’homme qui incarne le renouveau

  Pour 23% des sympathisants UMP, l’ex-ministre est celui qui incarne le mieux le renouveau du parti d’opposition. Un avis partagé par 18% des Français.

NKM arrive juste derrière François Baroin

  Candidate déchue à la mairie de Paris, Nathalie Kosciusko-Morizet récolte 15% d’avis favorables chez les sympathisants UMP, contre 17% chez les Français.

Bruno Le Maire, a plus la cote auprès des Français que des sympathisants UMP

  Il incarne le renouveau de l'UMP pour 14% des sympathisants, contre 16% des Français

Idem pour Xavier Bertrand…

  12% des sympathisants UMP voient en l’ancien ministre la meilleure incarnation du renouveau du parti. Un score qui grimpe à 14% chez l’ensemble des Français.

… Et Valérie Pécresse

  A l’instar de Xavier Bertrand, Valérie Pécresse incarne davantage le renouveau de l’UMP chez l’ensemble des Français que chez les sympathisants (10% contre 8%).

Autres diaporamas