Cent jours après l’élection de son mari, Brigitte Macron a accordé sa toute première interview en tant qu’épouse du président de la République. Un entretien très attendu dans lequel elle n’a pas hésité à commenter plusieurs sujets, même ceux qui fâchent !

Brigitte Macron a accordé sa toute première interview en tant qu’épouse du président de la République. Pile cent jours après l’élection de son mari, l’ancienne professeure de Français s’est en effet confiée à Elle. L’entretien paraîtra dans le numéro de vendredi mais la rédaction du magazine a d’ores et déjà dévoilé quelques-unes de ses confidences.

"Appelez-moi Brigitte !"

"Ce qui est important, c’est que tout soit très clair : comme toutes celles qui m’ont précédée, j’assumerai mon rôle public, mais les Français sauront désormais quels moyens sont mis à ma disposition. Sur le site de l’Elysée, seront mis en ligne mes rendez-vous, mes engagements, afin que les Français sachent exactement ce que je fais", a ainsi expliqué Brigitte Macron. Des précisons qui arrivent une semaine après que l’Elysée a annoncé qu’il n’y aurait pas de statut officiel de Première dame mais plutôt une "charte de transparence". Quant au terme même de Première dame, Brigitte Macron le rejette en bloc : "C’est la traduction d’une expression américaine, une périphrase dans laquelle rien ne me plaît". Et celle-ci d’ajouter : "Appelez-moi Brigitte !".

"Si je sens un jour que ma présence est compliquée pour sa présidence, je m’effacerai"

Soucieuse de ne pas faire de vagues, ni d’ombre à son mari, elle a également insisté sur le fait qu’elle resterait très discrète. "Si je sens un jour que ma présence est compliquée pour sa présidence, je m’effacerai", a-t-elle prévenu avant d’évoquer les combats qu’elle compte mener : "Il est important de lutter contre les exclusions, notamment ce qui touche au handicap, à l’éducation et à la maladie".

"Le seul défait d’Emmanuel c’est…"

Enfin, Brigitte Macron a abordé son couple. Un sujet qui fait couler beaucoup d’encre et a donné lieu à de nombreuses critiques, notamment sur leur différence d’âge et leur rencontre alors que le président était encore lycéen. "Quand je lis des choses sur notre couple, j’ai toujours l’impression de lire l’histoire de quelqu’un d’autre (…) Si je n’avais pas fait ce choix, je serais passée à côté de ma vie. Le seul défaut d’Emmanuel, c’est d’être plus jeune que moi".

Publicité
Puis, elle est revenue sur la victoire de son mari en mai dernier. "Avec Emmanuel, je suis tellement habituée à ce qu'il m'arrive des choses extraordinaires que je me demande toujours quelle va être la prochaine aventure. Et cela dure depuis vingt ans, confie-t-elle avec tendresse. En fin de compte, je n'ai été vraiment déconcertée qu'un soir, celui du second tour de l'élection. Beaucoup ont cru qu'après le premier tour nous pensions que c'était gagné. À tort. Jamais, nous n'avons pensé ça".

En vidéo - Première dame, un statut qui divise

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité