L’agence de renseignements américaine aurait espionné pendant de nombreuses années nos entreprises mais aussi les anciens ministres Pierre Moscovici et François Baroin.

La semaine dernière, Libération et le site Médiapart révélaient que trois présidents de la République – Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy et François Hollande – avaient été écoutés entre 2006 et 2012 par la NSA, le service de renseignements américain.

En sus, les deux médias ont révélé lundi soir que plusieurs rapports de la NSA obtenus par le site Internet Wikileaks montrent qu’entre 2004 et 2012 l’agence de renseignements organisait la collecte de nombreuses informations détenues par des entreprises françaises et les ministres des Finances, François Baroin (Les Républicains) et Pierre Moscovici (PS).

A lire aussiJacques Chirac juge "inacceptables" les écoutes de la NSA

Des secteurs stratégiques de l'économie

"Tous les moyens des services secrets américains sont mis à contribution pour espionner les négociations de 'toute proposition de contrats français' à l’export, écrit Mediapart, que ce soit dans les domaines des télécommunications, de l’électricité, du pétrole, du gaz, du nucléaire, mais aussi des énergies renouvelables, des transports, de la santé ou des biotechnologies."

De son côté, Libération montre que des diplomates et des responsables politiques (dont François Baroin et Pierre Moscovici) ont été espionnés entre 2004 et 2012, lors de leur passage à Bercy. Avec pour objectif, nous relate le quotidien : "Recueillir toutes informations pertinentes sur les pratiques commerciales françaises, les relations entre Paris et les institutions financières internationales, l’approche des questions liées au G8 et au G20 ou encore les grands contrats étrangers impliquant la France."

Un partage des données avec d'autres pays ?

"Si aucun nom d’entreprises n’est indiqué, le site Médiapart explique que "ce sont les récits de contrats commerciaux perdus par les entreprises françaises qui prennent un autre sens, notamment ceux portant sur des matériels offshore, des équipements de télécommunications, des centrales à charbon ou à gaz, conçus par des entreprises françaises, qui ont parfois brusquement capoté." 

Publicité
Plus consternant encore, selon Wikileaks, les informations stratégiques recueillies par la NSA auraient pu être partagées avec les principaux alliés des Etats-Unis que sont la Grande-Bretagne, le Canada, l'Australie et la Nouvelle-Zélande.  

Vidéo sur le même thème : Baroin et Moscovici espionnés par la NSA, le député Mariani "attend une franche explication"